Life

Pour mourir plus vieux, ne restez pas seul

Slate.fr, mis à jour le 28.07.2010 à 18 h 41

Un secret pour vivre longtemps: avoir une vie sociale bien remplie. Une étude, menée par des chercheurs de l'Université de Brigham Young et de l'Université de Chicago et publiée dans la revue Plos Medecine, a constaté que les personnes avec de faibles liens sociaux avaient 50% plus de risques de mourir dans les 7 ans et demi suivant l'étude que ceux qui ont de forts liens sociaux.

Les chercheurs, rapporte Time.com, ont analysé les données de près de 148 rapports sur la santé et les relations sociales, étudiant au total 300.000 hommes et femmes.

Selon les scientifiques, cette différence de longévité est à peu près aussi grande que la différence de mortalité observée entre fumeurs et non-fumeurs. Elle est plus importantes que les différences de longévité observées chez les gens qui font du sport ou n'en font pas, et chez les gens qui sont obèses ou non.

Julianne Holt-Lundstad, auteure principale de l'étude, espère que l'importance de ces travaux sera reconnue par la communauté médicale et le grand public. Les médecins ne conseillent pour l'instant pas à leurs patients de se faire des amis au même titre que d'arrêter de fumer parce que la science n'a pas encore été capable d'analyser en quoi, exactement, être entouré permet de vivre plus vieux, explique le Time.

De récents tests en laboratoires vont dans le même sens. Ils ont montré que, dans une situation stressante, la pression artérielle et le rythme cardiaque augmente moins lorsque les gens sont accompagnés par une personne qui leur est proche. L'imagerie cérébrale montre également des différences neurologiques entre une personne qui est seule et une personne qui a l'appui d'un proche.

Dans l'une des expériences les plus célèbres sur la santé et la vie sociale, Sheldon Cohen de l'Université de Carnegie Mellon a exposé des centaines de volontaires sains au virus du rhume, puis les a mis en quarantaine pendant plusieurs jours. Cohen a montré que les participants à l'étude avec de forts liens sociaux étaient moins susceptibles de développer un rhume que les plus isolés.

Interrogée par The Times of India, Julianne Holt-Lundstad souligne que les données montrent simplement que les personnes ayant une plus grande longévité ont été intégrées dans un réseau social.

«Quand quelqu'un est connecté à un groupe et se sent responsable pour d'autres personnes, cela se traduit par ce sentiment des responsabilité et la volonté de mieux prendre soin de soi et d'éviter les risques».

Dancing at the Latin Festival/Matito via Flickr CC License by

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte