Monde

Maastricht interdit le cannabis pour les touristes

Temps de lecture : 2 min

La Cour de justice de l'Union européenne a confirmé une décision qui permet à la ville néerlandaise de Maastricht d’interdire l’accès à ses «coffee shop», les cafés vendant légalement du cannabis, aux touristes. Maastricht se situe à la frontière avec la France et la Belgique, et le gouvernement local ne veut plus des quelques 4.000 touristes qui envahissent la ville chaque jour à la recherche de cannabis.

Mais plus de 70% des ventes des cafés viennent des étrangers, et les propriétaires de coffee shop ont emmené l’affaire devant les tribunaux, estimant que l’interdiction va à l’encontre des lois sur la libre circulation des personnes et le libre-échange au sein de l’Union européenne. Des principes qui ont justement été instaurés par le traité de Maastricht au début des années 1990.

Marc Josemans, propriétaire d’un café et président de l’Association des coffee shops officiels de Maastricht, a fait appel de la décision de la ville devant le conseil d’Etat néerlandais, qui a demandé au tribunal européen son interprétation de la loi européenne.

L’avocat général européen, Yves Bot, s’est opposé aux arguments de Josemans, estimant que les drogues ne sont pas protégées par les lois du libre-échange parce qu’elles sont illégales partout ailleurs qu’aux Pays-Bas. L’avocat a ajouté que la ville a le droit de protéger ses citoyens, en soulignant que le tourisme lié à la drogue est «une menace réelle et suffisamment sérieuse à l’ordre public

La décision finale est toujours en attente, mais Reuters estime qu’elle pourrait avoir un effet domino à travers les Pays-Bas, où «l’opinion publique et le gouvernement sont de plus en plus hostiles à la vente de drogue.» La Cour de justice de l’Union européenne, basée à Luxembourg, suit l’avis de ses avocats généraux dans la plupart des cas, et devrait rendre sa décision finale dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

Les Pays-Bas sont le seul pays européen où la vente de drogues douces est tolérée. La possession de drogues douces pour usage personnel y a été décriminalisée, et leur vente, qui est interdite par la loi, est tolérée dans les coffee shop.

Image de une: Cannabis par Adrian Miller via Flickr

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters