Life

La sieste de rêve peut se faire au travail

Slate.fr, mis à jour le 27.08.2010 à 12 h 01

Photo: Post Lunch Siesta / cell105 via Flick CC license By

Photo: Post Lunch Siesta / cell105 via Flick CC license By

En plus d'être un génie universellement reconnu, Léonard de Vinci était aussi un précurseur dans un domaine qui commence tout juste à gagner ses lettres de noblesse dans le monde du travail: la sieste. L’Italien arrivait en effet à trouver un sommeil dit polyphasique. À la manière des bébés, il parvenait à dormir très brièvement, de jour comme de nuit. Une méthode adoptée par la suite par les navigateurs de course en solitaire, qui s’assoupissent une quinzaine de minutes toutes les deux heures.

Mais la véritable sieste, celle qui ne remplace pas le sommeil nocturne, n’a été considérée comme bénéfique qu’au début des années 1980 avec les travaux de l’université de médecine de Pennsylvanie. Il fut alors démontré que la pratique améliorait la vigilance, la mémoire, l’humeur ainsi que la prise de décision tout en prévenant le stress et les risques de maladies cardiaques.

C’est donc lentement mais sûrement que la sieste fait son entrée au bureau. Business Week rapporte ainsi que 20% des Américains avouent souffrir du fameux coup de mou en pleine journée. Une proportion suffisamment importante pour que de grands groupes sautent le pas. Google, qui propose depuis un certain temps des salles de massages, a installé des «cabines futuristes» dédiées aux dormeurs éparpillées sur son domaine. Nike a également mis en place des salles consacrées à la sieste. Certaines compagnies aériennes américaines instaurent même des rotations entre leurs pilotes sur les vols long-courriers pour leur permettre de faire un somme.

Tous ne sont pour autant pas emballés par le concept. Jim Horne, directeur du centre de recherche sur le sommeil de l’université de Loughborough, déclare ainsi, non sans regret:

«On peut vite perdre le contrôle: si vous commencez à encourager vos employés à dormir pendant l’après-midi, vous les encouragez également à se coucher tard. [...] Notre société commence tout juste à s’habituer à l’idée de faire une sieste au bureau, mais cela reste toujours perçu comme une raison valable de licenciement.»

Certains ont pourtant fait de la sieste un business très rentable. MetroNaps loue ainsi son «EnergyPod», chaise longue un rien ridicule mais isolée de l’environnement et truffée de technologie, 750$ (plus de 600 euros) par mois l’unité. Un prix que Google et Cisco Systems sont semble-t-il prêts à payer.

Si votre patron est emballé par l’idée, mais est moins fortuné, il reste toujours la solution du «DreamHelmet» («casque de rêve»), qui pour une trentaine de dollars (23 euros) vous permettra de vous enfermer dans un cocon de tranquillité au détriment d’une certaine idée de l’élégance.

Pour ceux qui n’ont pas envie de débourser un sou, BusinessWeek dresse une liste de trois secrets pour une sieste réussie:

  • Le moment et le lieu: Entre 20 et 30 minutes est une durée de sieste idéale, de préférence après le déjeuner. Si aucun lieu n’est prévu à cet effet, le mieux reste de piquer un roupillon dans votre voiture préalablement garée.
  • Les conditions: L’obscurité est essentielle, car elle favorise la production de «l’hormone du sommeil», la mélatonine. Il est également fortement conseillé d’éteindre son téléphone portable.
  • Le régime idéal: Les produits laitiers ou la viande permettent aussi de produire davantage de mélatonine, contrairement aux glucides (pâtes et autres). Caféine et nicotine sont également à bannir.

Photo: Post Lunch Siesta / cell105 via Flick CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte