La seconde vie de nos objets personnels après notre mort
Monde / Culture

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il vit, pour y photographier de nouveaux biens. «Les souvenirs personnels sont les objets les plus intéressants des ventes, raconte-t-il. Quand je voyais un objet qui m'intéressait, je me demandais qui était le propriétaire, quelle était l'histoire de cet objet et pourquoi la famille le vendait. J'ai cherché des articles qui m'émouvaient. Ils devaient être poignants, pleins d'humour, ironiques ou intéressants.»  Son travail a été publié chez Daylight Books dans un livre intitulé What Is Left Behind – Stories from Estate Sales et fait l'objet d'une exposition à la Cumberland Gallery de Nashvillem dans le Tennessee jusqu'au 27 octobre.

«En 2013, j'ai pris ma retraite après trente ans de carrière très stressante dans un cabinet médical. Peu de temps après, j'ai commencé mon métier de photographe. Deux ans plus tard, en mars 2015, j'ai visité ma première vente de biens et cela m’a passionné. Le caractère poignant de certains biens mis en vente a fait écho à des émotions ressenties lors de ma pratique médicale que j'avais oubliées. Cette image est l’une des premières du projet. L’éclairage de la salle de bains m’a attiré, de même que l’émotion de ce négligé de la nuit de noces d’une femme il y a quarante ans. Dans la même pièce, la robe de mariée de cette femme était également exposée.»
Wedding Night Negligee | Norm Diamond

«En 2013, j'ai pris ma retraite après trente ans de carrière très stressante dans un cabinet médical. Peu de temps après, j'ai commencé mon métier de photographe. Deux ans plus tard, en mars 2015, j'ai visité ma première vente de biens et cela m’a passionné. Le caractère poignant de certains biens mis en vente a fait écho à des émotions ressenties lors de ma pratique médicale que j'avais oubliées. Cette image est l’une des premières du projet. L’éclairage de la salle de bains m’a attiré, de même que l’émotion de ce négligé de la nuit de noces d’une femme il y a quarante ans. Dans la même pièce, la robe de mariée de cette femme était également exposée.»

«Au cours des quinze mois qui ont suivi, j'ai visité plusieurs centaines de ventes à Dallas, au Texas, où je vis. Daylight Books a vu certaines de mes images lors d’une lecture de portfolio et a proposé de publier une monographie de ce travail, qui deviendra What Is Left Behind – Stories from Estate Sales. Lorsque j'ai commencé à éditer mes images pour le livre, j'ai cessé de me rendre à ces ventes et je n'y suis plus allé depuis le printemps 2016. On m'a souvent demandé pourquoi je n’y allais plus. Je réponds toujours que j'ai déjà exprimé dans le livre ce que je voulais dire. J'ai pris cette photo car enfant, j’avais un CD rouge avec un cow-boy (je pense que c'était Roy Rogers chantant “Big Rock Candy Mountain”). Ces disques mis en vente m’ont immédiatement projeté dans mon enfance dans le Midwest.»
Cowboy Songs | Norm Diamond

«Au cours des quinze mois qui ont suivi, j'ai visité plusieurs centaines de ventes à Dallas, au Texas, où je vis. Daylight Books a vu certaines de mes images lors d’une lecture de portfolio et a proposé de publier une monographie de ce travail, qui deviendra What Is Left Behind – Stories from Estate Sales. Lorsque j'ai commencé à éditer mes images pour le livre, j'ai cessé de me rendre à ces ventes et je n'y suis plus allé depuis le printemps 2016. On m'a souvent demandé pourquoi je n’y allais plus. Je réponds toujours que j'ai déjà exprimé dans le livre ce que je voulais dire. J'ai pris cette photo car enfant, j’avais un CD rouge avec un cow-boy (je pense que c'était Roy Rogers chantant “Big Rock Candy Mountain”). Ces disques mis en vente m’ont immédiatement projeté dans mon enfance dans le Midwest.»

«Les souvenirs personnels sont les objets les plus intéressants des ventes. Quand je voyais un objet qui m'intéressait, je me demandais qui en était le propriétaire, quelle était l'histoire de cet objet et pourquoi la famille le vendait. À chaque vente immobilière, il y a des centaines et parfois des milliers d'articles. La plupart d'entre eux ne m'intéressaient pas. J'ai cherché ceux qui m'émouvaient. Ils devaient être poignants, pleins d'humour, ironiques ou intéressants. Par exemple, les objets qui commentaient l'histoire culturelle ou politique des États-Unis au milieu du XXe siècle m’intéressaient particulièrement. J'ai acheté cet article et l'ai photographié chez moi sur une vieille table, en utilisant un coussin à épingles et des ciseaux comme accessoires. La canette bleue était une vieille cartouche de film Kodak qui avait été peinte. J'ai sorti des fils de chaque bobine et les ai laissés pendre. Je laisse le spectateur choisir sa métaphore. Ma sœur est psychothérapeute et utilise cette image dans ses ateliers mère-fille.»
Sewing Table | Norm Diamond

«Les souvenirs personnels sont les objets les plus intéressants des ventes. Quand je voyais un objet qui m'intéressait, je me demandais qui en était le propriétaire, quelle était l'histoire de cet objet et pourquoi la famille le vendait. À chaque vente immobilière, il y a des centaines et parfois des milliers d'articles. La plupart d'entre eux ne m'intéressaient pas. J'ai cherché ceux qui m'émouvaient. Ils devaient être poignants, pleins d'humour, ironiques ou intéressants. Par exemple, les objets qui commentaient l'histoire culturelle ou politique des États-Unis au milieu du XXe siècle m’intéressaient particulièrement. J'ai acheté cet article et l'ai photographié chez moi sur une vieille table, en utilisant un coussin à épingles et des ciseaux comme accessoires. La canette bleue était une vieille cartouche de film Kodak qui avait été peinte. J'ai sorti des fils de chaque bobine et les ai laissés pendre. Je laisse le spectateur choisir sa métaphore. Ma sœur est psychothérapeute et utilise cette image dans ses ateliers mère-fille.»

«Sur cette photo, on voit un placard. Les chapeaux de cow-boy sont courants au Texas. La combinaison avec les bouteilles Old Spice m'a fait sourire. Old Spice est une marque qui commercialise un déodorant à l'eau de Cologne pour hommes américains. C'était assez courant dans le passé, moins maintenant. Son odeur est très forte et beaucoup s'en moquent. Je ne suis pas sûr que ce soit disponible en France, mais je pense que ce ne serait pas très populaire.»
Stetsons and Old Spice | Norm Diamond

«Sur cette photo, on voit un placard. Les chapeaux de cow-boy sont courants au Texas. La combinaison avec les bouteilles Old Spice m'a fait sourire. Old Spice est une marque qui commercialise un déodorant à l'eau de Cologne pour hommes américains. C'était assez courant dans le passé, moins maintenant. Son odeur est très forte et beaucoup s'en moquent. Je ne suis pas sûr que ce soit disponible en France, mais je pense que ce ne serait pas très populaire.»

«De nombreux objets ont suggéré des histoires personnelles fascinantes sur lesquelles je ne pouvais que m'interroger. Cela faisait partie de l'excitation. Une photographie montrait par exemple des feuilles provenant d'une plante récoltée lors d'un projet scolaire en 1939. Les feuilles avaient été scotchées dans un album qui n'avait probablement pas été ouvert depuis soixante-quinze ans. Quand j'ai ramené l’album à la maison, les feuilles étaient encore en parfait état, mais le papier dans l'album s'effritait. 

J'ai acheté cette vieille télé pour quinze dollars et l'ai mise dans un placard à la maison, ne sachant pas comment je la photographierais. La rudesse du mur blanc et du rembourrage bleu de la moquette de l'une de nos chambres m'a semblé un bon fond pour la télévision. Je l'ai sortie du placard, l'ai branchée et me suis allongé par terre pour prendre cinq ou six photos. Cette image est sur la couverture de mon livre What Is Left Behind – Stories from Estate Sales.»
No Reception | Norm Diamond

«De nombreux objets ont suggéré des histoires personnelles fascinantes sur lesquelles je ne pouvais que m'interroger. Cela faisait partie de l'excitation. Une photographie montrait par exemple des feuilles provenant d'une plante récoltée lors d'un projet scolaire en 1939. Les feuilles avaient été scotchées dans un album qui n'avait probablement pas été ouvert depuis soixante-quinze ans. Quand j'ai ramené l’album à la maison, les feuilles étaient encore en parfait état, mais le papier dans l'album s'effritait. 

J'ai acheté cette vieille télé pour quinze dollars et l'ai mise dans un placard à la maison, ne sachant pas comment je la photographierais. La rudesse du mur blanc et du rembourrage bleu de la moquette de l'une de nos chambres m'a semblé un bon fond pour la télévision. Je l'ai sortie du placard, l'ai branchée et me suis allongé par terre pour prendre cinq ou six photos. Cette image est sur la couverture de mon livre
What Is Left Behind – Stories from Estate Sales.»

«Dans la région de Dallas, il peut y avoir jusqu'à trente ou quarante organisations de ventes par semaine, chacune durant plusieurs jours. Chaque semaine, j'ai consulté les sites web et choisi cinq à dix ventes auxquelles je me rendrais. Certaines ont eu lieu dans les maisons où les propriétaires des objets vivaient autrefois. Elles sont ouvertes au public. Les entreprises embauchent des personnes pour surveiller les ventes et effectuer les transactions monétaires. J'ai acheté cet avion pour cinq dollars et l'ai mis sous le lit de notre fils. J'ai ajouté les balles de baseball et de football américain. La punaise et l'emballage de bonbons étaient déjà là.»
Yellow Airplane | Norm Diamond

«Dans la région de Dallas, il peut y avoir jusqu'à trente ou quarante organisations de ventes par semaine, chacune durant plusieurs jours. Chaque semaine, j'ai consulté les sites web et choisi cinq à dix ventes auxquelles je me rendrais. Certaines ont eu lieu dans les maisons où les propriétaires des objets vivaient autrefois. Elles sont ouvertes au public. Les entreprises embauchent des personnes pour surveiller les ventes et effectuer les transactions monétaires. J'ai acheté cet avion pour cinq dollars et l'ai mis sous le lit de notre fils. J'ai ajouté les balles de baseball et de football américain. La punaise et l'emballage de bonbons étaient déjà là.»

«Beaucoup de mes photographies ont été réalisées lors des ventes. Malheureusement, l'éclairage dans les maisons était souvent mauvais et je n'ai pas utilisé le flash. J'ai donc également acheté de nombreux articles, mais je m'étais fixé une limite de vingt-cinq dollars au maximum par article. Je photographiais alors l'objet dans mon studio en utilisant des éclairages et arrière-plans différents. Je pouvais ainsi accentuer la signification qu'avait l'article pour moi. Si un article dépassait vingt-cinq dollars ou était trop gros pour entrer dans ma voiture, je le photographiais à la vente. Certaines ventes immobilières sont répertoriées comme des ventes “pré-démolition”. Les maisons seront démolies pour y construire de nouvelles sur le même terrain.»
Everything Must Go | Norm Diamond

«Beaucoup de mes photographies ont été réalisées lors des ventes. Malheureusement, l'éclairage dans les maisons était souvent mauvais et je n'ai pas utilisé le flash. J'ai donc également acheté de nombreux articles, mais je m'étais fixé une limite de vingt-cinq dollars au maximum par article. Je photographiais alors l'objet dans mon studio en utilisant des éclairages et arrière-plans différents. Je pouvais ainsi accentuer la signification qu'avait l'article pour moi. Si un article dépassait vingt-cinq dollars ou était trop gros pour entrer dans ma voiture, je le photographiais à la vente. Certaines ventes immobilières sont répertoriées comme des ventes “pré-démolition”. Les maisons seront démolies pour y construire de nouvelles sur le même terrain.»

«Au début, j'étais assez gêné par le fait de transporter un appareil photo dans ces ventes, car j'avais peur qu’on me demande de partir. Je n'utilisais qu'un appareil numérique léger. Finalement, je suis devenu plus audacieux et j'ai utilisé des appareils numériques plus grands. Peu de visiteurs se souciaient vraiment de ce que je faisais. Ce puzzle est l'article le moins cher que j'ai pris. Il a coûté cinquante centimes. J’ai pensé que ses pièces en désordre étaient une métaphore de la vie de Marilyn.»
Marilyn Puzzle | Norm Diamond

«Au début, j'étais assez gêné par le fait de transporter un appareil photo dans ces ventes, car j'avais peur qu’on me demande de partir. Je n'utilisais qu'un appareil numérique léger. Finalement, je suis devenu plus audacieux et j'ai utilisé des appareils numériques plus grands. Peu de visiteurs se souciaient vraiment de ce que je faisais. Ce puzzle est l'article le moins cher que j'ai pris. Il a coûté cinquante centimes. J’ai pensé que ses pièces en désordre étaient une métaphore de la vie de Marilyn.»

«La vente de chaque objet représente le passage inexorable d’une génération à l’autre. Il n’est pas rare de voir des jouets d’enfants à côté de fauteuils roulants. Je devais affronter ma propre mortalité chaque fois que j'y allais. Les biens que mes parents nous ont laissés à ma sœur et moi ont également pris une signification particulière. J'ai fouillé ma maison jusqu'à ce que je trouve un porte-clés en cuir noir et blanc qui avait jadis été celui de ma mère.»
Playboy Collection | Norm Diamond

«La vente de chaque objet représente le passage inexorable d’une génération à l’autre. Il n’est pas rare de voir des jouets d’enfants à côté de fauteuils roulants. Je devais affronter ma propre mortalité chaque fois que j'y allais. Les biens que mes parents nous ont laissés à ma sœur et moi ont également pris une signification particulière. J'ai fouillé ma maison jusqu'à ce que je trouve un porte-clés en cuir noir et blanc qui avait jadis été celui de ma mère.»



«J'ai aimé cet objet pour de nombreuses raisons, mais surtout à cause des dessins au crayon. Cela m'a fait réfléchir à son histoire. Pourquoi un enfant a-t-il dessiné ces maisons? Pourquoi l’une est-elle blanche et l’autre noire, et pourquoi étaient-elles séparées par un arbre? Je voulais désespérément l’acheter, mais ça ne rentrait pas dans ma voiture. Certains ont suggéré que mes photographies offrent une seconde vie à ces objets inanimés. J'ai conservé les objets que j'ai achetés et photographiés. Ils se sont nettement détériorés en deux ans à peine. Ils constituent également une pierre de touche pour une génération et une période de temps qui ont disparu.»
Track and Transformer | Norm Diamond

«J'ai aimé cet objet pour de nombreuses raisons, mais surtout à cause des dessins au crayon. Cela m'a fait réfléchir à son histoire. Pourquoi un enfant a-t-il dessiné ces maisons? Pourquoi l’une est-elle blanche et l’autre noire, et pourquoi étaient-elles séparées par un arbre? Je voulais désespérément l’acheter, mais ça ne rentrait pas dans ma voiture. Certains ont suggéré que mes photographies offrent une seconde vie à ces objets inanimés. J'ai conservé les objets que j'ai achetés et photographiés. Ils se sont nettement détériorés en deux ans à peine. Ils constituent également une pierre de touche pour une génération et une période de temps qui ont disparu.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les vrais chiffres de la start-up nation
Grand Format

Les vrais chiffres de la start-up nation

Newsletters