France

Les soldats français en Afghanistan se sentent oubliés

Slate.fr, mis à jour le 23.07.2010 à 16 h 21

Les soldats français en Afghanistan ont été ignorés de tous lors du dernier Mondial sud-africain, la plupart des médias ayant préféré au sang coulé, les tribulations et l'échec de l'équipe de France de football. C'est l'angle choisi par La Croix, qui donne la parole à plusieurs Français blessés lors d'«opérations extérieures».

Comme le 21 juillet 2009. Ce jour là, un véhicule blindé saute sur un engin explosif taliban. Le bilan est lourd pour le médecin de la troupe, Sébastien Sicard, dont le pronostic vital est engagé. Retiré du terrain car diminué, ce blessé de guerre s'inquiète aujourd'hui du sort de ses ex-compagnons d'infortune:

«Les médecins sont censés être moins exposés que les soldats. S’ils commencent à être touchés, c’est que la situation est grave et qu’il faudrait peut-être commencer à en parler. Ceux qui se battent là-bas ont parfois le sentiment d’être oubliés.»

Stéphane Rouffet, brigadier-chef de 33 ans, compte lui aussi se reconvertir dans la formation des plus jeunes. Mais a posteriori, il dit avoir très mal vécu la forte médiatisation des Bleus lors de la Coupe du monde sud-africaine, alors qu'un de ses compagnons d'infanterie, Steeve Cocol, est mort en Afghanistan le 18 juin dernier, les armes à la main:

«Ce jour-là, des hommes n’avaient pas respecté le drapeau et on parlait d’eux 24 heures sur 24, tandis que d’autres, tombés au même moment pour ce drapeau, étaient superbement ignorés. Où sont ces valeurs dont nous parle sans cesse le président de la République?»

Photo : 081018-N-9640W-001 by Isafmedia, via Flickr / CC Licence By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte