France

Paul Bocuse entame, doucement, sa succession

Temps de lecture : 2 min

A 84 ans, Paul Bocuse préparerait-il sa succession? Pour la première fois, selon leprogrès.fr, le célèbre chef -nommé «meilleur cuisinier du siècle» en 1989 par Gault et Millau- a ouvert une partie du capital de quatre de ses brasseries lyonnaises à Naxicap Partners, une filiale de Natixis, dont la participation s'élève à 4 millions d'euros. En parallèle, son fidèle lieutenant Jean Fleury devient l'actionnaire majoritaire de ces quatre restaurants, en raison de l'augmentation de ses parts.

Pour le moment, Paul Bocuse reste l'actionnaire principal de ses autres établissements dont l'Auberge du Pont de Collonges -trois étoiles au guide Michelin depuis 35 ans-, la brasserie Argenson ou les Ouest express. Mais de l'aveu même de Jean Fleury, cette recomposition de capital est un moyen de «pérenniser cette entreprise» pour «l'après Paul Bocuse». En outre, à l'avenir, le capital de l'entreprise pourrait être ouvert aux «managers et aux chefs».

Les quatre brasseries, ouvertes à Lyon entre 1994 (Le Nord) et 2003 (l'Ouest), représentent un marché non négligeable: en 2009, elles ont accueilli près d'un demi-million de clients et réalisé un chiffre d'affaires d'environ 19 millions d'euros.

Paul Bocuse, french cook / Alain Elorza via Flickr / CC Licence By

Retrouvez ici un portrait de Paul Bocuse, de notre critique gastronomique Nicolas de Rabaudy.



Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters