France

L'infanticide est-il un mal français?

Slate.fr, mis à jour le 30.07.2010 à 12 h 29

L'affaire des huit infanticides découverte à Villers-au-Tertre (Nord) a dépassé nos frontières et choqué la presse internationale. Outre-Atlantique, Time y va fort en posant cette question «aussi terrifiante qu'importante»: pourquoi un nombre croissant de femmes françaises tuent leurs nouveaux nés?

«Trouver la réponse est devenue urgent quand on sait que c'est au moins la 5ème instance d'infanticide rapporté en France depuis 2003» affirme Time. En effet, BBC News rapporte également via son correspondant à Paris:

En mars, une mère a avoué avoir tué six de ses nouveaux nés et les avoir caché dans le sous-sol de sa maison dans le nord-ouest de la France. Un autre cas connu est celui de Véronique Courjault, qui a été mise en prison pour avoir tué trois de ses bébés quand elle vivait en Corée du Sud et en France.

Time a interrogé Michel Delcroix, un gynécologue qui a servi comme expert à la Cour dans le procès de Véronique Courjault et dans d'autres procès relatifs à des dénis de grossesse, jugeant qu'il «devient vital pour la France de se confronter au phénomène qui parait être derrière tout ça: le déni de grossesse».

D'après Delcroix, le déni de grossesse est une condition presque schizophrénique dans laquelle les femmes soit ne réalisent pas qu'elles sont enceintes ou ne peuvent pas l'accepter -en tout cas pas assez pour pouvoir avoir recours à un avortement. Le déni psychologique est si fort qu'elles refusent de le croire même quand elles accouchent.

«Ces femmes sont tellement convaincues que la grossesse est impossible que quand ce qu'elles n'ont jamais voulu arrive, elles ne le croient pas et se débarrassent come pour restaurer l'ordre»

Delcroix se bat avec d'autres pour que le déni de grossesse soit reconnu médicalement et légalement comme une maladie, «ce qui permettrait de mieux identifier le problème et de la soigner  plutôt que de simplement punir le crime qui en est le résultat» explique Time.

Les experts ont observé que la plupart des femmes ayant fait un déni de grossesse sont soit en surpoids, soit voient si peu de différence qu'elles croient simplement avoir pris du poids.

En France 230 femmes chaque année découvrent leur grossesse au moment de leur accouchement, précise Time. Bien-sûr, juste une petite fraction recourt à l'infanticide, mais Delcroix craint qu'il y ait d'autres cas encore inconnus.

Time se fait l'écho d'une question de Delcroix qu'il juge «glaçante» : peut-on vraiment penser que ce phénomène -et l'infanticide auquel il peut mener- est purement un problème français?

Photo: photo Facebook de Dominique Cottrez, mère des huits nouveaux-nés

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte