Monde

Le patron de BP part avec 716.000 euros en poche

Slate.fr, mis à jour le 27.07.2010 à 10 h 58

Il a été la face publique de BP au pire moment, la cible de toutes les critiques depuis l'explosion de la plate-forme au large des côtes du Golfe du Mexique: Tony Hayward, le patron du géant pétrolier est déchu de ses fonctions...mais comme un roi. D'après la BBC, il va recevoir une pension annuelle de 716.000 euros (600.000 pounds).

Le chef du service économie de la BBC Robert Peston estime que cette indemnité de départ «a toutes les chances de susciter une grosse polémique». D'après lui, comme Hayward part d'un commun accord plutôt que sous contrainte, le comité de direction de BP a senti «qu'il devait honorer les termes du contrat avec lui». Une source de BP a indiqué qu'Hayward devrait être nommé  pour un poste –pas du même acabit, cependant– chez son partenaire russe TMK-BP.

L''information annoncée par BCC News a été confirmée mardi 27 juillet par le New York Times: BP a nommé l'américain Robert Dudley pour succéder à Hayward à la tête du géant pétrolier. Dudley remporte donc la mission de reconstruire l'image morale de la société parmi les salariés et le marché en général.

C'est aussi mardi 27 juillet qu'étaient publiés les résultats trimestriels de BP: l'entreprise enregistre une perte record d'environ 13 milliards d'euros (17 milliards de dollars) pour son second trimestre. Pour tenter de couvrir les coûts, BP compte vendre des actifs à la hauteur d'environ 23 milliards d'euros (30 milliards de dollars) sur les 18 prochains mois. Des ventes qui réduiraient la capacité d'exploration et de production de BP. L'année dernière à la même période BP affichait un profit de 3,4 milliards d'euros (4,4 milliards de dollars).

Tony Hayward a été lourdement critiqué par les habitants du Golfe et les politiques américains pour avoir mal géré la crise et pour sa série de gaffes, parmi lesquelles figurent celle d'avoir dit qu'il voulait «juste revenir à sa vie normale» et aussi «Le golfe du Mexique est un très grand océan. La quantité de pétrole et de dispersant que nous y mettons est minuscule, par rapport au volume d'eau total», des gaffes successives que TF1 News a regroupé dans un florilège de «Tony la Gaffe».

Photo: Suzanne Plunkett / Reuters

A LIRE EGALEMENT SUR SLATE: L'empoté de chez BP

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte