Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 juillet 2021
Politique / Santé / Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 juillet 2021

Manifestations contre le gouvernement à Cuba, victoire de l'Italie à l'Euro 2020, inondations meurtrières en Allemagne et en Belgique... La semaine du 10 au 16 juillet 2021 en images.

Des volontaires transportent le corps d'une victime du Covid-19 dans un cimetière du canton de Hlegu, à Yangon en Birmanie, le 10 juillet. La pandémie a fait plus de 4 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019. Au rang des pays les plus touchés se succèdent les États-Unis, avec plus de 608.000 décès, puis le Brésil (537.000), l'Inde (412.000), le Mexique (235.000) et le Pérou (195.000). Jeudi 15 juillet, le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre l'émergence et la diffusion de nouveaux variants «encore plus difficiles à contrôler» que ceux déjà répertoriés par l'agence onusienne.
Ye Aung Thu / AFP

Des volontaires transportent le corps d'une victime du Covid-19 dans un cimetière du canton de Hlegu, à Yangon en Birmanie, le 10 juillet. La pandémie a fait plus de 4 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019. Au rang des pays les plus touchés se succèdent les États-Unis, avec plus de 608.000 décès, puis le Brésil (537.000), l'Inde (412.000), le Mexique (235.000) et le Pérou (195.000). Jeudi 15 juillet, le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre l'émergence et la diffusion de nouveaux variants «encore plus difficiles à contrôler» que ceux déjà répertoriés par l'agence onusienne.

Des gens participent à une manifestation contre le gouvernement du président cubain Miguel Díaz-Canel Bermúdez, à La Havane, le 11 juillet, aux cris de «Liberté!», «À bas la dictature!» et «Nous n'avons pas peur!». Excédés par la crise économique, exaspérés par les pénuries et épuisés par les files d'attentes interminables devant des étals de magasins quasi vides, des milliers de Cubains ont participé dimanche dernier à des manifestations spontanées, événement rarissime dans ce pays gouverné par le Parti communiste, où les seuls rassemblements autorisés sont généralement ceux du Parti.
Yamil Lage / AFP

Des gens participent à une manifestation contre le gouvernement du président cubain Miguel Díaz-Canel Bermúdez, à La Havane, le 11 juillet, aux cris de «Liberté!», «À bas la dictature!» et «Nous n'avons pas peur!». Excédés par la crise économique, exaspérés par les pénuries et épuisés par les files d'attentes interminables devant des étals de magasins quasi vides, des milliers de Cubains ont participé dimanche dernier à des manifestations spontanées, événement rarissime dans ce pays gouverné par le Parti communiste, où les seuls rassemblements autorisés sont généralement ceux du Parti.

Le défenseur italien Giorgio Chiellini soulève le trophée du championnat d'Europe après que l'Italie a remporté le match de football final de l'Euro 2020 contre l'Angleterre au stade de Wembley, à Londres, le 11 juillet. Un 34e match d'affilée sans défaite pour l'Italie et un Euro remporté aux tirs au but. C'est le deuxième Euro remporté par ce pays après celui de 1968.
Michael Regan / Pool / AFP

Le défenseur italien Giorgio Chiellini soulève le trophée du championnat d'Europe après que l'Italie a remporté le match de football final de l'Euro 2020 contre l'Angleterre au stade de Wembley, à Londres, le 11 juillet. Un 34e match d'affilée sans défaite pour l'Italie et un Euro remporté aux tirs au but. C'est le deuxième Euro remporté par ce pays après celui de 1968.

Des couvertures sont éparpillées parmi les lits d'hôpitaux brûlés de l'hôpital Al-Hussein, dans la ville de Nasiriyah, dans le sud de l'Irak, le 13 juillet. Un nouvel incendie dans cet établissement traitant des patients atteints du Covid-19 a fait au moins cinquante-deux morts dans la nuit du 12 au 13 juillet. Selon une source du département sanitaire de la province, l'incendie a été provoqué par l'explosion de bouteilles d'oxygène. Ce scénario est une répétition à l'identique de la tragédie survenue en avril dans un hôpital de Bagdad, qui avait causé quatre-vingt-deux décès. La plupart des hôpitaux irakiens sont en déshérence et le système de santé est délabré depuis des années, rongé par les difficultés économiques et la corruption.
Asaad Niazi / AFP

Des couvertures sont éparpillées parmi les lits d'hôpitaux brûlés de l'hôpital Al-Hussein, dans la ville de Nasiriyah, dans le sud de l'Irak, le 13 juillet. Un nouvel incendie dans cet établissement traitant des patients atteints du Covid-19 a fait au moins cinquante-deux morts dans la nuit du 12 au 13 juillet. Selon une source du département sanitaire de la province, l'incendie a été provoqué par l'explosion de bouteilles d'oxygène. Ce scénario est une répétition à l'identique de la tragédie survenue en avril dans un hôpital de Bagdad, qui avait causé quatre-vingt-deux décès. La plupart des hôpitaux irakiens sont en déshérence et le système de santé est délabré depuis des années, rongé par les difficultés économiques et la corruption.

Une personne suspectée d'avoir pillé un magasin tire des objets sur le sol à l'extérieur d'un centre commercial vandalisé à Vosloorus, à la périphérie de Johannesburg, le 14 juillet. L'arrestation la semaine dernière de l'ex-président Jacob Zuma a provoqué des violences en Afrique du Sud. Elles se sont intensifiées ces derniers jours et ont causé la mort d'au moins 117 personnes. 
Marco Longari / AFP

Une personne suspectée d'avoir pillé un magasin tire des objets sur le sol à l'extérieur d'un centre commercial vandalisé à Vosloorus, à la périphérie de Johannesburg, le 14 juillet. L'arrestation la semaine dernière de l'ex-président Jacob Zuma a provoqué des violences en Afrique du Sud. Elles se sont intensifiées ces derniers jours et ont causé la mort d'au moins 117 personnes

Des pompiers luttent contre le «Bootleg Fire», près de la ville de Sprague River dans l'Oregon aux États-Unis, dans la nuit du 14 au 15 juillet. Ce feu, qui a déjà dévoré 86.000 hectares, mobilise plus de 1.300 pompiers. Les incendies font partie du cycle naturel des forêts de l'Ouest américain, mais chaque année la saison à laquelle ils commencent devient de plus en plus précoce et dure de plus en plus longtemps. Si 2020 a été la pire année de l'histoire moderne de la Californie en matière d'incendies, il semblerait que 2021 soit déjà en train de battre ce record. Les feux auraient d'ores et déjà consumé deux fois plus de végétation que l'an dernier à la même époque. Le Canada voisin est également touché par cette vague de chaleur et cette sécheresse persistante, qui pousse les feux de forêt à se multiplier et les autorités à rationner la consommation d'eau et d'électricité.
Handout / US Forest Service / AFP

Des pompiers luttent contre le «Bootleg Fire», près de la ville de Sprague River dans l'Oregon aux États-Unis, dans la nuit du 14 au 15 juillet. Ce feu, qui a déjà dévoré 86.000 hectares, mobilise plus de 1.300 pompiers. Les incendies font partie du cycle naturel des forêts de l'Ouest américain, mais chaque année la saison à laquelle ils commencent devient de plus en plus précoce et dure de plus en plus longtemps. Si 2020 a été la pire année de l'histoire moderne de la Californie en matière d'incendies, il semblerait que 2021 soit déjà en train de battre ce record. Les feux auraient d'ores et déjà consumé deux fois plus de végétation que l'an dernier à la même époque. Le Canada voisin est également touché par cette vague de chaleur et cette sécheresse persistante, qui pousse les feux de forêt à se multiplier et les autorités à rationner la consommation d'eau et d'électricité.

Deux hommes marchent à côté des débris de maisons détruites par les inondations à Schuld près de Bad Neuenahr-Ahrweiler, dans l'ouest de l'Allemagne, le 15 juillet. Les pluies diluviennes des derniers jours ont fait monter le niveau de plusieurs rivières, notamment en Rhénanie. Le pays comptait quatre-vingt-un morts, vendredi 16 juillet au matin, plusieurs dizaines de personnes étaient encore portées disparues et plus de 200.000 foyers étaient privés d'électricité en fin de soirée. Au moins neuf personnes ont également été retrouvées mortes dans l'est de la Belgique. Depuis celles de 1962, qui avaient fait 315 morts à Hambourg, l'Allemagne n'avait pas connu d'inondations aussi meurtrières.
Bernd Lauter / AFP

Deux hommes marchent à côté des débris de maisons détruites par les inondations à Schuld près de Bad Neuenahr-Ahrweiler, dans l'ouest de l'Allemagne, le 15 juillet. Les pluies diluviennes des derniers jours ont fait monter le niveau de plusieurs rivières, notamment en Rhénanie. Le pays comptait quatre-vingt-un morts, vendredi 16 juillet au matin, plusieurs dizaines de personnes étaient encore portées disparues et plus de 200.000 foyers étaient privés d'électricité en fin de soirée. Au moins neuf personnes ont également été retrouvées mortes dans l'est de la Belgique. Depuis celles de 1962, qui avaient fait 315 morts à Hambourg, l'Allemagne n'avait pas connu d'inondations aussi meurtrières.

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire
Grand Format

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio