Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020
Politique / Santé / Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020

Nomination du troisième président en sept jours au Pérou, passage de l'ouragan Iota en Amérique centrale et évolution de la pandémie de coronavirus... La semaine du 14 au 20 novembre 2020.

Les partisan·es du président péruvien déchu Martin Vizcarra manifestent contre le gouvernement du président par intérim Manuel Merino, à Lima, le 14 novembre. Lundi 9 novembre, le président Martin Vizcarra a été destitué à la suite d'accusations de corruption. Le président du Congrès, Manuel Merino, un ultraconservateur représentant de la vieille garde politique, a alors accédé au pouvoir. Mais après une semaine de manifestations, le Congrès a désigné, lundi 16 novembre, un nouveau chef, le député Francisco Sagasti, du Parti Morado (centre). La nomination de cet ancien ingénieur industriel de 76 ans semble faire consensus au sein de la population et de la classe politique.
| Ernesto Benavides / AFP

Les partisan·es du président péruvien déchu Martin Vizcarra manifestent contre le gouvernement du président par intérim Manuel Merino, à Lima, le 14 novembre. Lundi 9 novembre, le président Martin Vizcarra a été destitué à la suite d'accusations de corruption. Le président du Congrès, Manuel Merino, un ultraconservateur représentant de la vieille garde politique, a alors accédé au pouvoir. Mais après une semaine de manifestations, le Congrès a désigné, lundi 16 novembre, un nouveau chef, le député Francisco Sagasti, du Parti Morado (centre). La nomination de cet ancien ingénieur industriel de 76 ans semble faire consensus au sein de la population et de la classe politique.

Un réfugié éthiopien, qui a fui les combats dans la région dissidente du Tigré, installe une tente dans le camp d'Oum Raquba dans la ville de Gadaref, à l'est de Khartoum, le 15 novembre. Le nombre de réfugié·es arrivé·es au Soudan s'élevait, mercredi 18 novembre, à 36.000, a affirmé à l'AFP le chef de la Commission soudanaise des réfugiés. Le Soudan a déjà rouvert un camp à Oum Raquba qui avait été fermé il y a vingt ans et qui devrait accueillir 24.000 personnes une fois construit, et prévoit d'ouvrir deux autres camps si la situation empire.
| Ebrahim Hamid / AFP

Un réfugié éthiopien, qui a fui les combats dans la région dissidente du Tigré, installe une tente dans le camp d'Oum Raquba dans la ville de Gadaref, à l'est de Khartoum, le 15 novembre. Le nombre de réfugié·es arrivé·es au Soudan s'élevait, mercredi 18 novembre, à 36.000, a affirmé à l'AFP le chef de la Commission soudanaise des réfugiés. Le Soudan a déjà rouvert un camp à Oum Raquba qui avait été fermé il y a vingt ans et qui devrait accueillir 24.000 personnes une fois construit, et prévoit d'ouvrir deux autres camps si la situation empire.

Un homme porte un morceau de bois pour réparer sa maison après le passage de l'ouragan Iota, à Bilwi, au Nicaragua, le 17 novembre. Iota, un ouragan devenu tempête tropicale, a causé d'énormes dégâts en Amérique centrale, déjà dévastée il y a deux semaines par l'ouragan Eta. Trente-huit personnes sont mortes et d'importants dégâts ont été constatés dans certaines régions. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours isolées, sans eau potable, ni électricité. Un nombre record de trente tempêtes tropicales a été enregistré cette saison dans les Caraïbes, en Amérique centrale et dans le sud-est des États-Unis.
| STR / AFP

Un homme porte un morceau de bois pour réparer sa maison après le passage de l'ouragan Iota, à Bilwi, au Nicaragua, le 17 novembre. Iota, un ouragan devenu tempête tropicale, a causé d'énormes dégâts en Amérique centrale, déjà dévastée il y a deux semaines par l'ouragan Eta. Trente-huit personnes sont mortes et d'importants dégâts ont été constatés dans certaines régions. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours isolées, sans eau potable, ni électricité. Un nombre record de trente tempêtes tropicales a été enregistré cette saison dans les Caraïbes, en Amérique centrale et dans le sud-est des États-Unis.

De grands canards gonflables sont portés à bout de bras par la foule alors que des manifestant·es pro-démocratie se rassemblent, à Bangkok, le 18 novembre. Mardi 17 novembre, la police anti-émeute a utilisé des canons à eau et du gaz lacrymogène contre des manifestant·es prodémocratie rassemblé·es près du Parlement. Six personnes ont été blessées par des tirs à balles réelles. Le lendemain, environ 20.000 protestataires –selon une estimation de l'AFP– se rassemblaient à nouveau dans le centre de Bangkok, en début de soirée. Ce mouvement d'ampleur inédite conteste la fortune, le style de vie mais aussi l'absolutisme du roi Rama X et exige des réformes.
| Jack Taylor / AFP

De grands canards gonflables sont portés à bout de bras par la foule alors que des manifestant·es pro-démocratie se rassemblent, à Bangkok, le 18 novembre. Mardi 17 novembre, la police anti-émeute a utilisé des canons à eau et du gaz lacrymogène contre des manifestant·es prodémocratie rassemblé·es près du Parlement. Six personnes ont été blessées par des tirs à balles réelles. Le lendemain, environ 20.000 protestataires –selon une estimation de l'AFP– se rassemblaient à nouveau dans le centre de Bangkok, en début de soirée. Ce mouvement d'ampleur inédite conteste la fortune, le style de vie mais aussi l'absolutisme du roi Rama X et exige des réformes.

Cette vue aérienne montre des gens faisant la queue dans leur voiture sur un site de dépistage du Covid-19, au Dodger Stadium de Los Angeles, en Californie, le 18 novembre. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde avec plus de 246.000 décès depuis le début de la pandémie. Alors que le nombre de cas recensés dans le pays dépasse désormais les 11 millions, plusieurs territoires américains ont réintroduit des restrictions pour tenter d'enrayer l'épidémie. Elle a fait plus de 1,3 million de morts dans le monde.
| Robyn Beck / AFP

Cette vue aérienne montre des gens faisant la queue dans leur voiture sur un site de dépistage du Covid-19, au Dodger Stadium de Los Angeles, en Californie, le 18 novembre. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde avec plus de 246.000 décès depuis le début de la pandémie. Alors que le nombre de cas recensés dans le pays dépasse désormais les 11 millions, plusieurs territoires américains ont réintroduit des restrictions pour tenter d'enrayer l'épidémie. Elle a fait plus de 1,3 million de morts dans le monde.

Des hommes se trouvent sur un bateau dans les eaux polluées de la rivière Yamuna recouvertes de mousse, à New Delhi, le 19 novembre. Cet affluent du Gange, long de 1.376 kilomètres, est souillé par des déchets et des eaux usées envoyées directement dans la rivière sans être traitées. Il est régulièrement recouvert d'une épaisse mousse blanche produite par la saturation de composants chimiques.
| Sajjad Hussain / AFP

Des hommes se trouvent sur un bateau dans les eaux polluées de la rivière Yamuna recouvertes de mousse, à New Delhi, le 19 novembre. Cet affluent du Gange, long de 1.376 kilomètres, est souillé par des déchets et des eaux usées envoyées directement dans la rivière sans être traitées. Il est régulièrement recouvert d'une épaisse mousse blanche produite par la saturation de composants chimiques.

Un homme habillé en père Noël passe devant une boutique de Noël fermée dans le centre de Glasgow, le 20 novembre. Certaines régions d'Écosse s'apprêtent à introduire de nouvelles restrictions pour une période de trois semaines. Les commerces non essentiels et les coiffeurs seront fermés dans onze zones, dont la ville de Glasgow. En Irlande du Nord, le gouvernement local a décidé d'imposer deux semaines de confinement supplémentaires du 27 novembre au 11 décembre.
| Andy Buchanan / AFP

Un homme habillé en père Noël passe devant une boutique de Noël fermée dans le centre de Glasgow, le 20 novembre. Certaines régions d'Écosse s'apprêtent à introduire de nouvelles restrictions pour une période de trois semaines. Les commerces non essentiels et les coiffeurs seront fermés dans onze zones, dont la ville de Glasgow. En Irlande du Nord, le gouvernement local a décidé d'imposer deux semaines de confinement supplémentaires du 27 novembre au 11 décembre.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno
Grand Format

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 7 au 13 novembre 2020
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 7 au 13 novembre 2020

Newsletters