France

Eric Woerth n'a pas bradé la forêt de Compiègne

Slate.fr, mis à jour le 20.07.2010 à 12 h 53

Fast Horse / Patrick Goossens via Flickr CC License By

Fast Horse / Patrick Goossens via Flickr CC License By

Alors que Marianne et le Canard Enchaîné affirmaient le 13 juillet qu'Eric Woerth avait bradé un terrain de Compiègne à un ami d'ami, Lemonde.fr revient sur l'affaire plus en profondeur et conclut qu'il n'y a pas eu de faute.

Voilà la situation qui avait été racontée par Marianne et le Canard:  la semaine précédant son départ du ministère du Budget pour le ministère du Travail, la parcelle où se situe l'hippodrome de Compiègne, dans l'Oise, a été cédée à la Société des courses de Compiègne (SCC) –qui en était jusque là la concessionnaire– pour 2,5 millions d'euros. Un montant beaucoup trop faible, d'après Marianne, pour les 57 hectares du terrain, et une transaction effectuée sans appel d'offres. Le président de la SCC, Antoine Gilibert, étant selon Le Canard enchaîné un familier du ministre, «l'affaire du terrain de Compiègne» venait s'ajouter à «l'affaire Woerth».

Dans une longue interview à Europe 1 mardi 20 juillet, Eric Woerth se défend, s'exclamant

«Mais y a pas de soupçon! C'est insupportable cette idée là. L'idée de l'hippodrome de Compiègne elle est claire, elle est clarissime, elle est totalement claire!».

Lemonde.fr reprend point par point les soupçons des deux publications, et y répond différemment:

1. «Le prix de vente n'a pas été sous-évalué», il serait même plus élevé que d'habitude: Le Canard enchaîné estimait que la vente aurait dû se faire à 20 millions d'euros, soit 351.000 euros l'hectare, au lieu de 2,5 millions (44.000 euros l'hectare)? Un expert forestier répond au Monde.fr que le prix de vente dans la zone du terrain est plutôt entre 6 et 10.000 euros l'hectare. 

2. «Le processus de vente est contesté mais légal»: La transaction a été conclue de gré à gré, sans enchères ni appel d'offres, mais il n'y a rien là de bien étonnant puisque c'est la manière dont la majorité des ventes de forêt se font, et que «quand l'Etat vend, il n'y a guère de règles contraignantes sur la mise en concurrence ou la transparence. On peut le déplorer, mais c'est tout à fait légal», explique un avocat spécialiste de droit public.

Le site d'information convient bien que la vente a été particulièrement rapide, sans doute accélérée par Eric Woerth, passionné de hippisme, mais sans que cela ne représente une irrégularité pour autant. En résumé, une vente tout ce qu'il y a de plus légale, même si elle peut sembler dérangeante par la proximité des protagonistes qui circulent dans le même cercle social.

Photo: Fast Horse / Patrick Goossens via Flickr CC License By 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte