France

Les déplacements trop coûteux de Sarkozy

Slate.fr, mis à jour le 15.07.2010 à 19 h 49

 
Nicolas Sarkozy ne s'est pas privé de le rappeler lors de son intervention sur France 2 le 12 juillet: en 2008, pour la première fois de l'histoire de France, le budget de l'Elysée a été passé au crible, avec l'ambition de rompre avec l'opacité sur les dépenses de l'Etat qui prévalait jusqu'alors.

Cette étude au peigne fin «des comptes et de la gestion des services de la présidence de la République» a été réalisée cette année pour la deuxième fois. Jeudi 15 juillet, la Cour des Comptes a rendu public son rapport (format PDF), qui permet de distribuer les bons et mauvais points:

Beaucoup de bons points

Dès l'introduction, le rapport affirme:  

«La Cour tient à souligner l'importance des progrès réalisés en 2009 et durant le premier semestre 2010, dans le sens d'une gestion respectueuse de la règle de droit et soucieuse d'économies.»

La Cour des comptes est ainsi globalement satisfaite des comptes de l'Elysée. Notamment sur la réduction des dépenses consacrées aux études et sondages commandés par l'Elysée, qu'elle avait jugées «exorbitantes» en 2008 quand la Cour était présidée par Philippe Séguin.  Le rapport souligne sur ce point là «un sérieux effort de rationalisation et d'économies».

Les mauvais points

Des efforts d'économie restent bien sûr à faire, notamment sur les déplacements du chef de l'Etat, qui ont augmenté de près de 40% en un an. On peut y voir, d'après l'éditorial du Monde du 15 juillet intitulé Les vertus de la transparence, la conséquence des «excès de M. Sarkozy dans sa politique de communication, car en 2009, il se comportait encore en hyperprésident, toujours omniprésent, avant de s'obliger, après la déroute de la droite aux élections régionales, en mars, à plus de discrétion et à la diète médiatique.»

S'élevant en 2009 à 22 millions d'euros, sur un budget total de 112,113 millions d'euros, le coût des déplacements représente 19,25% du total des charges en 2009. Ces excès se retrouvent dans les effectifs des délégations qui accompagnent le président -132 membres pour l'assemblée de l'ONU à New York- et dans les dépenses engendrées par la médiatisation des déplacements, qui ont doublé pour la France et triplé pour l'étranger -plus de 25.000 euros engagés pour l'aménagement d'une salle de presse spécifique au G20 de Pittsburgh en septembre.

Le député René Dosière, grand scrutateur du train de vie de l'Etat dont les réactions ont été recueillies par le Nouvel Observateur, ajoute:  

«A titre d'exemple, la Cour relève un déplacement de deux heures et demie dans l'Ain dont le coût s'est élevé à 855 euros la minute! Et ce coût ne comprend pas celui des centaines de policiers mobilisés à cet effet

Photo: A330/abdallahh via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte