Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Commémorations du génocide au Rwanda, première image d'un trou noir et renversement du président soudanais Omar el-Béchir... La semaine du 6 avril en images. 

Un homme sans-abri dort sur un tas de sacs en plastique et de journaux sous un porche, le 7 avril à Rome. L'Italie ne cesse de voir l'écart se creuser entre riches et pauvres. Le nombre de personnes pauvres y est passé de 4,7 millions en 2016 à 5 millions en 2017.
Vincenzo Pinto / AFP

Un homme sans-abri dort sur un tas de sacs en plastique et de journaux sous un porche, le 7 avril à Rome. L'Italie ne cesse de voir l'écart se creuser entre riches et pauvres. Le nombre de personnes pauvres y est passé de 4,7 millions en 2016 à 5 millions en 2017.

Une femme porte une bougie pendant une veillée nocturne et une prière au stade Amahoro, dans le cadre du 25e anniversaire du génocide rwandais de 1994, le 7 avril à Kigali. Plus de 800.000 personnes ont été massacrées dans ce génocide qui a pris fin le 4 juillet 1994 avec l'entrée à Kigali de la rébellion tutsie du Front patriotique rwandais (FPR) dirigée par Paul Kagame, homme fort du Rwanda depuis lors.
Yasuyoshi Chiba / AFP

Une femme porte une bougie pendant une veillée nocturne et une prière au stade Amahoro, dans le cadre du 25e anniversaire du génocide rwandais de 1994, le 7 avril à Kigali. Plus de 800.000 personnes ont été massacrées dans ce génocide qui a pris fin le 4 juillet 1994 avec l'entrée à Kigali de la rébellion tutsie du Front patriotique rwandais (FPR) dirigée par Paul Kagame, homme fort du Rwanda depuis lors.

Les combattants d’un groupe armé de Misrata, fidèle au gouvernement d’accord national libyen, internationalement reconnu, préparent leurs munitions avant de se rendre au front, alors que les combats contre l’homme fort des forces libyennes Khalifa Haftar se poursuivent à la périphérie de la capitale Tripoli, le 8 avril. Les combats ont fait cinquante-six victimes en une semaine selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et s'intensifiaient près de la capitale. Depuis le 4 avril, Tripoli est la cible d'une offensive du maréchal Khalifa Haftar, qui veut s'emparer de cette ville phare, siège du gouvernement d'union nationale dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par la communauté internationale.
Mahmud Turkia / AFP

Les combattants d’un groupe armé de Misrata, fidèle au gouvernement d’accord national libyen, internationalement reconnu, préparent leurs munitions avant de se rendre au front, alors que les combats contre l’homme fort des forces libyennes Khalifa Haftar se poursuivent à la périphérie de la capitale Tripoli, le 8 avril. Les combats ont fait cinquante-six victimes en une semaine selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et s'intensifiaient près de la capitale. Depuis le 4 avril, Tripoli est la cible d'une offensive du maréchal Khalifa Haftar, qui veut s'emparer de cette ville phare, siège du gouvernement d'union nationale dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par la communauté internationale.

Des coureurs participent à la troisième étape de la 34e édition du Marathon des Sables entre Koursi Dial Zaid et Jebel El Mraïer, dans le sud du désert du Sahara marocain, le 9 avril. Il s'agit d'une épreuve en direct de 250 km dans l'un des climats les plus inhospitaliers au monde. Quelque 815 concurrent·es du monde entier y participent.
Jean-Philippe Ksiazek / AFP

Des coureurs participent à la troisième étape de la 34e édition du Marathon des Sables entre Koursi Dial Zaid et Jebel El Mraïer, dans le sud du désert du Sahara marocain, le 9 avril. Il s'agit d'une épreuve en direct de 250 km dans l'un des climats les plus inhospitaliers au monde. Quelque 815 concurrent·es du monde entier y participent.

Des Iranien·nes campent sur le toit de leurs maisons dans la ville de Susangerd, dans la province du Khuzestan, le 9 avril. Depuis le 19 mars, des averses torrentielles d’une ampleur inédite se sont abattues successivement sur le nord, l'ouest et le sud-ouest du pays. Les intempéries ont fait soixante-dix victimes et des dégâts approchant officiellement le milliard d'euros, dont près du quart pour le seul Khouzestan, région où vit une importante minorité arabe et où la population est déjà largement défavorisée, rapporte l'AFP.
Atta Kenare / AFP

Des Iranien·nes campent sur le toit de leurs maisons dans la ville de Susangerd, dans la province du Khuzestan, le 9 avril. Depuis le 19 mars, des averses torrentielles d’une ampleur inédite se sont abattues successivement sur le nord, l'ouest et le sud-ouest du pays. Les intempéries ont fait soixante-dix victimes et des dégâts approchant officiellement le milliard d'euros, dont près du quart pour le seul Khouzestan, région où vit une importante minorité arabe et où la population est déjà largement défavorisée, rapporte l'AFP.

Cette image fournie par l'Observatoire européen austral le 10 avril est celle de la toute première photo d'un trou noir et de son auréole enflammée, publiée par les astronomes du télescope Event Horizon (EHT). Cette image a été rendue possible par un algorithme conçu par la chercheuse américaine Katie Bouman en 2016.
European Southern Observatory / AFP

Cette image fournie par l'Observatoire européen austral le 10 avril est celle de la toute première photo d'un trou noir et de son auréole enflammée, publiée par les astronomes du télescope Event Horizon (EHT). Cette image a été rendue possible par un algorithme conçu par la chercheuse américaine Katie Bouman en 2016.

Des manifestant·es soudanais·es se rassemblent dans une rue du centre de Khartoum le 11 avril, immédiatement après que l'un des plus anciens dirigeants d'Afrique a été renversé par l'armée. Le président Omar el-Béchir, qui dirigeait le Soudan d'une main de fer depuis trente ans, a été renversé jeudi par un coup d'État de l'armée, dans le sillage d'un soulèvement populaire. Il a été remplacé par un conseil militaire de transition pour deux ans, mais les organisateurs des manifestations ont rejeté cette idée jeudi, qualifiant la manœuvre de «coup d'État dirigé par le régime», et ont promis de poursuivre leur campagne. 
Ashraf Shazly / AFP

Des manifestant·es soudanais·es se rassemblent dans une rue du centre de Khartoum le 11 avril, immédiatement après que l'un des plus anciens dirigeants d'Afrique a été renversé par l'armée. Le président Omar el-Béchir, qui dirigeait le Soudan d'une main de fer depuis trente ans, a été renversé jeudi par un coup d'État de l'armée, dans le sillage d'un soulèvement populaire. Il a été remplacé par un conseil militaire de transition pour deux ans, mais les organisateurs des manifestations ont rejeté cette idée jeudi, qualifiant la manœuvre de «coup d'État dirigé par le régime», et ont promis de poursuivre leur campagne. 

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters