France

Ce que Pujadas n'a pas opposé à Sarkozy

Slate.fr, mis à jour le 15.07.2010 à 16 h 58

Nicolas Sarkozy a tenté, lors de son intervention télévisée du 13 juillet, d'évoquer les points (très) chauds de l'actualité du pays: sa relation tendue avec Angela Merkel, l'affaire Woerth-Bettencourt, le bouclier fiscal... Et selon L'Expansion.com, le journaliste de France 2 David Pujadas aurait manqué plusieurs occasions de pointer du doigt les approximations du président. 

Notamment lorsque Nicolas Sarkozy affirme que Liliane Bettencourt «paie plusieurs millions d'euros d'impôts par mois. Par mois!», David Pujadas oublie de rappeler que l'héritière de L'Oréal possède dix milliards d'euros, dont une partie en Suisse. Un oubli dommageable, car cela aurait relativisé la pression fiscale qui repose sur les épaules de Liliane Bettencourt, c'est-à-dire moins de 0.5% de son patrimoine total.

Interrogé sur l'affaire Bettencourt et les révélations du site d'information Mediapart, le président répond que que «derrière tout ça il y a des officines, il y a des gens» . Pourquoi David Pujadas ne lui a t-il pas demandé de préciser son propos, ou de dire qui sont ces «gens qui les fréquentent»?

Autre erreur non relevée par le présentateur du 20H: «le G20 est une invention française». Faux d'après l'Expansion :

«le G20 a été créé en 1999 à l'initiative du ministre de l'économie canadien Paul Martin, lors d'une réunion des ministres des finances des grandes puissances mondiales.»

Enfin, d'autres éléments de langage sont passés au crible, comme le supposé «bouclier fiscal allemand», ou le budget des collectivités locales.

Photo: Nicolas Sarkozy dialoguant sur le plateau de TF1 le 25 janvier 2010/Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte