Économie

Actionnaires! Les patrons vous mentent!

Temps de lecture : 2 min

Photo: Pinnochio / hyku via Flickr CC License by
Photo: Pinnochio / hyku via Flickr CC License by

«Comme vous le savez tous parfaitement, le contexte économique international n’a pas été particulièrement favorable ces derniers mois. Pourtant, chers actionnaires, nous pouvons vous l’affirmer sans hésitation: les résultats du premier trimestre sont fantastiques.» À en croire l’étude menée (document PDF) par le professeur David Larcker et la doctorante Anastasia Zakolyukina de l’école de commerce de Stanford, voilà la phrase-type du patron menteur.

Les deux universitaires ont analysé des centaines de retranscriptions de présentations de résultats financiers données par des directeurs et directeurs financiers entre 2003 et 2007, puis les ont comparé aux résultats effectivement mesurés. Il s’avère que lorsque ceux-ci divergent, les patrons utilisent un champ lexical bien particulier.

Les menteurs auraient ainsi tendance à faire appel aux connaissances génériques de leurs interlocuteurs («comme vous le savez»), à exagérer les termes positifs («bon» devient «excellent»), à utiliser le «nous» plutôt que le «je», à soigneusement éviter d’évoquer les dividendes des actionnaires, et –plus étonnant– à moins hésiter. Le but est clair: il faut être persuasif.

Reste que les auteurs de l’étude confessent ne pas pouvoir être certains que tous mentaient délibérément. Inquiétant, quand on sait que les déclarations analysées provenaient de directeurs financiers et autres PDG.

The Economist conseille aux actionnaires de profiter rapidement de ces résultats: les coachs en entreprise ne devraient pas tarder à apprendre aux dirigeants à hésiter davantage et à tempérer leur discours.

Photo: Pinnochio / hyku via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Ils s'imposent depuis des années parce qu'on tente de s'en servir pour remédier aux dysfonctionnements de l'économie.

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

On ne peut plus utiliser les mêmes leviers pour la retraite et le pouvoir d'achat qu'il y a cinquante ans car le profil des Français·es a évolué.

Newsletters