Le dossier Dutroux émerge sur Wikileaks

Wikileaks n'en finit plus de faire la une des médias. Après la publication de 15.000 documents confidentiels sur la guerre en Afghanistan et la tragi-comédie judiciaire suédoise autour de son fondateur Julian Assange, les 1.235 pages leakées du dossier du pédophile Marc Dutroux (en fait publiées depuis 2009) ont soudainement émergées dans la presse francophone. Ces documents n'ont rien d'inédits puisqu'ils se trouvent sur Internet depuis 2002.

Contrairement aux pièces de l'armée américaine sur la guerre en Afghanistan encodées dans un format inacessible aux profanes, le document est cette fois téléchargeable très facilement sous forme d'un fichier PDF sur le site de Wikileaks. Encore faut-il avoir le courage de digérer 1.235 pages d'auditions. RTLinfo.be précise bien qu'il ne s'agit pas de tout le dossier:

«Sur la centaine de milliers de pièces confidentielles que comporterait le dossier Dutroux, il y en a une qui est aujourd’hui disponible sur internet. Il s’agit d’une synthèse de tous les procès verbaux d’audition réalisés dans le cadre de l’enquête, rédigée par les enquêteurs et destinée alors au juge d’instruction Langlois.»

Dans ces auditions, Marc Dutroux nie farouchement les viols de Julie et Mélissa pour lesquels —entre autres– il sera condamné à la réclusion à perpétuité. Le nom d’un ancien ministre wallon apparaît également dans une liste d’amateurs d’un club échangiste qui a été jugée fantaisiste par les enquêteurs.

«Ce sont des infos vraies, fausses, très disparates qui mettent en cause une série de gens qui n'ont parfois rien à se reprocher, qui ont simplement été cités dans une enquête, qui se voient ainsi exposés, peut-être au mépris public sur internet, alors qu'en réalité, ces éléments doivent rester secrets dans un dossier judiciaire», a déclaré au micro de la RTBF le procureur général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé.

Selon l'avocate Suzanne Hage, spécialiste du droit interviewée par RTL-TVI, «cette mise en ligne est totalement illégale dans la mesure où le dossier Dutroux, depuis la clôture de la cour d’assises, n’est pas encore tombé dans le domaine public». Pourtant ces documents avaient déjà été publiés sur Internet en 2002 par le journaliste d'investigation Jean Nicolas sur le site L'investigateur hébergé à Madagascar, ce qu'avait peu goûté la justice belge. Il annonçait alors que le dossier était «original» et avait été «volé par l'un des enquêteurs». Le journaliste faisait payer 30 euros pour télécharger ces pages d'audition.

A LIRE EGALEMENT SUR SLATE: Une application pour enquêter sur les documents de Wikileaks, Wikileaks devient adulte, Wikileaks: les documents ne nous apprennent rien de nouveau

Photo: Marc Dutroux en 2004. REUTERS/Thierry Roge 

Partager cet article