Monde

Offensive sioniste sur Wikipédia

Temps de lecture : 2 min

Alors que les dirigeants israéliens et palestiniens se rencontrent cette semaine à Washington dans le but de sceller un hypothétique accord de paix, le conflit du Proche-Orient a trouvé un nouveau champ de bataille: Wikipédia. Le quotidien israélien Haaretz rapporte que des organisations de colons ont lancé en août, à destination de leurs militants, une formation à l'édition de contenus sur l'encyclopédie participative. Leur objectif: revaloriser l'image du mouvement sioniste, à la fois en Israël grâce à la version en hébreu et à l'étranger via la version anglophone.

Parmi ces mouvements, se trouve notamment le Conseil de Yesha, dont le directeur, Naftali Bennett, justifie l'initiative, exemple à l'appui:

«Nous ne manions pas assez bien l'outil Internet, et la position d'Israël y est exécrable. Prenez par exemple la flottille turque [de Gaza]. Au début, on ne nous trouvait nulle part. Pendant les premières heures, des millions de personnes ont tapé les mots "Gaza" et "flottille" et lu ce qui était écrit sur Wikipédia.»

Cependant, face à cette offensive des colons d'Israël, les Palestiniens ne comptent pas se laisser faire. Toujours selon Haaretz, le président de l'Association des journalistes palestiniens vient de donner le signal de la contre-attaque en lançant un appel à rendre les articles Wikipédia plus pro-palestiniens.

Comme les négociations de Washington, pas sûr que cette guerre de mots fasse beaucoup avancer les choses. Mais elle est prise très au sérieux côté israélien, au point que le Conseil de Yesha a créé un prix du «meilleur éditeur sioniste». Ainsi, celui qui incorporera le plus de modifications pro-sionistes à Wikipédia au cours des quatre prochaines années sera l'heureux gagnant d'un voyage en montgolfière...

Photo: colonie israélienne de Nili, Michael Jacobson via Wikimedia Commons, License CC

Slate.fr

Newsletters

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Trump ne se trompe jamais (vos paupières sont lourdes).

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

Newsletters