Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 décembre 2020 au 1er janvier 2021
Politique / Société / Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 décembre 2020 au 1er janvier 2021

Légalisation de l'IVG en Argentine, vaccinations dans l'Union Européenne et signature de l’accord qui encadre la rupture entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne... La semaine du 26 décembre 2020 au 1er janvier 2021 en images.

Un homme est allongé sur la glace et des membres du club de natation dans les eaux gelées nagent alors que la température est descendue à -34 degrés Celsius, à Novossibirsk, le 26 décembre.
Rostislav Netisov / AFP

Un homme est allongé sur la glace et des membres du club de natation dans les eaux gelées nagent alors que la température est descendue à -34 degrés Celsius, à Novossibirsk, le 26 décembre.

Mauricette, 78 ans, reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 à l'hôpital René-Muret de Sevran, en banlieue parisienne, le 27 décembre. Mauricette est la première personne à recevoir une dose du vaccin en France contre le Covid-19, alors que les pays de l'Union européenne viennent de commencer à vacciner leur population. Une semaine après l’autorisation par l’UE de la mise sur le marché de ce vaccin, ce sont majoritairement des personnes âgées et des membres du personnel médical à qui les Etats ont décidé de réserver leurs premières doses.
Thomas Samson / AFP / Pool

Mauricette, 78 ans, reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 à l'hôpital René-Muret de Sevran, en banlieue parisienne, le 27 décembre. Mauricette est la première personne à recevoir une dose du vaccin en France contre le Covid-19, alors que les pays de l'Union européenne viennent de commencer à vacciner leur population. Une semaine après l’autorisation par l’UE de la mise sur le marché de ce vaccin, ce sont majoritairement des personnes âgées et des membres du personnel médical à qui les Etats ont décidé de réserver leurs premières doses.

Des personnes préparent la pente avant le saut d'entraînement du tournoi des quatre collines, à Oberstdorf, dans le sud de l'Allemagne, le 28 décembre. Le premier événement de cette compétition qui se déroule chronologiquement à Oberstdorf, Garmisch-Partenkirchen, Innsbruck et Bischofshofen aura lieu sans spectateurs en raison de la pandémie de coronavirus Covid-19.
Christof Stache / AFP

Des personnes préparent la pente avant le saut d'entraînement du tournoi des quatre collines, à Oberstdorf, dans le sud de l'Allemagne, le 28 décembre. Le premier événement de cette compétition qui se déroule chronologiquement à Oberstdorf, Garmisch-Partenkirchen, Innsbruck et Bischofshofen aura lieu sans spectateurs en raison de la pandémie de coronavirus Covid-19.

Des réfugiés rohingyas sont assis sur un navire de la marine du Bangladesh alors qu'ils sont transférés sur l'île de Bhashan Char, dans la baie du Bengale, à Chittagong, le 29 décembre. Le Bangladesh a commencé à déplacer un deuxième groupe de réfugiés rohingyas vers cette île potentiellement inondable située à plusieurs heures de la côte, avec presque aucun moyen de commercer et loin de tout hôpital, et ce en dépit de l'opposition d'organisations de défense des droits de l'Homme. Quelque 750.000 musulmans rohingyas ont fui en 2017 une épuration ethnique dans l'ouest de la Birmanie menée par l'armée et des milices bouddhistes. Ils sont venus grossir les rangs des 200.000 Rohingyas déjà réfugiés au Bangladesh, legs de vagues de violence précédentes.
Rehman Asad / AFP

Des réfugiés rohingyas sont assis sur un navire de la marine du Bangladesh alors qu'ils sont transférés sur l'île de Bhashan Char, dans la baie du Bengale, à Chittagong, le 29 décembre. Le Bangladesh a commencé à déplacer un deuxième groupe de réfugiés rohingyas vers cette île potentiellement inondable située à plusieurs heures de la côte, avec presque aucun moyen de commercer et loin de tout hôpital, et ce en dépit de l'opposition d'organisations de défense des droits de l'Homme. Quelque 750.000 musulmans rohingyas ont fui en 2017 une épuration ethnique dans l'ouest de la Birmanie menée par l'armée et des milices bouddhistes. Ils sont venus grossir les rangs des 200.000 Rohingyas déjà réfugiés au Bangladesh, legs de vagues de violence précédentes.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson après la signature de l’accord qui encadre la rupture entre le Royaume-Uni et l’UE, au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 30 décembre. Signé mercredi 30 décembre par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et son homologue du Conseil, Charles Michel, le texte de 1.246 pages a été paraphé dans l’après-midi par le premier ministre britannique, Boris Johnson, après avoir traversé la Manche à bord d’un avion de la Royal Air Force.
Leon Neal / Pool / AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson après la signature de l’accord qui encadre la rupture entre le Royaume-Uni et l’UE, au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 30 décembre. Signé mercredi 30 décembre par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et son homologue du Conseil, Charles Michel, le texte de 1.246 pages a été paraphé dans l’après-midi par le premier ministre britannique, Boris Johnson, après avoir traversé la Manche à bord d’un avion de la Royal Air Force.

Une militante pro-avortement pleure de joie après que le Sénat a approuvé un projet de loi visant à légaliser l'IVG, à Buenos Aires, le 30 décembre. Deux ans après un premier rejet des parlementaires, le texte légalisant l’interruption volontaire de grossesse sans condition jusqu’à la 14e semaine de grossesse a été adopté mercredi 30 décembre. Chaque année en Argentine, 38.000 femmes sont hospitalisées pour complications lors d’avortements clandestins.
Ronaldo Schemidt / AFP

Une militante pro-avortement pleure de joie après que le Sénat a approuvé un projet de loi visant à légaliser l'IVG, à Buenos Aires, le 30 décembre. Deux ans après un premier rejet des parlementaires, le texte légalisant l’interruption volontaire de grossesse sans condition jusqu’à la 14e semaine de grossesse a été adopté mercredi 30 décembre. Chaque année en Argentine, 38.000 femmes sont hospitalisées pour complications lors d’avortements clandestins.

Un feu d'artifices se tient au-dessus de l'emblématique Harbour Bridge et de l'Opéra de Sidney lors des célébration du Nouvel An, 1er janvier.
Mick Tsikas / Aap Images for NSW government / AFP

Un feu d'artifices se tient au-dessus de l'emblématique Harbour Bridge et de l'Opéra de Sidney lors des célébration du Nouvel An, 1er janvier.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine
Grand Format

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

Newsletters