Une semaine dans le monde en 7 photos
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos

La mort d’un étudiant hongkongais, la campagne pour les élections générales au Royaume-uni, un trek 100% féminin dans le désert... La semaine du 2 novembre en images.

 

 

Un manifestant blessé à la tête en marge d'une manifestation contre le gouvernement du président chilien Sebastián Pinera à Santiago, le 3 novembre 2019. Depuis le 18 octobre, le Chili est en proie à une insurrection populaire où les manifestant·es protestent contre plusieurs mesures d'austérité, dont l’augmentation du prix du ticket de métro, la mesure qui a mis le feu aux poudres. Les affrontements avec la police ont déjà coûté la vie de 23 protestataires alors que l’Institut national des droits humains du Chili dénombre près de 1.500 blessés et 130 plaintes pour tortures. 
Rodrigo Arangua / AFP

Un manifestant blessé à la tête en marge d'une manifestation contre le gouvernement du président chilien Sebastián Pinera à Santiago, le 3 novembre 2019. Depuis le 18 octobre, le Chili est en proie à une insurrection populaire où les manifestant·es protestent contre plusieurs mesures d'austérité, dont l’augmentation du prix du ticket de métro, la mesure qui a mis le feu aux poudres. Les affrontements avec la police ont déjà coûté la vie de 23 protestataires alors que l’Institut national des droits humains du Chili dénombre près de 1.500 blessés et 130 plaintes pour tortures

Une centaine de femmes courent dans les dunes désertiques de Merzouga à l’occasion du trek 100% féminin Rose Trip Maroc, le 4 novembre 2019. Par groupe de trois, elles doivent parcourir le sud du désert du Sahara en trois jours avec seulement une boussole, une carte et un compteur de distance GPS en poche. 
Jean-Philipe Ksiazek / AFP

Une centaine de femmes courent dans les dunes désertiques de Merzouga à l’occasion du trek 100% féminin Rose Trip Maroc, le 4 novembre 2019. Par groupe de trois, elles doivent parcourir le sud du désert du Sahara en trois jours avec seulement une boussole, une carte et un compteur de distance GPS en poche. 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson met la main à la pâte lors d'une visite de campagne électorale et aide, sous les flashs des photographes, des ouvrier·es de l'usine Tayto Castle dans le comté d'Armagh, en Irlande du Nord, le 7 novembre 2019. Le même jour, les deux principaux partis britanniques, travailliste et conservateur, se sont lancés dans une surenchère vertigineuse et ont promis des milliards de livres d'investissement dans les infrastructures et les services publics pour tenter de séduire avant les élections générales anticipés du 12 décembre.
Daniel Leal Olivas / AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson met la main à la pâte lors d'une visite de campagne électorale et aide, sous les flashs des photographes, des ouvrier·es de l'usine Tayto Castle dans le comté d'Armagh, en Irlande du Nord, le 7 novembre 2019. Le même jour, les deux principaux partis britanniques, travailliste et conservateur, se sont lancés dans une surenchère vertigineuse et ont promis des milliards de livres d'investissement dans les infrastructures et les services publics pour tenter de séduire avant les élections générales anticipés du 12 décembre.

Des étudiant·es de l'Université des Sciences et Technologies de Hong Kong (HKUST) participent à une marche le 8 novembre 2019, à la suite du décès d’un de leurs camarades de classe, Alex Chow, victime d’une chute lors d’affrontements avec la police. Dans un contexte de tensions sociales et politiques marqué par les nombreuses manifestations dénonçant l’influence excessive de la Chine dans la politique hongkongaise, la mort de cet étudiant de 22 ans, touché à la tête et inconscient depuis le 4 novembre, risque de déclencher une nouvelle vague d'indignation du mouvement pro-démocratie. 
Philip Fong / AFP

Des étudiant·es de l'Université des Sciences et Technologies de Hong Kong (HKUST) participent à une marche le 8 novembre 2019, à la suite du décès d’un de leurs camarades de classe, Alex Chow, victime d’une chute lors d’affrontements avec la police. Dans un contexte de tensions sociales et politiques marqué par les nombreuses manifestations dénonçant l’influence excessive de la Chine dans la politique hongkongaise, la mort de cet étudiant de 22 ans, touché à la tête et inconscient depuis le 4 novembre, risque de déclencher une nouvelle vague d'indignation du mouvement pro-démocratie. 

Des membres de la famille Lebaron pleurent en regardant la voiture incendiée où neuf personnes de leur famille ont été assassinées lors d'une embuscade d'hommes armés à Bavispe, dans les montagnes de Sonora, au Mexique, le 5 novembre 2019. Après cette tragédie, qui a coûté la vie à trois femmes et six enfants appartenant à la communauté mormone américaine établie dans une zone réputée pour ses nombreux trafiquants de drogue, le président Donald Trump a proposé son aide au Mexique pour «faire la guerre» aux cartels.
Herika Martinez / AFP

Des membres de la famille Lebaron pleurent en regardant la voiture incendiée où neuf personnes de leur famille ont été assassinées lors d'une embuscade d'hommes armés à Bavispe, dans les montagnes de Sonora, au Mexique, le 5 novembre 2019. Après cette tragédie, qui a coûté la vie à trois femmes et six enfants appartenant à la communauté mormone américaine établie dans une zone réputée pour ses nombreux trafiquants de drogue, le président Donald Trump a proposé son aide au Mexique pour «faire la guerre» aux cartels.

L’auteur français Jean-Paul Dubois pose avec son roman Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon (L'Olivier) à la fenêtre du restaurant Drouant à Paris après avoir remporté le prix littéraire français le Goncourt, le 4 novembre 2019. Né en 1950 à Toulouse et ancien grand reporter du Nouvel Observateur, il succède à Nicolas Mathieu, Goncourt 2018 avec Leurs enfants après eux.
Alain Jocard / AFP

L’auteur français Jean-Paul Dubois pose avec son roman Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon (L'Olivier) à la fenêtre du restaurant Drouant à Paris après avoir remporté le prix littéraire français le Goncourt, le 4 novembre 2019. Né en 1950 à Toulouse et ancien grand reporter du Nouvel Observateur, il succède à Nicolas Mathieu, Goncourt 2018 avec Leurs enfants après eux.

Une des 36 grenouilles géantes du lac Titicaca, une espèce en voie de disparition très convoitée pour ses prétendues propriétés médicales et aphrodisiaques, lors de sa présentation le 6 novembre 2019 après sa naissance en captivité dans le zoo de Huachipa, à l'est de Lima au Pérou. Pouvant peser jusqu’à 1 kilogramme, cette espèce appelée aussi grenouille scrotum en raison des nombreux plis de sa peau qui l’aident à absorber davantage d’oxygène, a été découverte par le chercheur français Jacques-Yves Cousteau sur le plus haut lac du monde, à plus de 3.800 mètres d'altitude.
Carlos Mandujano / AFP

Une des 36 grenouilles géantes du lac Titicaca, une espèce en voie de disparition très convoitée pour ses prétendues propriétés médicales et aphrodisiaques, lors de sa présentation le 6 novembre 2019 après sa naissance en captivité dans le zoo de Huachipa, à l'est de Lima au Pérou. Pouvant peser jusqu’à 1 kilogramme, cette espèce appelée aussi grenouille scrotum en raison des nombreux plis de sa peau qui l’aident à absorber davantage d’oxygène, a été découverte par le chercheur français Jacques-Yves Cousteau sur le plus haut lac du monde, à plus de 3.800 mètres d'altitude.

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants
Grand Format

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters