Une semaine dans le monde en 7 photos
Politique / Santé / Société / Monde / Économie / Culture

Une semaine dans le monde en 7 photos

Journée internationale des droits des femmes, krach boursier et confinement de l'Italie... La semaine du 7 mars 2020 en images.

Cette vue aérienne montre la marche de la Journée internationale des droits des femmes à Santiago, le 8 mars. Des milliers de femmes et d’hommes ont manifesté dimanche à travers le monde pour défendre la condition des femmes et dénoncer les agressions sexistes, même si de nombreux rassemblements ont été annulés en raison de l’épidémie de Covid-19.
Javier Torres / AFP

Cette vue aérienne montre la marche de la Journée internationale des droits des femmes à Santiago, le 8 mars. Des milliers de femmes et d’hommes ont manifesté dimanche à travers le monde pour défendre la condition des femmes et dénoncer les agressions sexistes, même si de nombreux rassemblements ont été annulés en raison de l’épidémie de Covid-19.

Un trader passe sous un tableau d'affichage à la Bourse de Dubaï aux Émirats arabes unis, le 8 mars alors que tous les marchés du Golfe ont chuté. Lundi les cours du baril se sont effondrés de 25%, avant de rebaisser encore au cours de la semaine. Une bataille économique et géopolitique s'est enclenchée entre les trois plus gros producteurs mondiaux, les États-Unis, la Russie et l’Arabie saoudite. La pandémie de Covid-19 a provoqué un krach boursier historique, malgré l’intervention des banques centrales mais les bourses européennes ont rebondi vendredi.
Giuseppe Cacace / AFP

Un trader passe sous un tableau d'affichage à la Bourse de Dubaï aux Émirats arabes unis, le 8 mars alors que tous les marchés du Golfe ont chuté. Lundi les cours du baril se sont effondrés de 25%, avant de rebaisser encore au cours de la semaine. Une bataille économique et géopolitique s'est enclenchée entre les trois plus gros producteurs mondiaux, les États-Unis, la Russie et l’Arabie saoudite. La pandémie de Covid-19 a provoqué un krach boursier historique, malgré l’intervention des banques centrales mais les bourses européennes ont rebondi vendredi.

Une vue générale montre une zone déserte et le Colisée fermé à Rome le 10 mars alors que l'Italie a imposé des restrictions nationales sans précédent à ses 60 millions d'habitant·es pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus Covid-19. Le pays en entier a été placé en quarantaine alors que plus de 1.000 personnes sont mortes à cause du virus. Mercredi soir, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a aussi ordonné la fermeture des commerces, bars, pubs et restaurants.
Alberto Pizzoli / AFP

Une vue générale montre une zone déserte et le Colisée fermé à Rome le 10 mars alors que l'Italie a imposé des restrictions nationales sans précédent à ses 60 millions d'habitant·es pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus Covid-19. Le pays en entier a été placé en quarantaine alors que plus de 1.000 personnes sont mortes à cause du virus. Mercredi soir, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a aussi ordonné la fermeture des commerces, bars, pubs et restaurants.

Des moines prient pour les victimes du tremblement de terre et du tsunami de 2011 lors d'un service commémoratif sur la côte à Iwaki, dans la préfecture de Fukushima, le 11 mars. Le Japon a commémoré le neuvième anniversaire de la catastrophe, et  l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima le lendemain, qui a causé plus de 18.000 morts et disparus. Cette année les commémorations publiques ont été limitées en raison des craintes concernant la propagation de l'épidémie de coronavirus Covid-19.
Jiji Press / AFP

Des moines prient pour les victimes du tremblement de terre et du tsunami de 2011 lors d'un service commémoratif sur la côte à Iwaki, dans la préfecture de Fukushima, le 11 mars. Le Japon a commémoré le neuvième anniversaire de la catastrophe, et  l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima le lendemain, qui a causé plus de 18.000 morts et disparus. Cette année les commémorations publiques ont été limitées en raison des craintes concernant la propagation de l'épidémie de coronavirus Covid-19.

Un chef indien brésilien participe à une manifestation demandant la démarcation des terres indigènes, à Brasilia, le 11 mars. La déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de 93% au cours des neuf premiers mois de 2019, par rapport à la même période l’an dernier, selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Pour qui défend l’environnement et les spécialistes de l’Amazonie, cela s’explique par la pression exercée sur la forêt par les bûcherons et éleveurs de bétail. La situation est exacerbée par les discours du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui prône l’exploitation des ressources naturelles dans les aires protégées.
Sergio Lima / AFP

Un chef indien brésilien participe à une manifestation demandant la démarcation des terres indigènes, à Brasilia, le 11 mars. La déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de 93% au cours des neuf premiers mois de 2019, par rapport à la même période l’an dernier, selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Pour qui défend l’environnement et les spécialistes de l’Amazonie, cela s’explique par la pression exercée sur la forêt par les bûcherons et éleveurs de bétail. La situation est exacerbée par les discours du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui prône l’exploitation des ressources naturelles dans les aires protégées.

Une femme habillée en prêtresse allume la flamme olympique lors de la cérémonie officielle dans le site antique grec d'Olympie, avant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le 12 mars. Cette cérémonie s'est déroulée sans public et son format a été réduit en raison des craintes liées à l'épidémie de coronavirus Covid-19. La flamme va désormais parcourir la Grèce pendant sept jours, traverser trente-sept villes et quinze sites archéologiques et sera portée par 600 coureurs sur 3.500 kilomètres.
Aris Messinis / AFP

Une femme habillée en prêtresse allume la flamme olympique lors de la cérémonie officielle dans le site antique grec d'Olympie, avant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le 12 mars. Cette cérémonie s'est déroulée sans public et son format a été réduit en raison des craintes liées à l'épidémie de coronavirus Covid-19. La flamme va désormais parcourir la Grèce pendant sept jours, traverser trente-sept villes et quinze sites archéologiques et sera portée par 600 coureurs sur 3.500 kilomètres.

Des personnes venant du Venezuela avec des masques protecteurs par mesure de précaution pour éviter de contracter le nouveau coronavirus Covid-19 montrent leurs documents à la frontière au pont international Simon Bolivar, à Cucuta, en Colombie, le 12 mars. Le Venezuela vit actuellement une grave crise des réfugié·es. Au cours des quinze dernières années, plus de 5 millions de Vénézuélien·nes (soit 16% de la population) ont quitté leur pays. Un chiffre qui montera à 6 millions d'ici à la fin de l'année.
Schneyder Mendoza / AFP

Des personnes venant du Venezuela avec des masques protecteurs par mesure de précaution pour éviter de contracter le nouveau coronavirus Covid-19 montrent leurs documents à la frontière au pont international Simon Bolivar, à Cucuta, en Colombie, le 12 mars. Le Venezuela vit actuellement une grave crise des réfugié·es. Au cours des quinze dernières années, plus de 5 millions de Vénézuélien·nes (soit 16% de la population) ont quitté leur pays. Un chiffre qui montera à 6 millions d'ici à la fin de l'année.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters