Economie

Les très riches Français sont-ils à plaindre?

Slate.fr, mis à jour le 23.07.2010 à 13 h 10

«De tous les pays du monde, la France est celui qui taxe le plus les contribuables aisés» a affirmé Nicolas Sarkozy le 12 juillet lors de son intervention télévisée -«non, je ne suis pas le président des plus riches» fallait-il comprendre. Une affirmation Alternatives Economiques démonte dans sa dernière livraison. Le magazine explique en fait qu'on ne peut ni confirmer ni réfuter, car assure-t-il, «s'il existe bien des comparaisons internationales des taux de prélèvements obligatoires, il n'existe quasiment pas par contre de comparaison internationale précise des taux d'imposition par niveau de revenus».

Et cette absence de données n'est pas seulement due à la complexité du processus de comparaison des systèmes sociaux et fiscaux et de la multiplicité des sources de revenu, juge Alternatives Economiques, elle traduit «un manque général navrant de curiosité de la part des organismes statistiques internationaux comme Eurostat ou l'OCDE pour les questions qui fâchent concernant les inégalités»

En dépit de cette absence, Alternatives Economiques rappelle toutefois que les niveaux d'imposition de la France, des Etats Unis et du Royaume Uni ont été comparés en 2006 par les économistes Thomas Piketty et Emmanuel Saez.

Et d'après leurs résultats, oui, les prélèvements obligatoires sont globalement plus importants en France du fait de la protection sociale, oui, les prélèvements sur les revenus des plus aisés sont plus importants.

Mais d'une part le système social et fiscal français apparaît comme beaucoup moins progressif que les systèmes anglosaxons, comme cela est expliqué en détail dans l'article.

Et encore plus parlant, si l'on s'intéresse aux seuls impôts sur le revenu et le patrimoine, ceux-ci pèsent plutôt moins lourd sur le revenu des très riches en France qu'au Royaume Uni et aux Etats unis: les revenus et patrimoines des très riches appartenant à la tranche 99,5- 99,9 de la distribution des revenus sont taxés à hauteur de 31,8 % de leurs revenus au Royaume Uni et 25,7 % aux Etats Unis contre 21,5 % seulement en France.

Comme en écho au questionnement d'Alternatives Economiques, l'administration Obama vient juste d'annoncer une augmentation d'impôts sur les plus riches en 2011 pour participer à l'effort de réduction du déficit public, d'après le Wall Street Journal. Une annonce du secrétaire d'Etat au Trésor Timothy Geithner qui n'a pas manqué de déclencher un débat avec les républicains et un petit groupe de démocrates voulant retarder cette augmentation d'impôts.

Geithner affirme que la Maison Blanche prévoit d'étendre ces augmentations à la classe moyenne, et devrait entreprendre une plus large révision de la législation sur les impôts l'année prochaine. 

A LIRE AUSSI: «La main invisible du marché pique dans la caisse»

Photo: 500 euro/matze-ott via via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte