Monde

La grosse fièvre antisémite d'Oliver Stone

Slate.fr, mis à jour le 27.07.2010 à 17 h 12

Ces derniers temps, Mel Gibson avait squatté la place de numéro un des dérapages verbaux antisémites chez les stars d’Hollywood. Mais Oliver Stone vient en une interview de lui ravir (temporairement?) ce titre, comme le rapporte le blog Ministry of Gossip du LA Times. Dimanche 25 juillet, le réalisateur américain a estimé dans les colonnes du Sunday Times britannique (article payant) que «Hitler a fait bien plus de mal au peuple russe qu’au peuple juif», avant de verser dans la théorie du complot en déclarant que la «domination juive des médias» explique le fait que l’Holocauste est plus médiatisé que les millions de morts russes pendant la Seconde guerre mondiale.

Toujours dans la même interview, le réalisateur de Platoon a évoqué l’influence des juifs sur la politique américaine: «Il y a un lobby majeur. Ce sont de gros travailleurs. [...] C’est le lobby le plus puissant à Washington. Israël a [fichu en l’air] la politique étrangère des Etats-Unis depuis des années.»

«Stone vient sans doute d’apprendre lundi que le fait de parler derrière un mur de contenu payant ne signifie pas que le monde ne peut pas vous entendre» ironise le blog Ministry of Gossip, en référence à l’introduction de la consultation payante de son site par le quotidien britannique Times début juillet.

Les déclarations du réalisateur ont en effet provoqué l’indignation de plusieurs groupes et associations juifs. Le centre Simon Wiesenthal, une ONG destinée à la préservation de la mémoire de l’Holocauste et des droits de l’homme, a ainsi réagi:

«Oliver Stone veut minimiser l’Holocauste nazi […] et "contextualise" Hitler et Staline en les faisant passer pour des personnes pas si mauvaises que ça avec qui nous devrions compatir. Il est un perroquet de plus dans le chœur antisémite mené par l’aspirant génocidaire iranien Ahmadinejad en attribuant l’attention portée à la Shoah […] à la "domination juive des médias"…»

Oliver Stone s’est excusé dès le lendemain de sa sortie controversée par un communiqué: «En essayant de défendre un argument plus large sur l’amplitude des atrocités commises par les Allemands contre beaucoup de peuples, j’ai fait une association maladroite sur l’Holocauste, pour laquelle je suis désolé et que je regrette. Les juifs ne contrôlent bien évidemment pas les médias ni aucune autre industrie.»

Oliver Stone, cinéaste engagé à gauche, a récemment souhaité voir un «Hugo Chavez à la tête des Etats-Unis» à l’occasion de la sortie de son dernier film, un documentaire sur la gauche latino-américaine.

Photo: Oliver Stone le 31 mai 2010 à Quito, REUTERS/STR New 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte