Monde

Le retour du fuck et des tétons à la télé américaine

Temps de lecture : 2 min

Un jugement qui devrait ravir les défenseurs de la liberté d’expression: Le Wall Street Journal fait état d’une décision de justice qui pourrait modifier le paysage audiovisuel américain. Une cour d'appel a jugé, par 5 voix contre 4, que les règles visant à limiter l’indécence à l’antenne étaient contraires au 1er amendement de la constitution. L’affaire opposait les chaînes de télévision publiques américaines au FCC (Federal Communications Commission), équivalent du CSA aux Etats-Unis.

Le juge Pooler en charge de cette affaire justifie ainsi la décision:

«En interdisant toutes les références «manifestement grossières» au sexe, aux organes sexuels, et aux matières fécales sans définir ce qu’ils entendent par manifestement grossier, la FCC limite l’expression, parce que les télévisions ne sont pas en mesure de savoir ce que le FCC jugera comme injurieux»

C’est donc une victoire pour les chaînes de télévision publiques Fox Television, NBC Universal, ABC et CBS, soumises à ces règles de 6h à 22h, soit aux heures de grande écoute. Certaines chaînes en venaient à s’autocensurer pour ne pas risquer une amende. Et lorsqu’elles se faisaient prendre, cela pouvait leur coûter très cher. Souvenez-vous de Janet Jackson en 2004. Lors du show du SuperBowl, diffusé en direct sur CBS, la chanteuse avait laissé apparaître un sein.

Avant l’histoire du sein de Janet, l’amende pour non respect des règles s’élevait à 32.500 dollars. Depuis le nipplegate, le montant des amendes a été multiplié par 10. Le Wall Street Journal estime que cette jurisprudence pourrait permettre à la chaîne de repasser devant les juges.

Depuis quelques années, les affaires de ce genre s’étaient multipliées. Comme le relève 20minutes.fr, en 2003, le chanteur Bono s’était écrié de joie: «This is really, really fucking brilliant. Really, really, great» lors d’une remise de prix. Des spectateurs s’en étaient émus. Réaction du FCC, interdiction des insultes isolées à l'antenne.

Jusqu’aux décisions les plus absurdes. En 2006, le FCC a exigé des réparations suite à un épisode de NYPD Blue, dans lequel le mot «bullshit» avait était jugé injurieux. Mais bizarrement l'emploi du mot «dick» et «dickhead» ne posait pas de problème.

Mais que les tenants de la bienséance se rassurent, cela ne veut pas dire que les télévisions vont pouvoir se permettre toutes les vulgarités. Dennis Wharton, porte-parole de l'Association nationale des diffuseurs s'en est ouvertement défendu:

«Si nous avions voulu le faire, nous l’aurions déjà fait de 22h à 6h, à l'heure où les règles du FCC ne s’appliquent pas»

Photo: Cool Blog Sociale - 4th November 2008 - Fuck The Rain by Art Lebedev C/ SOCIALisBETTER via Flickr CC License by

Newsletters

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président américain en 2016, il semblerait que les journalistes retombent dans le même travers.

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

Grace va pouvoir retrouver sa mère après plus de deux mois de détention.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 27 juillet au 2 août

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 27 juillet au 2 août

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Newsletters