Culture

Ce que Lady Gaga peut apprendre aux journalistes

Temps de lecture : 2 min

Photo: Capture d'écran YouTube - Lady Gaga - Alejandro
Photo: Capture d'écran YouTube - Lady Gaga - Alejandro

Ça ne serait rien de moins qu’une nouvelle recette miracle pour les journalistes. Une machine à sauver la presse, en ligne ou non. Il paraîtrait que le simple fait d’évoquer le nom de la nouvelle «reine de la pop-music» dans le titre d’un article le rendrait instantanément populaire.

L'astucieux Gene Weingarten, éditorialiste au Washington Post, évoque ainsi le devenir du journalisme en ligne dans une chronique au nom évocateur: «L’édito de Gene Weingarten parle de Lady Gaga». De la même manière, la Columbia Journalism Review détaille comment deux reportages du Los Angeles Times et du New York Times se sont généreusement aidé du nom de la chanteuse de 24 ans pour rendre accrocheur un sujet somme toute classique.

Mais rien de tout cela aujourd’hui, c’est promis. Ayant appris que le dernier clip de Lady Gaga était réalisé par Steven Klein, photo-journaliste de renom, le jeune rédacteur britannique Alex Wood explique sur le blog Not On The Wires ce que la vidéo emprunte aux codes de la profession. Il y détaille notamment comment les passages silencieux du clip sont mis en scène de façon très travaillée et «photogénique», en vue de raconter une histoire. Puis d’opposer cette façon de faire au journalisme télévisé classique, qui ne se servirait selon lui des images que pour justifier le récit en voix-off du présentateur:

«Cette méthode contraste fortement avec la télévision traditionnelle, où le spectateur se noie dans les phrases-choc prononcées par la voix traînante du journaliste. On ne réfléchit souvent aux images qu'après coup, au point que certains professionnels les surnomment «papier-peint». Ce clip dure près de neuf minutes et a été vu plus de 17 millions de fois (ndlr: plus de 58 millions de fois, depuis), ce qu'aucun reportage en ligne ne peut revendiquer. Cette approche centrée sur l'image pourrait-elle devenir une nouvelle façon de traiter l'information?»

Alex Wood signe donc là un plaidoyer à la quête perpétuelle d’un regard neuf, à moins qu’il ne cherche lui aussi qu'à vérifier si la recette «Gaga» fonctionne pour son blog. Si c’est le cas, la rédaction de Slate.fr s’est faite avoir.

Photo: Capture d'écran YouTube - Lady Gaga - Alejandro

Slate.fr

Newsletters

True crime: où sont les victimes?

True crime: où sont les victimes?

Le genre, qui connaît un pic de popularité depuis quelques années, a une fâcheuse tendance à se focaliser sur la figure du criminel et à négliger les conséquences de ses actes.

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Jadis, les hommes portaient des talons pour marquer leur rang social. Aux pieds des femmes, l’étiquette est passée de «puissant» à «sexy». Et finalement, cela revient au même.

Ode au spoiler (même pour «Game of Thrones»)

Ode au spoiler (même pour «Game of Thrones»)

Connaître un événement majeur ou la fin d'une œuvre ne gâche rien, bien au contraire, répondent spécialistes du récit et psychologues.

Newsletters