Monde

Al-Qaida derrière les attentats en Ouganda

Temps de lecture : 2 min

Ougandais ds un hôpital de la capitale le 12 juillet, REUTERS/Benedicte Desrus
Un Ougandais blessé dans un hôpital de la capitale Kampala le 12 juillet 2010, REUTERS/Benedicte Desrus

Une milice somalienne liée à al-Qaida a revendiqué les attentats qui ont frappé dimanche 11 juillet l’Ouganda et qui ont fait au moins 76 victimes. Un porte-parole d’al-Shabaab, un groupe islamiste radical, a déclaré depuis la capitale somalienne Mogadishu que son organisation a perpétré les attaques, et a promis d’autres actes violents si l’Ouganda et le Burundi continuent à envoyer des troupes en Somalie dans le cadre de l’effort international de maintien de la paix.

«Al-Shabaab est derrière les explosions, a-t-il déclaré. Nous remercions nos martyrs qui ont perpétré les attaques». Selon les analystes, si l’implication d’al-Shabaab est confirmée, les attentats marqueraient un important changement de stratégie pour ce groupe, qui n’opérait jusqu’à maintenant qu’à l’intérieur des frontières somaliennes.

«Il s’agit réellement d’une confluence désagréable d’objectifs entre les nationalistes et l’aile internationale d’al-Shabaab,» explique un analyste au Wall Street Journal. Le Washington Post souligne que le timing des attaques, qui ont eu lieu pendant la finale de la Coupe du monde, correspond à la philosophie du groupe; des responsables d’al-Shabaab ont déjà déclaré le football «non-islamique», ont interdit aux populations de regarder ce sport dans les régions qu’ils contrôlent, et ont tué plusieurs Somaliens au cours du mois dernier pour avoir regardé des matches de la Coupe du monde.

Alors que certains rapports font état de la présence de missionnaires et de travailleurs humanitaires de l’Alabama, de Pennsylvanie et de Californie parmi les victimes des explosions, la Maison Blanche a annoncé que le FBI allait s’associer à la police ougandaise pour enquêter sur les attentats.

«La première attaque a touché un bar chic, le Lugolo Rugby Club, faisant 49 morts et 11 blessés, rapporte le Figaro. La seconde bombe a explosé à l'Ethiopian Village. Un site symbolique. L'Éthiopie, puissance considérée comme chrétienne, est aussi l'ennemi désigné des islamistes somaliens.» L’Express rappelle que «l'armée éthiopienne est intervenue en Somalie en 2006 afin d'évincer un mouvement islamiste implanté à Mogadiscio», ce qui a provoqué une insurrection qui se poursuit aujourd'hui encore.

Photo: Un Ougandais blessé dans un hôpital de la capitale Kampala le 12 juillet 2010, REUTERS/Benedicte Desrus

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters