Monde

La Guinée, une terre d'impunité?

Temps de lecture : 2 min

Soldats de l'armée près de l'aéroport national de Conakry, Octobre 2009. Reuters
Soldats de l'armée près de l'aéroport national de Conakry, Octobre 2009. Reuters/Luc Gnago

Ousmane Conté, l'aîné des fils de feu Lansana Conté (Président de la Guinée de 1984 à 2009), arrêté en février 2009 à la suite du démantèlement d'un réseau de trafic de drogue sévissant en Afrique de l'Ouest, a été remis en liberté provisoire.

En juin 2010, le président américain Barack Obama l'avait qualifié de «baron de la drogue» dans une lettre adressée au Congrès. Ses biens sous juridiction américaine devaient être saisis par la même occasion.

Selon le site guinéen Aminata.com, spécialiste de l'actualité guinéenne, cette décision de la justice guinéenne est fortement contestée à Conakry, la capitale du pays.

Aux premières heures de la prise du pouvoir par l'armée et le capitaine Moussa Dadis Camara, Ousmane Conté avait publiquement avoué son implication dans les cartels de la drogue avec une phrase restée d'anthologie dans le pays: «Je fais partie du réseau mais je n'en suis pas le parrain»

Son avocat avait récusé les accusations de parrainage de la drogue en soulignant que l'administration américaine avait fait une erreur, que son client n'était pas un trafiquant international et qu'il ne disposait d'aucun bien sur le sol américain.

«Le fils Conté est certes poursuivi pour trafic présumé de drogue mais j'affirme haut et fort qu'il n'est nullement connu dans le trafic international de cocaïne ni de la drogue», avait-il affirmé.

Aminata.com s'interroge sur les dessous de cette libération. Le site trouve suspecte cette décision de justice qui intervient au moment où les procès de la Cour d'assises se poursuivent et, surtout, sans que les charges qui pèsent sur Conté ne soient levées.

Photo: Soldats de l'armée près de l'aéroport national de Conakry, Octobre 2009. Reuters/Luc Gnago

Newsletters

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

Près de six mois après le début du mouvement de contestation pro-démocratie à Hong Kong, la confrontation la plus longue et l'une des plus violentes a lieu au sein du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU), où des...

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Son certificat de naissance avait été falsifié.

En Tunisie, les modifications corporelles pour faire partie des gros durs

En Tunisie, les modifications corporelles pour faire partie des gros durs

Des tatouages et des scarifications pour prouver sa résistance à la douleur, pour montrer qu'on est un vrai mec, pour exprimer aussi une souffrance sociale.

Newsletters