Life

Un mois de junk food, des kilos en trop pour toujours

Slate.fr, mis à jour le 26.08.2010 à 14 h 23

Non, ce n'est pas un cliché! La mal bouffe est une réelle menace pour la santé. Manger fast food durant une courte période peut en effet avoir des conséquences négatives à long terme sur le corps. Des scientifiques suédois ont mené une expérience permettant de confirmer cette thèse. La revue Nutrition and Metabolism, qui a publié, l'étude souligne que l'objectif était d'analyser les effets à long terme sur le corps d'une alimentation à base de fast food combinée à une absence d'exercice physique.

The Daily Mail rapporte que 18 jeunes, actifs, sains et minces ont été choisis pour réaliser l'étude. Après avoir pris leur poids et leur taille, il  a été demandé à certains d'entre eux de doubler leur consommation de calorie pendant un mois. Une sorte de Super Size Me scientifique.

L'étude consistait à former deux groupes de volontaires, moyennement âgés de 26 ans. Les jeunes hommes et femmes du premier groupe mangeaient au moins deux repas de junk food par jour et ne faisaient que très peu d'activités physiques, les chercheurs leur demandant de ne pas faire plus de 5.000 pas par jour. Les volontaires du second groupe étaient libres de vivre «normalement».

Ceux du premier groupe ont pris en un mois 6,35kg de plus  en moyenne. Jusque-là, rien de très nouveau... Mais l'étude est allée plus loin. Six mois plus tard, ces cobayes avaient perdu presque tout le poids accumulé au cours de l'expérience. Mais les adeptes de la malbouffe occasionnelle ne doivent pas se sentir soulagés pour autant.

En effet, deux ans et demi plus tard, ceux qui avaient ingurgité deux repas de junk food par jour pendant un mois affichaient en moyenne 3.17 kg de plus que leur poids constaté au début de l'expérience. Nutrion and Metabolism souligne que la majeure partie de cette graisse est stockée dans les hanches. «Un instant sur les lèvres, toute la vie sur les hanches», comme le titre le Daily Mail... 

Asa Ernersson, professeur à l'Université de Linkoping en Suède a déclaré Nutrition and Metabolism:

«Le changement de poids était plus grand que ce à quoi on s'attendait. Cela signifie que même des habitudes à court terme peuvent avoir des effets à long terme sur la santé.»

Comme le souligne la BBC, les membres du second groupe (ceux qui ont mangé normalement et fait de l'exercice) n'ont pas vu leur poids changer sur la période. 

Photo: Big Mac Orgasm, skippyjon via Flickr, License CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte