Une semaine dans le monde en 7 photos
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos

Tandis que la côte Est de l'Australie s'enflamme, on célèbre la chute du mur de Berlin et on déplore l'absence d'une digue à Venise. Petit tour d'horizon de la semaine du 9 novembre en images. 

Le 9 novembre, l’Allemagne célébrait les trente ans de la chute du mur de Berlin. Pour l’occasion, la capitale a vu les choses en grand: feux d’artifice, spectacle et concert de musique classique. La chute du Mur a entraîné la réunification du pays et la fin du communisme. Trois décennies plus tard, l’Allemagne est la plus grande économie de l’Europe. Elle est toutefois menacée par un retour de l’extrême-droite dans l’ex-RDA. 
Tobias Schwarz / AFP

Le 9 novembre, l’Allemagne célébrait les trente ans de la chute du mur de Berlin. Pour l’occasion, la capitale a vu les choses en grand: feux d’artifice, spectacle et concert de musique classique. La chute du Mur a entraîné la réunification du pays et la fin du communisme. Trois décennies plus tard, l’Allemagne est la plus grande économie de l’Europe. Elle est toutefois menacée par un retour de l’extrême-droite dans l’ex-RDA

Les vestiges d’une forêt australienne témoignent de la force du feu de brousse le 10 novembre à Old Bar, à 300 km au nord de Sydney. La côte Est de l’Australie est sévèrement touchée par des incendies qui auraient provoqué la mort de quatre personnes jusqu’à présent. L’État de Nouvelles-Galles du Sud, le plus peuplé d’Australie avec six millions d’habitant·es, fait face à des feux particulièrement menaçants cette année, attisés par des températures élevées et des vents puissants. 
Peter Parks / AFP

Les vestiges d’une forêt australienne témoignent de la force du feu de brousse le 10 novembre à Old Bar, à 300 km au nord de Sydney. La côte Est de l’Australie est sévèrement touchée par des incendies qui auraient provoqué la mort de quatre personnes jusqu’à présent. L’État de Nouvelles-Galles du Sud, le plus peuplé d’Australie avec six millions d’habitant·es, fait face à des feux particulièrement menaçants cette année, attisés par des températures élevées et des vents puissants. 

Le peuple bolivien est divisé depuis plusieurs semaines, après la réélection contestée d’Evo Morales pour un quatrième mandat présidentiel. Le 11 novembre, une femme passe devant un mur sur lequel est écrit «Evo sans le peuple». Ce dernier a depuis démissionné et trouvé refuge au Mexique, après bien des pérégrinations dans d’autres pays d’Amérique du Sud. Depuis, Jeanine Añez, la présidente autoproclamée, a pris la tête du pays et formé un gouvernement conservateur en attendant la convocation de nouvelles élections générales. Les soutiens d’Evo Morales redoutent cependant un coup d’Etat. 
Ronaldo Schemidt / AFP

Le peuple bolivien est divisé depuis plusieurs semaines, après la réélection contestée d’Evo Morales pour un quatrième mandat présidentiel. Le 11 novembre, une femme passe devant un mur sur lequel est écrit «Evo sans le peuple». Ce dernier a depuis démissionné et trouvé refuge au Mexique, après bien des pérégrinations dans d’autres pays d’Amérique du Sud. Depuis, Jeanine Añez, la présidente autoproclamée, a pris la tête du pays et formé un gouvernement conservateur en attendant la convocation de nouvelles élections générales. Les soutiens d’Evo Morales redoutent cependant un coup d’Etat

Manneken-Pis, la statue bruxelloise célèbre pour ses innombrables costumes, a revêtu le 12 novembre une tenue rouge qui marque la journée mondiale de la pneumonie. Cette infection des poumons a tué 800.000 enfants de moins de 5 ans en 2018, soit un toutes les 39 secondes. 
John Thys / AFP

Manneken-Pis, la statue bruxelloise célèbre pour ses innombrables costumes, a revêtu le 12 novembre une tenue rouge qui marque la journée mondiale de la pneumonie. Cette infection des poumons a tué 800.000 enfants de moins de 5 ans en 2018, soit un toutes les 39 secondes. 


Les catholiques thaïlandais·es, à l’image de ces étudiant·es, se préparent à l’arrivée du pape François le 20 novembre. La Thaïlande est bouddhiste à 95%, mais cela n’empêchera pas une rencontre entre le pape et Somdet Phra Maha Munivong, le Patriarche suprême des bouddhistes. Le chef de l’Église catholique se rendra ensuite au Japon et notamment à Nagasaki et Hiroshima.  
Chalinee Thirasupa / AFP


Les catholiques thaïlandais·es, à l’image de ces étudiant·es, se préparent à l’arrivée du pape François le 20 novembre. La Thaïlande est bouddhiste à 95%, mais cela n’empêchera pas une rencontre entre le pape et Somdet Phra Maha Munivong, le Patriarche suprême des bouddhistes. Le chef de l’Église catholique se rendra ensuite au Japon et notamment à Nagasaki et Hiroshima.  

La récolte du safran a lieu à l’automne, comme l’illustrent ces quatres femmes afghanes qui s’apprêtent à trier les fleurs dans un centre de nettoyage de la province de Herat. La culture du safran, encouragée par le gouvernement et les organisations internationales oeuvrant à la reconstruction de l’Afghanistan, a progressivement remplacé celle du pavot à opium. Les femmes constituent 80% de la main d’oeuvre dans cette activité. 
Hoshang Hashimi / AFP

La récolte du safran a lieu à l’automne, comme l’illustrent ces quatres femmes afghanes qui s’apprêtent à trier les fleurs dans un centre de nettoyage de la province de Herat. La culture du safran, encouragée par le gouvernement et les organisations internationales oeuvrant à la reconstruction de l’Afghanistan, a progressivement remplacé celle du pavot à opium. Les femmes constituent 80% de la main d’oeuvre dans cette activité. 

Image inhabituelle de la place Saint-Marc à Venise: il y a beaucoup moins de touristes au mètre carré le 15 novembre 2019. Et pour cause, la ville se trouve une fois de plus inondée par une aqua alta exceptionnelle. Mais bientôt, le terme «exceptionnel» ne sera plus approprié pour qualifier les crues vénitiennes. Menacée par la montée des eaux, la cité des Doges mise sur un projet de digues flottantes, le mose, pour la protéger. Pour l’instant, le mose est au point mort, et même s’il venait à fonctionner un jour, il est peu probable qu’il sauverait Venise des eaux.
Filippo Monteforte / AFP

Image inhabituelle de la place Saint-Marc à Venise: il y a beaucoup moins de touristes au mètre carré le 15 novembre 2019. Et pour cause, la ville se trouve une fois de plus inondée par une aqua alta exceptionnelle. Mais bientôt, le terme «exceptionnel» ne sera plus approprié pour qualifier les crues vénitiennes. Menacée par la montée des eaux, la cité des Doges mise sur un projet de digues flottantes, le mose, pour la protéger. Pour l’instant, le mose est au point mort, et même s’il venait à fonctionner un jour, il est peu probable qu’il sauverait Venise des eaux.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters