Culture

Les super-héros d'aujourd'hui forment les machos de demain

Temps de lecture : 2 min

Photo: Iron Man Suit / Kevitivity via Flickr CC License by
Photo: Iron Man Suit / Kevitivity via Flickr CC License by

Et si le nouvel ennemi des défenseurs acharnés de l’espèce humaine en combinaison de latex était une psychologue? Sharon Lamb, de l’université du Massachusetts à Boston, s’est en effet récemment érigée contre la nouvelle génération de super-héros incarnée par Iron Man, qu’elle accuse d’être un mauvais exemple pour les jeunes garçons.

À l’inverse des icônes «à l’ancienne» comme Spiderman ou Superman, les super-héros d’aujourd’hui, notamment ceux transposés au cinéma, incarneraient selon Lamb une masculinité négative. Ils se comporteraient de manière sexiste, tout en étant violent gratuitement. La psychologue explique ainsi:

«Ces super-héros ressemblent trop à des rois de la bagarre qui prennent part à une violence perpétuelle. Ils sont agressifs, sarcastiques, et n’invoquent que rarement le bien de l’humanité. Ces hommes, comme Iron Man, exploitent les femmes, font étalage de leur richesse et canalisent leur virilité dans des pistolets surdimensionnés.»

La psychologue a par ailleurs effectué une étude sur 674 garçons âgés de 4 à 18 ans, et en a conclu que l’influence de ces héros était non seulement mauvaise pour leur comportement en société, mais pouvait également affecter leurs résultats scolaires.

Certainement un rien nostalgique, Sharon Lamb préconise un retour des super-héros classiques. «Sous leur costume, ils étaient de vraies personnes, avec de vrais problèmes». Bien loin de la nouvelle génération qui véhicule une «version étroite de la masculinité» à des adolescents en pleine quête de repères.

Photo: Iron Man Suit / Kevitivity via Flickr CC License by

Newsletters

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Nous sommes cernés par un océan de médiocrité qui menace de nous engloutir à tout jamais.

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

Le département d'histoire de l'art de la prestigieuse université ne veut plus des deux cours d'introduction qui appartenaient à son cursus depuis des lustres.

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

En plus de bénéficier d'un casting bourré de charme.

Newsletters