Une semaine dans le monde en 7 photos
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat en Afghanistan, incendies en Espagne et guerre au Yémen... La semaine du 17 août en images.

Un enfant allongé sous un abri dans un camp de fortune pour les Yéménites qui ont fui les combats opposant les rebelles houthis au gouvernement soutenu par les Saoudiens, dans le district d'Abs de la province de Hajjah, au nord-ouest du pays, le 17 août. Après de récents combats, la tension décroit à Aden, où les forces séparatistes se sont retirées de plusieurs bâtiments publics récemment pris aux combattants loyalistes. Les combats ont provoqué le déplacement de plus de 3,3 millions de Yéménites. 
Essa Ahmed / AFP

Un enfant allongé sous un abri dans un camp de fortune pour les Yéménites qui ont fui les combats opposant les rebelles houthis au gouvernement soutenu par les Saoudiens, dans le district d'Abs de la province de Hajjah, au nord-ouest du pays, le 17 août. Après de récents combats, la tension décroit à Aden, où les forces séparatistes se sont retirées de plusieurs bâtiments publics récemment pris aux combattants loyalistes. Les combats ont provoqué le déplacement de plus de 3,3 millions de Yéménites

Le navire humanitaire espagnol Open Arms le 17 août au large de l'île italienne de Lampedusa. Le 20 août, le procureur d’Agrigente, en Sicile, a ordonné le débarquement des migrant·es et demandé que le navire soit saisi après avoir été bloqué dix-neuf jours en mer.
Alessandro Serrano / AFP

Le navire humanitaire espagnol Open Arms le 17 août au large de l'île italienne de Lampedusa. Le 20 août, le procureur d’Agrigente, en Sicile, a ordonné le débarquement des migrant·es et demandé que le navire soit saisi après avoir été bloqué dix-neuf jours en mer.

Un homme se tient derrière la vitre brisée d'une salle de mariage après l'explosion d'une bombe meurtrière à Kaboul le 18 août. Au moins 63 personnes ont été tuées et 182 autres ont été blessées lors d'une explosion revendiquée par la branche afghane de l’organisation État islamique. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière à Kaboul ces derniers mois.
Wakil Kohsar / AFP

Un homme se tient derrière la vitre brisée d'une salle de mariage après l'explosion d'une bombe meurtrière à Kaboul le 18 août. Au moins 63 personnes ont été tuées et 182 autres ont été blessées lors d'une explosion revendiquée par la branche afghane de l’organisation État islamique. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière à Kaboul ces derniers mois.

Un pompier observe les flammes s'élevant d'un incendie de forêt près du village d'Ayacata à Tejeda, sur l'île de Grande Canarie, le 20 août. Plusieurs communes ont été évacuées, mais l'incendie n'a fait aucune victime. Il s’étendait le 19 août sur 3.400 hectares et les flammes ont atteint 50 mètres de hauteur par endroits.
Desiree Martin / AFP

Un pompier observe les flammes s'élevant d'un incendie de forêt près du village d'Ayacata à Tejeda, sur l'île de Grande Canarie, le 20 août. Plusieurs communes ont été évacuées, mais l'incendie n'a fait aucune victime. Il s’étendait le 19 août sur 3.400 hectares et les flammes ont atteint 50 mètres de hauteur par endroits.

Les danseurs argentins Fernando Rodriguez et Estefania Gomez lors de la finale du Championnat du monde de tango à Buenos Aires le 21 août. Lors de cet événement, un danseur russe a été disqualifié pour avoir agressé sa partenaire en coulisses. Les faits, révélés par le Mouvement féministe du tango (MFT), se sont déroulés mardi soir, alors que le couple venait de quitter la piste après la demi-finale.
Ronaldo Schemidt / AFP

Les danseurs argentins Fernando Rodriguez et Estefania Gomez lors de la finale du Championnat du monde de tango à Buenos Aires le 21 août. Lors de cet événement, un danseur russe a été disqualifié pour avoir agressé sa partenaire en coulisses. Les faits, révélés par le Mouvement féministe du tango (MFT), se sont déroulés mardi soir, alors que le couple venait de quitter la piste après la demi-finale.

Des membres de la Défense civile syrienne, également connus sous le nom de «Casques blancs», emportent le corps d'une victime dans une couverture à la suite d'une attaque aérienne sur une clinique de fortune dans la région de Tallmannis, dans la province d'Idleb, au nord de la Syrie, le 21 août. Le régime vient de reprendre le contrôle de la ville stratégique de Khan Cheikhoun. D'après l'ONU, depuis fin avril, les violences ont provoqué le déplacement de plus de 400.000 personnes.
Abdulaziz Ketaz / AFP

Des membres de la Défense civile syrienne, également connus sous le nom de «Casques blancs», emportent le corps d'une victime dans une couverture à la suite d'une attaque aérienne sur une clinique de fortune dans la région de Tallmannis, dans la province d'Idleb, au nord de la Syrie, le 21 août. Le régime vient de reprendre le contrôle de la ville stratégique de Khan Cheikhoun. D'après l'ONU, depuis fin avril, les violences ont provoqué le déplacement de plus de 400.000 personnes.

Des étudiant·es couvrent leur œil droit en brandissant leur téléphone, lampe allumée, pendant un rassemblement à Edinburgh Place à Hong Kong, le 22 août. Une femme a été grièvement blessée au visage dans des échauffourées, touchée par un projectile tiré par la police. Des médias rapportent qu'elle a perdu son œil. Depuis, les manifestant·es ont adopté le signe de ralliement «Œil pour œil» et se cachent un œil pour dénoncer un usage démesuré de la force par les autorités. Le mouvement de contestation qui dure depuis le 9 juin ne montre aucun signe d’essoufflement. La ville se prépare à de nouvelles manifestations pendant trois jours au cours du week-end, notamment à l’aéroport international.
Anthony Wallace / AFP

Des étudiant·es couvrent leur œil droit en brandissant leur téléphone, lampe allumée, pendant un rassemblement à Edinburgh Place à Hong Kong, le 22 août. Une femme a été grièvement blessée au visage dans des échauffourées, touchée par un projectile tiré par la police. Des médias rapportent qu'elle a perdu son œil. Depuis, les manifestant·es ont adopté le signe de ralliement «Œil pour œil» et se cachent un œil pour dénoncer un usage démesuré de la force par les autorités. Le mouvement de contestation qui dure depuis le 9 juin ne montre aucun signe d’essoufflement. La ville se prépare à de nouvelles manifestations pendant trois jours au cours du week-end, notamment à l’aéroport international.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Le Luberon de Willy Ronis
Grand Format

Le Luberon de Willy Ronis

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters