France

23 prisons vont fermer d'ici 2017

Slate.fr, mis à jour le 27.07.2010 à 13 h 49

prison / JoshuaDavisPhotography via Flickr CC License By

prison / JoshuaDavisPhotography via Flickr CC License By

La ministre de la justice Michèle Alliot-Marie a annoncé hier la fermeture de 23 établissements pénitentiaires vétustes d’ici 2017. Le Figaro publie la liste des établissements concernés.

D’après cette liste, 6 prisons vont fermer sans que l’on sache où le nouvel établissement sera reconstruit. Parmi elles: la prison de Cahors, Béthune, de Guéret, de Niort, de Chalons en Champagne et de Saint-Malo. Le reste des fermetures d'établissements pénitentiaires devrait donner lieu à l’ouverture de nouvelles prisons à proximité. Comme la prison de Chartres dont la fermeture est prévue en 2013, et qui devrait être remplacée par un nouvel établissement à Orléans. Ainsi comme l’annonçait le ministère de la justice dans un communiqué: «D'ici la fin de l'année 2017, environ 9000 places vétustes seront fermées et près de 14.000 places seront ouvertes». Et d’ajouter: «La France sera alors dotée de 68.000 places de prison, dont plus de la moitié auront été ouvertes après 1990».

Si cette décision va dans le sens d’une amélioration des conditions de vie en prison, alors que la France détient le record européen de suicides en milieu carcéral, elle est loin de faire l’unanimité. Et a notamment suscité de vives réactions du côté de la CGT pénitentiaire. Dans un communiqué, ses membres s’inquiètent de ce qu’il adviendra du personnel qui devra lui aussi se «délocaliser» et «dénoncent la conception de ces nouveaux établissements: centralisation –taille inhumaine– privatisation!»

Le mot est lancé: centralisation. Dans les régions concernées par la fermeture, on s’interroge. Comme le souligne Ouest France, 4 prisons sont concernées dans l’Ouest de la France, dont la prison de Vannes qui selon le quotidien ne sera pas remplacée. Alors que le Figaro indique qu’une nouvelle construction est prévue à Angers, le quotidien régional évoque lui d’une fermeture pure et simple.

Le directeur adjoint de la prison, Christian Gravet, a exprimé sa réserve quant à la fermeture prochaine de son établissement à Ouest France:

«Il faudra bien regarder de près ce plan national pour l'analyser. Des fermetures seront annoncées mais seront-elles vraiment effectives? À Poitiers, j'ai ainsi connu la fermeture de la vieille prison du centre-ville qui accueillait 200 détenus pour la construction en périphérie d'une toute nouvelle de 580 places. Or, la décision vient d'être prise de rouvrir cette ancienne prison à la fin 2011 pour en faire un centre pour peines aménagées. Elle abritera alors des détenus aux courtes peines et en régime de semi-liberté.»

Dans Midi-Libre, le député Francis Saint-Léger se félicite de la décision du gouvernement de conserver la maison d’arrêt de Mende:

«C'est une décision politique. Des travaux de mise aux normes devront être engagés. Mais on a vu que l'on pouvait le faire. C'est une victoire exceptionnelle, car si l'on avait perdu cette prison, alors, il n'y avait pas de raison de garder le tribunal, puis le commissariat... C'est un élément essentiel.»

Photo: prison / JoshuaDavisPhotography via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte