Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 août au 3 septembre 2021
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 août au 3 septembre 2021

Départ d'Afghanistan du dernier soldat américain, moussons en Inde et Jeux paralympiques de Tokyo... La semaine du 28 août au 3 septembre en images.

Un membre du SAMU surveille un patient atteint du Covid-19 dans une tente installée au CHU Pierre Zobda-Quitman de Fort-de-France, en Martinique, le 29 août. Les Outre-mer sont durement touchées par la dernière vague liée au variant Delta, qui exerce une forte pression sur le système hospitalier depuis le mois de juillet. Pour soulager les hôpitaux locaux, des évacuations sanitaires de malades en soins critiques sont effectuées des Antilles vers la métropole. Le 28 août, environ 250 soignants se sont aussi envolés vers la Guadeloupe et la Martinique, suivis dimanche d'un «très gros envoi» de matériel médical par cargo, ont annoncé vendredi le ministère de la Santé et la compagnie aérienne Corsair. 
Alain Jocard / AFP

Un membre du SAMU surveille un patient atteint du Covid-19 dans une tente installée au CHU Pierre Zobda-Quitman de Fort-de-France, en Martinique, le 29 août. Les Outre-mer sont durement touchées par la dernière vague liée au variant Delta, qui exerce une forte pression sur le système hospitalier depuis le mois de juillet. Pour soulager les hôpitaux locaux, des évacuations sanitaires de malades en soins critiques sont effectuées des Antilles vers la métropole. Le 28 août, environ 250 soignants se sont aussi envolés vers la Guadeloupe et la Martinique, suivis dimanche d'un «très gros envoi» de matériel médical par cargo, ont annoncé vendredi le ministère de la Santé et la compagnie aérienne Corsair. 

Le général de division Chris Donahue, commandant de la 82e division aéroportée de l'armée américaine, monte à bord d'un avion-cargo C-17 à l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, en Afghanistan, le 30 août. Il est le dernier soldat américain à avoir quitté le sol afghan, après vingt années de présence militaire américaine. Les évacuations d'urgence, ponctuées d'un double attentat-suicide faisant plus de 80 victimes, dont 13 soldats de l'armée américaine, ont montré l'échec de la stratégie du retrait américain et constituent la première crise politique du présient américain Joe Biden. 
Jack Holt / US Central Command (CENTCOM) / AFP

Le général de division Chris Donahue, commandant de la 82e division aéroportée de l'armée américaine, monte à bord d'un avion-cargo C-17 à l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, en Afghanistan, le 30 août. Il est le dernier soldat américain à avoir quitté le sol afghan, après vingt années de présence militaire américaine. Les évacuations d'urgence, ponctuées d'un double attentat-suicide faisant plus de 80 victimes, dont 13 soldats de l'armée américaine, ont montré l'échec de la stratégie du retrait américain et constituent la première crise politique du présient américain Joe Biden. 

Cette route traverse des mines de sel inondées pendant la saison des pluies au Sénégal, à Palmarin, le 31 août. Dans les régions du centre et du nord du Sénégal, la saison des pluies s'étend généralement sur trois mois, chaque année, après neuf mois de sécheresse. Pendant ces trois mois, le paysage semi-aride habituel change d'aspect pour reverdir. Près de 90% des agriculteurs sénégalais pratiquent l'agriculture pluviale, c'est-à-dire qu'ils suivent le cycle des précipitations annuelles. Ils tentent donc de profiter de cette période pour développer leurs cultures. Mais les pluies de cette saison sont de plus en plus intenses et durent moins longtemps, tandis que la saison sèche a tendance à s'allonger sous les effets des dérèglements climatiques. En septembre 2021, il est tombé en une journée au Sénégal autant de pluie qu'en trois mois habituellement.
John Wessels / AFP

Cette route traverse des mines de sel inondées pendant la saison des pluies au Sénégal, à Palmarin, le 31 août. Dans les régions du centre et du nord du Sénégal, la saison des pluies s'étend généralement sur trois mois, chaque année, après neuf mois de sécheresse. Pendant ces trois mois, le paysage semi-aride habituel change d'aspect pour reverdir. Près de 90% des agriculteurs sénégalais pratiquent l'agriculture pluviale, c'est-à-dire qu'ils suivent le cycle des précipitations annuelles. Ils tentent donc de profiter de cette période pour développer leurs cultures. Mais les pluies de cette saison sont de plus en plus intenses et durent moins longtemps, tandis que la saison sèche a tendance à s'allonger sous les effets des dérèglements climatiques. En septembre 2021, il est tombé en une journée au Sénégal autant de pluie qu'en trois mois habituellement.

L'Américaine Tatyana McFadden (au centre) participe à la finale d'athlétisme du 1.500 m T54 femmes lors des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 au Stade olympique de Tokyo, le 31 août. Vendredi 3 septembre, la France avait remporté cinquante-et-une médailles. Elle reste quatorzième au classement général.
Thomas Lovelock / OIS / IOC / AFP

L'Américaine Tatyana McFadden (au centre) participe à la finale d'athlétisme du 1.500 m T54 femmes lors des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 au Stade olympique de Tokyo, le 31 août. Vendredi 3 septembre, la France avait remporté cinquante-et-une médailles. Elle reste quatorzième au classement général.

Un cycliste se couvre d'une bâche en plastique lors d'une averse à Faridabad, le 1er septembre. En Inde, les moussons, vitales pour l'agriculture et l'économie du pays, sont de plus en plus erratiques. Cette saison des pluies est perturbée par les dérèglements climatiques, qui entraînent des précipitations destructrices. Le sixième rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié le 9 août, prévoit des épisodes de plus en plus irréguliers et de plus en plus extrêmes.
Money Sharma / AFP

Un cycliste se couvre d'une bâche en plastique lors d'une averse à Faridabad, le 1er septembre. En Inde, les moussons, vitales pour l'agriculture et l'économie du pays, sont de plus en plus erratiques. Cette saison des pluies est perturbée par les dérèglements climatiques, qui entraînent des précipitations destructrices. Le sixième rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié le 9 août, prévoit des épisodes de plus en plus irréguliers et de plus en plus extrêmes.

Des eaux de crue entourent une voiture sur une autoroute à Brooklyn, le 2 septembre, alors que des trombes d'eau se sont abattues sur la mégapole américaine, conséquence du passage de l'ouragan Ida. Selon un bilan provisoire établi jeudi 2 septembre au soir, au moins quarante-quatre personnes sont mortes dans les États de Pennsylvanie, du Connecticut, de New York et du New Jersey. Le président Joe Biden a déclaré l'état d'urgence dans ces deux derniers États, annonçant la mise en place d'une aide fédérale. À New York, huit personnes sont mortes, prises au piège dans leur logement en sous-sol. À Central Park, au cœur de Manhattan, il a plu 18,26 centimètres d'eau en douze heures, deux fois plus que le précédent record, qui datait de 1927.
Ed Jones / AFP

Des eaux de crue entourent une voiture sur une autoroute à Brooklyn, le 2 septembre, alors que des trombes d'eau se sont abattues sur la mégapole américaine, conséquence du passage de l'ouragan Ida. Selon un bilan provisoire établi jeudi 2 septembre au soir, au moins quarante-quatre personnes sont mortes dans les États de Pennsylvanie, du Connecticut, de New York et du New Jersey. Le président Joe Biden a déclaré l'état d'urgence dans ces deux derniers États, annonçant la mise en place d'une aide fédérale. À New York, huit personnes sont mortes, prises au piège dans leur logement en sous-sol. À Central Park, au cœur de Manhattan, il a plu 18,26 centimètres d'eau en douze heures, deux fois plus que le précédent record, qui datait de 1927.

Des membres d'une famille palestinienne préparent des feuilles de malban, une confiserie traditionnelle à base de raisin, à Hébron, en Cisjordanie, le 3 septembre. Une mélasse de raisin est mélangée à de la semoule puis étalée sur le toit pour la faire sécher pendant plusieurs jours. Les bandes sont ensuite coupées en morceaux. À température ambiante, cette confiserie peut être conservée de longs mois.
Hazem Bader / AFP

Des membres d'une famille palestinienne préparent des feuilles de malban, une confiserie traditionnelle à base de raisin, à Hébron, en Cisjordanie, le 3 septembre. Une mélasse de raisin est mélangée à de la semoule puis étalée sur le toit pour la faire sécher pendant plusieurs jours. Les bandes sont ensuite coupées en morceaux. À température ambiante, cette confiserie peut être conservée de longs mois.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 septembre 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 septembre 2021

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire
Grand Format

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio