Monde

L'enfance volée des petites filles afghanes

Temps de lecture : 2 min

Il est difficile d'être une petite fille pauvre en Afghanistan. Entre l'esclavage, les mariages forcés et la servitude, les fillettes issues de familles démunies n'ont souvent pas la chance d'avoir une vie normale. The Daily Beast rapporte que les filles de ce pays sont considérées comme de l'argent par leurs parents, qui les vendent au plus offrant.

Obaida, une jeune afghane de 11 ans, a été vendue, il y a un an, à un homme, de dix ans son aîné, qui devait la prendre pour femme. Cette transaction a permis à son père d'acheter de la drogue pour sa propre consommation.

Son mari attendait juste qu'elle ait ses règles pour consommer le mariage. Mais Obaida a été sauvée par sa grande soeur Maryam, mariée à l'âge de 11 ans à un aveugle, qui a 20 ans de plus qu'elle, et par la Commission afghane des droits de l'homme. Maintenant, elle est sous la protection de l'organisation «Women for Afghan Women». Elle est scolarisée et est qualifiée d'élève modèle par ses encadreurs.

Pourtant, souligne le site, les mariages de mineurs sont interdits en Afghanistan. Une nouvelle loi contre la violence faite au femme rend ce crime passible de deux ans de prison.

Mais un interlocuteur du site témoigne:

«Des choses comme ça arrive tout le temps. Mais personne n'en parle. C'est très commun. Ces filles sont de l'argent»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Codepinkhq via Flickr, License CC

Newsletters

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Après la mort de vingt-sept personnes exilées lors d'une traversée, les associations font leur possible pour appuyer l'identification des disparus et contacter leurs proches.

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio