Monde

La Catalogne interdit la corrida

Slate.fr, mis à jour le 28.07.2010 à 13 h 28

Il torero nell'arena, Corrida di Barcellona / www.tommasosanguigni.it via Flickr

Il torero nell'arena, Corrida di Barcellona / www.tommasosanguigni.it via Flickr CC License By

C'est la fin de la corrida en Catalogne, où le Parlement a voté par 68 votes en faveur de l'interdiction (55 contre, 9 abstentions). L'initiative vient des citoyens catalans, dont 180.000 avaient signé une pétition pour que soit discutée cette proposition au Parlement. La loi entrera en vigueur le 1er janvier 2012, rapporte El Pais. L'industrie catalane de la corrida devrait désormais négocier avec le gouvernement catalan pour obtenir des indemnités, l'interdiction leur coûtant plus de 300 millions d'euros de pertes. Dans son discours appelant à voter contre l'interdiction, un député du Partido Popular conservateur a estimé que ces 300 millions pourraient permettre la construction de 6 hôpitaux en Catalogne, écrit El Mundo.

Ce vote vient mettre fin à plus d'un an et demi de débats parlementaires intenses, au cours desquels les députés du Partido Popular ont accusé les nationalistes de voter pour l'interdiction pour des raisons identitaires: ils les accusent de vouloir sanctionner une tradition espagnole sans toucher à la tradition catalane: en effet le festival taurin catalan des Correbous (des encierros où les taureaux sont poursuivis dans les rues, mais pas tués) n'est pas touché par la décision. La tradition du Correbou, qui existe depuis des centaines d'années en Catalogne, devrait rester intacte, tant s'y attaquer amènerait un prix politique élevé, estime El Pais dans un article entièrement dédié à cette fête.

Dans une interview au journal andalou Diario Sur, le torero Francesco Rivera affirme que le chef du gouvernement espagnol Zapatero avait refusé de les recevoir, lui et d'autres acteurs du monde de la corrida, sans donner de raison:

«Je comprends qu'on puisse ne pas aimer les taureaux, comme moi je n'aime pas le volley-ball, mais en tant que chef du gouvernement il a des obligations à tenir par rapport à nous.»

La nouvelle n'a pas seulement touché les députés catalans et torreros. Dans El Mundo, l'écrivain catalan Pere Gimferrer estimait à la veille du vote que, si l'interdiction passait, c'était la culture catalane qui serait amputée, rappelant comme exemple que le peintre Joan Miró était un grand taurophile. «[Ce serait]la plus grave agression culturelle depuis la Transition», avait-t-il dit, comparant l'interdiction de la corrida, «une activité artistique», à celle des fêtes de carnaval pendant le franquisme.

On en profite pour réécouter La Corrida de Francis Cabrel:
Francis Cabrel - La corrida
envoyé par dimigardien. - Regardez la dernière sélection musicale.

Photo: Il torero nell'arena, Corrida di Barcellona / www.tommasosanguigni.it via Flickr CC License By

A LIRE EGALEMENT SUR SLATE: Mauvaise passe pour la corrida en Espagne

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte