Être nonne à 20 ans
Monde

Être nonne à 20 ans

En 2008, Toni Greaves s'est rendue au monastère dominicain de Notre-Dame du Rosaire, à Summit, dans le New Jersey, pour raconter ce à quoi ressemblait la vie là-bas. Mais elle a rapidement découvert quelque chose de plus unique que le reportage qu'elle devait faire. À peu près trois semaines plus tôt, sœur Lauren, âgée alors de 21 ans, avait fait son entrée dans le monastère après avoir entendu Dieu la demander auprès de lui, via une chanson sur YouTube, laissant derrière elle son petit ami avec qui elle devait se marier.

«C'est devenu clair qu'elle devait être l'arc de cette histoire, explique Greaves. Pouvoir construire quelque chose autour d'une personne, et le fait qu'elle ait une énergie fantastique et qu'elle n'ait été là que depuis quelques semaines aide beaucoup; dès le début, ce reportage était clairement centré sur elle.»

Greaves est revenu plusieurs fois là-bas, pendant sept ans, se concentrant sur le parcours de sœur Lauren, de profane à nonne, de son premier engagement à Dieu lors de la prise d'habit, jusqu'à sa profession solennelle. Les photos apparaissent le nouveau livre de Toni Greaves, Radical Love, publié chez Chronicle Books. Quand le pape François est arrivé à New York, il y a quelques semaines, c'était l'un des livres qui l'attendaient dans sa chambre.

 


	Le 4 mars 2008. Sœur Lauren, 22 ans, en train de prier. Les nonnes ont mis en place un rosaire perpétuel, et quelqu'un est toujours en train de prier dans la salle de chœur. Toni Greaves

Le 4 mars 2008. Sœur Lauren, 22 ans, en train de prier. Les nonnes ont mis en place un rosaire perpétuel, et quelqu'un est toujours en train de prier dans la salle de chœur. Toni Greaves


	Le 15 mars 2008. La communauté est une part importante de la vie monacale. Sœur Maria de la Croix (au fond, au centre), 71 ans, rigole pendant un dîner de fête. Toni Greaves

Le 15 mars 2008. La communauté est une part importante de la vie monacale. Sœur Maria de la Croix (au fond, au centre), 71 ans, rigole pendant un dîner de fête. Toni Greaves


	Le 6 avril 2008. Les jeunes nonnes discutent avec Sœur Mary Ellen Timothy, âgée de 84 ans. Toni Greaves 

Le 6 avril 2008. Les jeunes nonnes discutent avec Sœur Mary Ellen Timothy, âgée de 84 ans. Toni Greaves 


	1er novembre 2008. Sœur Lauren, 22 ans, reçoit son voile blanc (de la part de sœur Mary Martin, une prieure), lors de sa prise d'habit, qui est similaire à des fiançailles avec Dieu. Lors de cette cérémonie, elle reçoit l'habit dominicain et prend un nouveau nom saint de son choix: sœur Maria Teresa du Sacré Cœur. Toni Greaves

1er novembre 2008. Sœur Lauren, 22 ans, reçoit son voile blanc (de la part de sœur Mary Martin, une prieure), lors de sa prise d'habit, qui est similaire à des fiançailles avec Dieu. Lors de cette cérémonie, elle reçoit l'habit dominicain et prend un nouveau nom saint de son choix: sœur Maria Teresa du Sacré Cœur. Toni Greaves


	Le 22 octobre 2010. Sœur Maria Teresa répète une prosternation en préparation de sa première profession, le lendemain matin. La première profession est l'une des deux cérémonies qui scellera son engagement à Dieu. Sa profession solennelle se déroulera environ trois ans plus tard. Toni Greaves

Le 22 octobre 2010. Sœur Maria Teresa répète une prosternation en préparation de sa première profession, le lendemain matin. La première profession est l'une des deux cérémonies qui scellera son engagement à Dieu. Sa profession solennelle se déroulera environ trois ans plus tard. Toni Greaves


	Le 9 novembre 2013. Sœur Maria Teresa, 27 ans, lors de ses taches ménagères. La prière silencieuse est présente dans toutes les parties de la vie quotidienne. Toni Greaves

Le 9 novembre 2013. Sœur Maria Teresa, 27 ans, lors de ses taches ménagères. La prière silencieuse est présente dans toutes les parties de la vie quotidienne. Toni Greaves


	Le 4 juillet 2014. Sœur Mary Magdalene (à gauche) et sœur Maria Teresa (à droite) chantent «The Eagle Song» tandis que Sabrina, la chienne du monastère les regarde. Toni Greaves

Le 4 juillet 2014. Sœur Mary Magdalene (à gauche) et sœur Maria Teresa (à droite) chantent «The Eagle Song» tandis que Sabrina, la chienne du monastère les regarde. Toni Greaves


	Le 5 septembre 2014. Sœur Maria Teresa, 28 ans, parle avec sœur Mary Martin, prieure, lors des préparations de la profession solennelle qui aura lieu le lendemain matin. Toni Greaves

Le 5 septembre 2014. Sœur Maria Teresa, 28 ans, parle avec sœur Mary Martin, prieure, lors des préparations de la profession solennelle qui aura lieu le lendemain matin. Toni Greaves


	Le 6 septembre 2014. Lors de la cérémonie de profession solennelle de sœur Maria Teresa, sœur Mary Martin et sœur Mary Catharine remettent en place le voile noir de la jeune fille. Ce voile noir symbolise qu'elle est est un lieu de prière. Toni Greaves

	 

	Même si la famille de Greaves n'était pas très religieuse, elle s'est rendu à l'école du dimanche dans une église anglicane jusqu'à ses 14 ans. La mort de sa mère, en 2004 a fait renaître en elle des questions sur la spiritualité. 

	«Après être passé par de telles épreuves dans la vie, on remet en question beaucoup de choses et on les envisage différement. Je me suis intéressé à qui et quoi se trouvent derrière les corps physiques et à la façon dont les gens se connectent avec ce qu'il y a au delà des formes physiques. Et je me suis également intéressé à des communautés spirituelles dédiées puisque c'est dans ces endroits que les gens essaient le plus de nourrir cette connexion.»

	Lorsqu'elle prenait en photo le monastère, elle faisait attention à ne pas prendre pour acquis l'accès qu'on lui avait autorisé. «Je les plaçais au-dessus de tout, et elles savaient que je ne les trahirais jamais pour les images, explique-t-elle. Je ne pense pas que l'on puisse ruser pour avoir le droit d'entrer chez quelqu'un et ensuite utiliser les bonnes intentions que l'on a présenté pour avoir accès à ce que l'on souhaite. Pour moi, c'est horrible.»

	Même si son travail est principalement centré sur sœur Lauren, et montre une vie radicalement différente, que beaucoup de lecteurs peuvent ne pas comprendre, Greaves espère que les photos transmettent l'universalité de l'expérience humaine.

	«Je pense qu'en tant qu'êtres humains, nous mettons beaucoup trop de barrières entre nous pour des raisons stupides et qui me paraissent insensées, alors que fondamentalement, nous sommes tous les mêmes, au fond. L'une des choses que je veux montrer dans mon travail est que les gens voient et comprennent quelque chose de très différent d'eux et qu'ils l'apprécient d'une certaine façon. Je veux que mon travail serve d'outil pour mieux comprendre tout cela.» 

Le 6 septembre 2014. Lors de la cérémonie de profession solennelle de sœur Maria Teresa, sœur Mary Martin et sœur Mary Catharine remettent en place le voile noir de la jeune fille. Ce voile noir symbolise qu'elle est est un lieu de prière. Toni Greaves

 

Même si la famille de Greaves n'était pas très religieuse, elle s'est rendu à l'école du dimanche dans une église anglicane jusqu'à ses 14 ans. La mort de sa mère, en 2004 a fait renaître en elle des questions sur la spiritualité. 

«Après être passé par de telles épreuves dans la vie, on remet en question beaucoup de choses et on les envisage différement. Je me suis intéressé à qui et quoi se trouvent derrière les corps physiques et à la façon dont les gens se connectent avec ce qu'il y a au delà des formes physiques. Et je me suis également intéressé à des communautés spirituelles dédiées puisque c'est dans ces endroits que les gens essaient le plus de nourrir cette connexion.»

Lorsqu'elle prenait en photo le monastère, elle faisait attention à ne pas prendre pour acquis l'accès qu'on lui avait autorisé. «Je les plaçais au-dessus de tout, et elles savaient que je ne les trahirais jamais pour les images, explique-t-elle. Je ne pense pas que l'on puisse ruser pour avoir le droit d'entrer chez quelqu'un et ensuite utiliser les bonnes intentions que l'on a présenté pour avoir accès à ce que l'on souhaite. Pour moi, c'est horrible.»

Même si son travail est principalement centré sur sœur Lauren, et montre une vie radicalement différente, que beaucoup de lecteurs peuvent ne pas comprendre, Greaves espère que les photos transmettent l'universalité de l'expérience humaine.

«Je pense qu'en tant qu'êtres humains, nous mettons beaucoup trop de barrières entre nous pour des raisons stupides et qui me paraissent insensées, alors que fondamentalement, nous sommes tous les mêmes, au fond. L'une des choses que je veux montrer dans mon travail est que les gens voient et comprennent quelque chose de très différent d'eux et qu'ils l'apprécient d'une certaine façon. Je veux que mon travail serve d'outil pour mieux comprendre tout cela.» 

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les reptiles les plus venimeux au monde
Grand Format

Les reptiles les plus venimeux au monde

Newsletters