Monde

Les alliés bataillent contre Medal of Honor

Temps de lecture : 2 min

capture d'écran du teaser du jeu Medal of Honor
capture d'écran du teaser du jeu Medal of Honor

La dernière mouture du jeu de guerre Medal of Honor, qui va sortir le 15 octobre en Europe, fait l'objet d'une rude polémique. Son tort: le joueur pourra y incarner, entre autres, des talibans.

Selon France24, certains hommes politiques se sont emparés de l'affaire. Le ministre britannique de la Défense, Liam Fox, perçoit ainsi le jeu comme «anti-britannique» et a demandé qu’il soit interdit à la vente. «A cause des talibans, des enfants ont perdu leurs pères et des femmes leurs maris. Il est choquant d’imaginer que quelqu’un puisse trouver acceptable de recréer cet état de fait», déclarait-il le dimanche 22 dans un communiqué.

Cité par le National Post, le ministre de la Défense canadien, Peter McKay, a regretté la sortie à venir du jeu:

«Les efforts des Canadiens et des alliés visant à ramener la paix et la sécurité en Afghanistan, un pays qui connaît depuis trop longtemps la guerre et l'oppression, ne sont pas un jeu [...] Je suis certain que la plupart des Canadiens se sentent gênés et en colère.»

Fox News n'est pas en reste. Le 19 août, la chaîne américaine conservatrice a diffusé une émission où la mère d’un soldat américain mort en Afghanistan témoignait contre le jeu. Face à ces attaques, le directeur d'Electronic Arts, l'éditeur du jeu, reste convaincu de la probité de Metal of Honor:

«Dans un jeu, il faut toujours que quelqu’un incarne le méchant, que ce soit le bandit contre le policier ou le taliban contre les soldats des forces alliées.»

Photo: capture d'écran du teaser du jeu

Slate.fr

Newsletters

En Afrique du Sud, le calvaire des «autres» Africains

En Afrique du Sud, le calvaire des «autres» Africains

Quotidiennement, ils sont confrontés à une «afrophobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement alimente. 

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

L'annonce d'une taxe WhatsApp a poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue. Son annulation n'a rien entamé au mouvement, qui réclame la chute du régime.

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

L'augmentation et l'intensification des chocs climatiques extrêmes entraînent déjà le retrait des assureurs dans certaines zones.

Newsletters