Life

Jean-Michel Jarre prédit la mort d'Internet

Slate.fr, mis à jour le 31.08.2010 à 10 h 33

Jean Michel Jarre live in Milan, Daniele Dalledonne, Wikimedia Commons

Jean Michel Jarre live in Milan, Daniele Dalledonne, Wikimedia Commons

Jean-Michel Jarre s'est fait au détour d'une interview dans le magazine anglais Uncut prophète de mauvaise augure: selon le musicien français, les générations futures vont rejeter le web. Voilà ce qu'il répond quand Uncut lui demande quelle est selon lui la drogue la plus dangereuse:

«Toute drogue vendue sur Internet. Internet, qui est déjà une forme de drogue en soi, est un moyen très efficace de vendre des drogues. Le plus triste avec le Net est que ce rêve anarchique a été si rapidement transformé en l’outil de marketing le plus brutal, cynique et intrusif jamais vu. Je parie que la prochaine révolution culturelle viendra des enfants d’aujourd’hui. Ils verront le net comme l’imposture moche qu’il est, et elles le rejetteront.»

Craignant que la déclaration soit mal interprétée, Jean-Michel Jarre a précisé sa position dans un mail publié par Ecrans.fr:

«Même si ce n’est pas d’une importance capitale, je voulais vous signaler que je n’ai jamais évoqué l’expression "imposture moche" à propos d’internet, qui est un outil dont je n’ai pas à vanter les évidents mérites. J’ai simplement avancé l’idée, qu’après une époque où l’internet est considéré comme un espace de liberté, une grande toile fraternelle sur laquelle tout le monde échange tout, plus ou moins gratuitement, il se pourrait bien que les rebelles de la prochaine génération "prennent le maquis" du web en considérant qu’il est devenu la plus grande machine d’exploitation de tous les temps contrôlée par des multinationales bien plus puissantes que les majors du disque ne l’ont été par exemple, dans le domaine de la musique au siècle dernier...»

Les défenseurs inconditionnels du Web ne tombent d'ailleurs pas sur Jean-Michel Jarre, dont l'opinion est plutôt jugée «constructive». Le journaliste Guillaume Champeau de Numérama embraye sur la déclaration du musicien:

«C'est un discours qu'il faut entendre à l'heure où un demi milliard d'individus se connectent sur Facebook, où un maximum d'informations sur les internautes sont collectées par Google à des fins publicitaires, où les YouTube, Deezer, Hulu et consorts remettent de la centralisation et de la concentration sur un réseau autrefois décentralisé, déconcentré notamment par les outils P2P. Peut-être qu'effectivement cet internet-là, trop commercial et recentralisé, sera bientôt rejeté par une jeunesse qui inventera autre chose, de l'intérieur.»

Au rayon «le web est condamné», Jean-Michel Jarre pourra en tout cas compter sur le soutien de Prince qui avait aussi joué les prophètes début juillet dans le quotidien britannique The Daily Mirror:

«Internet, c’est complètement fini. Je ne vois pas pourquoi je devrais filer mes nouveaux morceaux à iTunes ou qui que ce soit d’autre. Ils ne me paieront pas en avance tout en se fâchant s’ils ne peuvent pas l’avoir. Internet, c’est comme MTV. À un moment, MTV était tendance, et soudain, c’est devenu daté. De toute manière, tous ces ordinateurs et les gadgets numériques, ça ne vaut rien. Ils te remplissent la tête avec des numéros, et ça peut pas être bon pour toi.»

Photo: Jean Michel Jarre live in Milan, Daniele Dalledonne, Wikimedia Commons

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte