France

Brice Hortefeux se verrait bien maire de Vichy en 2014

Johan Hufnagel, mis à jour le 01.09.2010 à 14 h 53

Le ministre de l'Intérieur cherche à s'implanter en Auvergne.

Brice Hortefeux en 2008.

A l’heure où les déclarations de Brice Hortefeux sur la nationalité, les Roms, la délinquance, etc (sans compter sa condamnation pour injure raciale) ont suscité colère et réprobation de l’opposition et de certains politiques de droite, la volonté affichée du ministre de l’Intérieur de devenir maire de Vichy (il le dit «sans détour») en 2014 devrait faire réagir. Comme un taureau devant une muleta. Certains parleront de provocation après la publication de cet article de La Montagne. Les Vichyssois n’ont évidemment rien à voir avec le choix de la ville d’être la capitale de l’Etat Français, mais le symbole de la collaboration colle à la peau de la ville d’eau. Et une partie de la gauche se plaît à habiller le ministre des habits du pétainisme.

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, qui est un habitué des blagues plus que douteuses, doit sûrement s’amuser des réactions épidermiques qu’il suscitera avec cette annonce. Mais la raison de son choix n’est sûrement pas liée à ce seul plaisir de voir ses adversaires s’étrangler. Brice Hortefeux, né à Neuilly-sur-Seine, revendique des racines auvergnates et se cherche probablement un point de chute électoral difficilement perdable. Ce qui est le cas de Vichy, ville traditionnellement de droite, que le maire actuel, Claude Malhuret (UMP), a décidé de lâcher après quatre mandats. (Il avait raflé la ville au deuxième tour de la municipales de 1989 face au maire sortant, lui aussi de droite).

Ce passage de relais très concerté (selon La Montagne, l’ancien président de Médecins sans frontières est un proche du ministre de l’Intérieur) permettrait à ce dernier d’en finir avec ses déconvenues électorales en Auvergne:

«Je suis Auvergnat, mes racines, mes souvenirs et ma famille sont ici et j’y tiens, même si je n’ai pas choisi la facilité sur le plan politique», raconte le ministre.

Hortefeux avait en effet espéré conquérir la capitale auvergnate. Mais Clermont, ville de gauche depuis plus de cinquante ans —même l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing a dû se contenter de Chamalières, commune bourgeoise de la banlieue clermontoise– s’est refusée à lui. La défaite d’un ministre emblématique de la politique de Nicolas Sarkozy aurait fait mauvais genre. Il avait préféré jeter l’éponge avant de partir au front sur la foi de sondages calamiteux, avait écrit le Canard Enchaîné en 2008. Bis repetita aux régionales de mars 2010: Hortefeux avait choisi de ne pas paraître trop haut sur l’affiche UMP de la région Auvergne.  «S’il ne se fait plus d’illusion pour la mairie de Clermont, rappelle La Montagne, Brice Hortefeux n’a pas renoncé à devenir président du nouveau Conseil territorial en 2014 qui fusionnera les conseils régional et général.»

Et voici donc comment le ministre se retrouve à lorgner sur Vichy, qu’il avait déjà mis sous les sunlights de la provocation facile en lui faisant accueillir, en 2008, une Conférence européenne sur l'intégration au moment de la polémique sur l’ADN… «Il faut arrêter avec ces bêtises, arrêter de faire payer à Vichy tous les péchés du monde, avait-il alors justifé: Je ne ferai pas de politiquement correct. Je revendique à mort le choix de Vichy».

Reste justement une inconnue, et de taille: la réaction des Vichyssois face au «politiquement incorrect» de Brice Hortefeux. La capitale du Bourbonnais, qui a du mal à vivre avec son image, pourrait ne pas se donner si facilement à un homme politique qui la replongerait, dans le regard des autres, dans son passé.

JH

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Brice Hortefeux / Medef

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE: Hortefeux, le boulet de Sarkozy

Johan Hufnagel
Johan Hufnagel (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte