Culture

Pourquoi a-t-on une impression de ralenti lorsqu’on croit mourir?

Temps de lecture : 2 min

Photo: The Ultimate Rush / familymwr via Flickr CC License by
Photo: The Ultimate Rush / familymwr via Flickr CC License by

Alors qu’il avait 8 ans, le jeune David Eagleman a chuté du toit d’une maison en construction. Aujourd’hui devenu professeur spécialisé en neurologie, il se souvient encore précisément de nombreux détails de la scène. Cette expérience a été tellement marquante pour l’universitaire qu’il a décidé de recueillir les témoignages de nombreuses personnes ayant frôlé la mort pour comparer leurs sensations à la sienne. Tous ont exprimé avoir eu l’impression que le monde tournait au ralenti.

Afin d’étudier plus en détail cette sensation, NPR rapporte qu’il a utilisé avec ses étudiants une attraction appelée SCAD Diving, qui consiste en une chute libre de 3 secondes dos au sol, avant d’être rattrapé par un filet de sécurité. Une image valant mieux qu’un long discours, voilà une chute de SCAD Diving (ne cliquez pas si vous êtes sujet au vertige):

Ses conclusions sont éloquentes:

«En fait, quand on tombe, on ne “voit” pas vraiment le monde en ralenti. Ce n’est pas comparable à une caméra. C’est bien plus intéressant que cela.»

Et de continuer:

«Normalement, notre mémoire fonctionne comme une passoire. Nous n’enregistrons pas tout ce qui est perçu par notre système.»

Ainsi, lorsque l’on marche dans la rue, par exemple, nous sommes soumis à une multitude de stimuli que notre mémoire n’intègre pas: des visages, des panneaux de signalisation, etc. Si tout à coup une voiture surgit et file dans votre direction, votre mémoire ne va plus faire la distinction entre l’accessoire et l’essentiel. Vous allez alors accumuler une quantité astronomique de souvenirs en très peu de temps. La sensation de ralenti serait alors une manière pour le cerveau de réorganiser ces informations. C’est pourquoi, selon David Eagleman, «lorsqu’on se rappelle ces moments, on a l’impression que cela a duré une éternité».

Photo: The Ultimate Rush / familymwr via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

«Matrix», l'allégorie trans des Wachowski

«Matrix», l'allégorie trans des Wachowski

Matrix sortait il y a vingt ans et pas mal de gens n'y comprenaient rien. D'autres y voyaient déjà une métaphore trans, préfigurant le changement de genre des deux réalisatrices.

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Newsletters