Life

Une superbactérie résistante se répand dans le monde

Slate.fr, mis à jour le 24.08.2010 à 14 h 45

Escherichia Coli via Wikimedia Commons

Escherichia Coli via Wikimedia Commons

Une «superbactérie» résistante aux antibiotiques est en train de se répandre dans le monde. Comme l'explique Le Figaro, des chercheurs ont trouvé de la NDM-1, une enzyme produite par cette nouvelle souche bactérienne, qui rend inefficace la plupart des antibiotiques. Dans une étude, publiée dans le Lancet Journal (article payant), ils dénombrent 143 cas de patients porteurs de cette superbactérie en Inde et au Pakistan, et 37 en Grande-Bretagne.

Le gène de résistance NDM-1, découvert sur un patient suédois opéré dans un hôpital indien en 2008, est résistant à tous les antibiotiques –qui permettent d'habitude de tuer les bactéries– sauf la tigecycline et la colistine, affirment les chercheurs. On le trouve dans des bactéries comme la Escherichia Coli.

La plupart des patients britanniques touchés avaient voyagé en Inde ou au Pakistan dans l'année, ou avaient des liens avec ces pays. La superbactérie pourrait se répandre rapidement dans le reste du monde via d'autres voyageurs, explique l'un des chercheurs:

«NDM-1 a un grand potentiel pour devenir un problème de santé publique mondial, et il faut une surveillance coordonnée au niveau international.»

Des cas ont été trouvés au Canada, en Suède, aux Pays-Bas, en Australie, et aux Etats-Unis. Un premier cas français a été identifié, et la situation pourrait rapidement empirer à cause du tourisme médical, explique un des scientifiques à Reuters:

«Au niveau mondial, c'est une véritable inquiétude. A cause du tourisme médical et des voyages internationaux en général, la résistance à ce genre de bactéries a le potentiel pour se répandre dans le monde très, très vite. Et il n'y a rien dans les tuyaux [de développement médicamenteux] pour s'en charger.»

Comme l'explique le Wall Street Journal, l'infection par ces superbactéries n'est pas mortelle. Mais elle peut causer des infections urinaires –difficiles à traiter puisqu'elles seraient résistantes à la plupart des aintibiotiques– et être sérieuse pour les patients plus faibles (les plus jeunes, plus vieux, et ceux qui viennent de subir une opération chirurgicale).

D'après le microbiologiste Johann Pitout, qui a écrit un édito accompagnant l'étude, il est pour l'instant difficile de savoir à quel point ces superbactéries sont courantes et quelle est la probabilité d'être infecté en étant traité dans des hôpitaux où on en a trouvé:

«Ce dont il faut se souvenir, c'est que si vous voyagez en Inde et que vous devez aller à l'hôpital, puis rentrez chez vous et allez à l'hôpital, vous devez en parler au personnel médical.»

Photo:  Escherichia Coli via Wikimedia Commons

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte