Une réplique du village de Salvador Dali en Chine

Un promoteur immobilier chinois a décidé de construire une réplique  du village espagnol où vivait Salvador Dali à Xiamen Bay, une ville chinoise qui fait face à Taïwan. The Guardian rapporte que des architectes chinois ont visité Cadaqués en juin. Ils ont pris des mesures, photographié des bâtiments et se sont demandé si les pompes à incendies chinoises pourront circuler dans les étroites ruelles de Cadaqués.

Des sources à la China Merchant Zhangzhou interrogées par The Guardian affirment que la compagnie a trouvé un emplacement géographique similaire au petit village de pêcheurs catalans à Xiamen Bay.

Plus de 50 hectares de terrain vont être utilisés pour construire la réplique de Cadaqués. La nouvelle ville aura la capacité d'accueillir plus de 15.000 vacanciers chinois désirant voir la Costa Brava sans avoir à faire un long voyage.

The Guardian souligne que la version chinoise n'aura pas l'étincelante Méditérannée, les rafales du vent fou qu'est la Tramontane ou les méduses de Cadaquès. Mais les promoteurs ont assuré qu'ils feront tout pour avoir la meilleure réplique possible. Hu Zheng, un des promoteur, a dit à ce propos au journal espagnol Vanguardia:

« Nous allons recréer ce qui fait l'originalité du village de pêcheurs et reproduire les principales caractéristiques de l'architecture dans un espace qui a le même littoral.»

Les promoteurs chinois ne se limiteront pas à recréer le village de Salvador Dali. Ils ont pris des libertés avec l'original en ajoutant une île artificielle.

En hommage au célèbre peintre, les Chinois compte mettre l'art au cœur des activités de la nouvelle ville avec des espaces réservés aux galeries et la possibilité pour des artistes espagnols de faire des vernissages.

Le maire de Cadaquès, Joan Borrell, a fait part de sa satisfaction de voir son village acquérir une renommée mondiale.

«Nous aimons cette idée et la manière dont les Chinois nous traitent. Nous sommes un petit village mais nous sommes bien connus. S'ils veulent nous imiter, c'est que nous avons quelque chose d'original.»

Le maire espère que cette réplique permettra de drainer des touristes chinois vers l'original.

«Comme avec une oeuvre d'art, voir la copie incite à vouloir admirer l'original.» 

Photo: Salvador Dali,  REUTERS/HO Old