Monde

La CIA a payé le physicien iranien 5 millions de dollars

Temps de lecture : 2 min

Photo satellite d'un lieu suspecté d'être un site d'enrichissement d'uranium, pr
Photo satellite d'un lieu suspecté d'être un site d'enrichissement d'uranium, près de Qom en Iran / Reuters

Shahram Amiri, le scientifique iranien qui est rentré chez-lui mercredi 14 juillet après avoir affirmé qu’il avait été kidnappé et torturé par des agents de renseignement américains, a été payé 5 millions de dollars (3,9 millions d'euros) par la CIA contre des informations concernant le programme nucléaire de son pays, selon le Washington Post. Le physicien est arrivé à Téhéran dans la nuit et a retrouvé sa famille.

Tout l'argent est aujourd’hui hors de sa portée grâce aux sanctions financières contre l’Iran, a toutefois déclaré un responsable américain. «Il est désormais parti, mais pas son argent. Nous avons ses informations, et l’Iran l’a récupéré,» a-t-il froidement ajouté.

A propos des conditions d’anonymat, plusieurs officiels américains pensent qu’Amiri est probablement arrivé à l’ambassade pakistanaise à Washington pour rentrer chez lui immédiatement de peur que le gouvernement iranien s’en prenne à sa famille. Sa décision de partir a «stupéfait les responsables américains, selon lesquels il travaillait avec l’agence de renseignement américaine depuis plus d’un an,» rapporte le Washington Post.

Quand Amiri a disparu lors d’un pèlerinage en Arabie Saoudite l’année dernière, l’Iran avait accusé les Etats-Unis de l’avoir kidnappé. Les Etats-Unis avaient rejeté les accusations, et plus tôt cette année, ABC News rapportait qu’Amiri était volontairement passé du côté américain et fournissait des informations à la CIA sur le programme nucléaire iranien. Mais avant de partir, Amiri a soutenu la version iranienne, affirmant à une chaîne de télévision d’Etat qu’il avait été enlevé et avait subi «une guerre psychologique et une pression bien pire qu’en prison» au cours des 14 derniers mois, rapporte CNN. Hillary Clinton, la Secrétaire d’Etat américaine, a de nouveau rejeté les accusations d’enlèvement et parle de coopération avec le scientifique.

Si la somme de 5 millions de dollars semble exorbitante, un responsable a confié au Washington Post que les informations d’Amiri les valaient bien. «Le soutien financier dépend de ce qu’a fait la personne, et de comment les informations se sont vérifiées avec le temps, a déclaré l’officiel. On ne donne pas pour rien.»

Photo: Photo satellite d'un lieu suspecté d'être un site d'enrichissement d'uranium, près de Qom en Iran / Reuters

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters