Culture

L'ebook, c'est la mort du livre et des petits mots

Slate.fr, mis à jour le 04.08.2010 à 11 h 57

le Kindle / goXunuReviews, via Flickr CC License By

le Kindle / goXunuReviews, via Flickr CC License By

Alors que l'écrivain et compositeur Jan Swafford estimait dans un article pour Slate que le ebook ne remplacerait jamais le livre papier, tout le monde ne partage pas son assurance. Dans un édito pour le Christian Science Monitor, le professeur d'anglais –chargé de la scolarité d'une fac de Philadelphie– Mark Franek est beaucoup plus pessimiste.

Le PDG d'Amazon a affirmé mi-juillet que son entreprise vendait désormais davantage d'ebooks que de livres reliés, «sidérant quand on pense que nous vendons des livres reliés depuis 15 ans, et des livres au format Kindle depuis 33 mois». Une semaine plus tard, l'entreprise était –temporairement– à court de Kindle (passé de 259 à 189 dollars), et Stieg Larsson, l'auteur de la trilogie Millennium, devenait le premier auteur à vendre plus d'un million de ebooks.

Pour Mark Franek, c'est la fin de l'ère du livre:

Ma lamentation ne vient pas d'une simple affection pour la façon dont les livres sont faits, mais d'une appréciation pour le fait que la façon dont les livres sont faits affecte nos vies et s'y attachent. Nos livres préférés contiennent plus que des marque-pages et des coins de page cornés; ils entreposent les fragments que nous édifions près de nos ruines, pour paraphraser le poète T.S. Eliot.

 Il se rappelle des petits mots de ses amis glissés entre les pages de son Tolkien préféré –«les objets tangibles du lecteur»–, les notes laissées par sa grand-mère dans la marge d'un livre sur les inventions, où la lettre de son cousin Tex, un jeune pilote d'hélicoptère au Vietnam, laissée dans un livre de Tim O'Brien sur un peloton militaire au Vietnam:

«La guerre c'est l'enfer. C'est difficile à expliquer aux gens qui sont aux Etats-Unis ce que c'est de vivre et de se battre au Vietnam. C'est pas comme John Wayne qui court entre les bunkers et balance des grenades. Non, c'est regarder l'hélicoptère tourner au-dessus du sol, à la recherche de faces de citron à tuer.»

Une semaine plus tard, son hélicoptère se faisait tirer dessus et lui et son équipe étaient tués.

Et l'auteur de s'interroger sur les messages qu'il laissera à ses enfants et ses petits-enfants: seront-ils des tweets? des emails? des statuts Facebook, destinés à disparaître dans la masse?

Photo: le Kindle / goXunuReviews, via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte