Monde

L'enfance volée des petites filles afghanes

Temps de lecture : 2 min

Il est difficile d'être une petite fille pauvre en Afghanistan. Entre l'esclavage, les mariages forcés et la servitude, les fillettes issues de familles démunies n'ont souvent pas la chance d'avoir une vie normale. The Daily Beast rapporte que les filles de ce pays sont considérées comme de l'argent par leurs parents, qui les vendent au plus offrant.

Obaida, une jeune afghane de 11 ans, a été vendue, il y a un an, à un homme, de dix ans son aîné, qui devait la prendre pour femme. Cette transaction a permis à son père d'acheter de la drogue pour sa propre consommation.

Son mari attendait juste qu'elle ait ses règles pour consommer le mariage. Mais Obaida a été sauvée par sa grande soeur Maryam, mariée à l'âge de 11 ans à un aveugle, qui a 20 ans de plus qu'elle, et par la Commission afghane des droits de l'homme. Maintenant, elle est sous la protection de l'organisation «Women for Afghan Women». Elle est scolarisée et est qualifiée d'élève modèle par ses encadreurs.

Pourtant, souligne le site, les mariages de mineurs sont interdits en Afghanistan. Une nouvelle loi contre la violence faite au femme rend ce crime passible de deux ans de prison.

Mais un interlocuteur du site témoigne:

«Des choses comme ça arrive tout le temps. Mais personne n'en parle. C'est très commun. Ces filles sont de l'argent»

Photo: Codepinkhq via Flickr, License CC

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Démission de Theresa May, manifestations en Indonésie contre la victoire du président Joko Widodo et durcissement de la légalisation sur l'avortement aux États-Unis... La semaine du 18 mai en images.

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

Des chercheurs ont analysé l'activité de comptes Twitter associés au Kremlin.

Rome n'est plus insensible au discours de Salvini

Rome n'est plus insensible au discours de Salvini

Déçu·es par les gouvernements de gauche, de plus en plus d'habitant·es de la capitale italienne trouvent dans les propositions de la Ligue une réponse à leurs angoisses du quotidien.

Newsletters