Monde

Le doyen de Tokyo retrouvé mort... depuis 30 ans

Temps de lecture : 2 min

The Face of the Mummy / Chibart via Flick CC License by
The Face of the Mummy / Chibart via Flick CC License by

La police japonaise ne s’attendait certainement pas à ça. Chargée par l’administration d’effectuer un recensement des plus vieux habitants de Tokyo en vue de l’organisation d’une journée de respect aux anciens, elle a découvert que le doyen présumé de la ville gisait dans son lit depuis plus de trente ans, réduit à l’état de momie.

L’autopsie n’a pas permis d’établir une date précise de décès, mais des journaux datant de novembre 1978 ont été retrouvés par les autorités près de la dépouille, rapporte Japan Today.

Sogen Kato, né en 1899 et qui aurait donc eu 111 ans cette année, aurait déclaré à ses proches qu’il désirait devenir un «Bouddha vivant» avant de se calfeutrer dans sa chambre pour ne plus jamais en ressortir.

Les autorités interrogent désormais la famille du défunt au sujet d’une possible fraude. Kato continuait en effet de percevoir son allocation de veuvage pour un montant total de 9,5 millions de yen (environ 85.000 euros) après le décès de son épouse en 2004, âgée de 101 ans. Plus d’un quart de cette somme a été retiré du compte du mort au début du mois de juillet, renforçant les soupçons des enquêteurs. Ça ne sont pas les déclarations d'un de ses deux petits-enfants qui vont arranger la situation:

«Grand-père était quelqu'un de très effrayant, donc on ne pouvait pas ouvrir la porte [...]. Il s'enfermait dans sa chambre sans nourriture ni eau.»

Quand des membres de la famille se sont décidés à ouvrir la porte en mars dernier, ils ont vu un crâne, a précisé le petit-fils ou la petite-fille de Kato à la police.

À plusieurs reprises, l’administration avait cherché à rentrer en contact avec celui qui devait être le doyen des Tokyoïtes. La famille s’était à chaque fois interposée, prétextant alternativement un déplacement dans la préfecture de Gifu ou une envie de solitude de l’aîné. «Ils étaient forcément au courant de la situation, et ont fait comme si de rien n’était. C’est terrifiant», déclarait un responsable de la protection sociale au Telegraph.

Photo: The Face of the Mummy / Chibart via Flick CC License by

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters