Monde

Les plans de l'armée américaine pour attaquer l'Iran

Slate.fr, mis à jour le 02.08.2010 à 10 h 05

Vue par satellite de l'emplacement de l'usine secrète d'enrichissement uranium p

Vue par satellite de l'emplacement de l'usine secrète d'enrichissement uranium près de Qom Reuters

L'armée américaine a établit des plans pour attaquer l'Iran a déclaré dimanche 1er août l'amiral Mike Mullen chef de l'Etat major combiné, même s'il pense qu'une frappe contre les installations militaires et nucléaires de la République islamique serait sans doute une mauvaise idée.

Mike Mullen qui occupe le poste le plus important de l'armée américaine a souvent prévenu qu'une attaque de l'Iran aurait des conséquences sérieuses et des effets dans tout le Moyen-Orient. Mais dans le même temps, l'Amiral souligne que le risque d'un Iran disposant d'une arme nucléaire est «inacceptable», même s'il n'a jamais précisé quel est des deux risques le plus important.

 «Je pense que les options militaires ont été sur la table et le restent» a déclaré le chef de l'Etat major combiné sur la chaine de télévision NBC. «C'est l'une des options à la disposition du président. A nouveau, j'espère que nous n'en arriverons pas là, mais c'est une  option importante et qui est bien comprise».

 Le mois dernier, Michael Hayden, ancien directeur de la NSA (National Security Agency) et de la CIA (Agence centrale de renseignements) soulignait que l'option militaire devenait de plus en plus probable.

 Peu de temps après les déclarations dimanche 1er août de l'Amiral Mullen, le chef adjoint des Gardiens de la Révolution iranien a déclaré qu'il y aurait une importante réponse militaire iranienne en cas d'attaque américaine. Yadollah Javani a prévenu que la sécurité dans le Golfe Persique ne serait plus assurée «si les Américains commettent la plus petite erreur. La région du Golfe Persique est stratégique. Si la sécurité de cette région est mise en danger, ils souffriront également de pertes et notre réponse sera ferme».

L'Iran a aussi menacé à plusieurs reprises d'attaquer Tel Aviv en cas de bombardements israéliens ou américains.

Le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré la semaine dernière «ils (les Etats-Unis et Israël) ont décidé d'attaquer au moins deux pays de la région dans les trois prochains mois».

Pour certains commentateurs, cela est le signe que la pression monte sur l'Iran, notamment celle des sanctions économiques décidées unilatéralement par les Etats-Unis, l'Union Européenne, le Canada et l'Australie.

Une étude publiée par le American Foreign Policy Council souligne à la fois que la politique de la main tendue de l'administration Obama à l'égard de Téhéran et celles des sanctions internationales n'ont abouti à aucun résultat et que les Etats-Unis et leurs alliés se retrouvent avec le choix d'un Iran disposant de la bombe atomique ou d'avoir à bombarder l'Iran. Le American Foreign Policy Council propose une troisième possibilité une intense guerre économique contre la République islamique dont l'économie est vulnérable et fragile.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte