Life

L'activité solaire s'intensifie et ce n'est pas une bonne nouvelle

Slate.fr, mis à jour le 09.08.2010 à 13 h 19

Image de la NASA de l'activité solaire  Reuters

Image de la NASA de l'activité solaire Reuters

Les observateurs du ciel à haute altitude ont pu regarder de superbes spectacles au cours des derniers jours d'effets lumineux et d'aurores boréales. Après une période de relatif calme, l'activité éruptive de notre soleil semble reprendre.

Il a émis dans l'espace dimanche dernier le 1er août des tonnes de plasma (atomes ionisés) qui se sont dirigés droit vers la terre. «C'est la première éruption majeure dirigée vers la terre depuis un moment», explique Leon Golub du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics au site Christian Science Monitor.

L'éruption solaire appelée éjection de masse de la couronne a été détectée par l'observatoire solaire dynamique de la NASA qui capture des images en haute définition du soleil à différentes longueurs d'onde. Le site Sky & Telescope  évoque même un tsunami solaire. «Après avoir surdormi pendant plus d'un an, notre étoile sort finalement de son hibernation. Mais les experts ne s'attendent pas à un pic d'activité solaire avant le milieu de l'année 2013. Cela dit les signes du réveil sont clairement évident.»

L'interaction des particules solaires avec le champ magnétique de notre planète peuvent potentiellement créer de grandes perturbations avec des tempêtes magnétiques et des perturbations dans la magnétosphère. Cela peut affecter partout sur la planète les communications, les réseaux électriques, les diffusions hertziennes notamment de chaines de télévisions et les appareillages électroniques notamment embarqués dans les avions. Le coût de telles perturbations pourrait atteindre des milliards d'euros. Par ailleurs, l'intégrité de la magnétosphère est cruciale. Elle agit comme un écran qui protège la surface terrestre des dangers des particules et du vent solaire. Sans la magnétosphère, la vie disparaitrait sur terre.

L'activité solaire en général suit des cycles relativement prévisibles. Un cycle dure en général 11 ans et environ 5,5 ans entre une activité minimum et maximum durant laquelle les éruptions à la surface de l'étoile et les émissions de particules dans l'espace sont massives. La taille de certaines éruptions est supérieure à celle de la terre.

La dernière période d'activité solaire maximum remonte à 2001. La dernière période de faible activité a été à la fois anormalement longue et anormalement faible. Elle semble clairement terminée pour les astronomes spécialistes du soleil.

Photo: Image de la NASA de l'activité solaire.  Reuters

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte