Monde

Ingrid Betancourt regrette avoir demandé 5 millions à la Colombie

Temps de lecture : 2 min

Ingrid Betancourt «regrette» d’avoir demandé 13 milliards de pesos (plus de 5,4 millions d’euros) d’indemnités au gouvernement colombien pour dommages moraux et financiers entraînés par sa captivité, rapporte le journal colombien La Semana. Dans un entretien de 45 minutes à la télévision colombienne Caracol, elle a expliqué avoir décidé de ne pas aller plus loin que l’étape de la conciliation, et donc ne pas compter porter plainte contre l’Etat si celui-ci refusait de l’indemniser.

Elle a assuré qu’elle ne cherchait qu’un geste symbolique de l’Etat. «Les coupables de la séquestration, ce sont les Farc; il n’y a pas d’attaque contre le gouvernement qui m’a libéré», a-t-elle dit, avant d’ajouter que sa libération avait marqué un «pacte de sang avec les forces militaires, contre lesquelles jamais je ne ferais rien». Betancourt a également affirmé que sa demande avait été motivée par ses compagnons de captivité, qui n’osaient pas demander des réparation les premiers.

Son objectif était également de s’asseoir avec le gouvernement pour discuter des évènements qui avaient entrainé son enlèvement et démentir ainsi une fois pour toutes les accusations contre elle, «parce qu’on a dit que j’étais une personne folle, imprudente, qui a cherché son enlèvement». L’ex-otage considère que l’Etat a failli à sa sécurité en la laissant passer les différents postes de contrôle vers San Vicente del Caguan, la région où elle s’est faite enlever. «Je ne suis pas responsable, j’ai pris ma décision avec les informations que j’avais. Jamais je n’ai voulu être séquestrée pendant six ans».

L’ancien commissaire à la paix a répondu quelques minutes plus tard sur radio Caracol, en expliquant que le gouvernement ne pouvait pas empêcher la libre circulation d’un citoyen sur les territoires sous peine d’aller contre la Constitution.

Ingrid Betancourt n’est pas la première ancienne otage à vouloir être indemnisée par l’Etat colombien, rappelle El Tiempo, mais la demande a choqué parce que ce sont les forces militaires de l’Etat qui l’ont sauvée, et parce que la somme exigée était si élevée.

Photo: Ingrid Betancourt / fabiogis50 200.000 views computer KO via Flickr CC License By

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters