Thatcher, la fin de la dame de fer
Monde

Thatcher, la fin de la dame de fer

Margaret Thatcher, ancienne Première ministre britannique, est décédée d’une attaque ce lundi 8 avril à l'âge de 87 ans. Au pouvoir pendant onze ans, elle est devenue le symbole du triomphe néolibéral des années 1980 en Europe. Celle  qui a gagné le surnom de «Dame de fer» pour son intransigeance légendaire est devenue par ses actes et sa personnalité l’une des personnalités politiques les plus influentes du XXe siècle. Par Mathilde Sagaire

Margaret Hilda Thatcher, fille d’un épicier méthodiste, est élevée dans l’austérité et le sens de l’effort. Chimiste de formation, elle se tourne très vite vers la politique en s’investissant dans le parti Conservateur, les «Tories» dans les années 1950. Après un premier échec, elle parvient à se faire élire parlementaire en 1959 à Finchley, dans le nord de Londres.
Reuters/Chas Cancellare KY

Margaret Hilda Thatcher, fille d’un épicier méthodiste, est élevée dans l’austérité et le sens de l’effort. Chimiste de formation, elle se tourne très vite vers la politique en s’investissant dans le parti Conservateur, les «Tories» dans les années 1950. Après un premier échec, elle parvient à se faire élire parlementaire en 1959 à Finchley, dans le nord de Londres.

Pendant 20 ans, elle se forge une stature politique en occupant notamment les postes de ministre des Transports et de l’Education en 1970. Elle se distingue de ses pairs du Parti Conservateur en soutenant la décriminalisation de l’homosexualité et le droit à l’avortement. Sa carrière politique connait un nouveau tournant en 1975 lorsqu’elle est élue à la tête du Parti Conservateur.
REUTERS/Andy Clar

Pendant 20 ans, elle se forge une stature politique en occupant notamment les postes de ministre des Transports et de l’Education en 1970. Elle se distingue de ses pairs du Parti Conservateur en soutenant la décriminalisation de l’homosexualité et le droit à l’avortement. Sa carrière politique connait un nouveau tournant en 1975 lorsqu’elle est élue à la tête du Parti Conservateur.

En mai 1979, Margaret Thatcher est élue Premier Ministre dans un contexte d’agitation sociale et d'essoufflement des travaillistes. Elle devient ainsi la première femme chef d’Etat en Europe, et reste la seule pour l’instant à avoir occupé le siège de Premier Ministre. Elle sera réélue à son poste deux fois, en 1983 et 1987. Elle cumule ainsi onze ans de pouvoir, un record de longévité.
REUTERS/Stringer/UK

En mai 1979, Margaret Thatcher est élue Premier Ministre dans un contexte d’agitation sociale et d'essoufflement des travaillistes. Elle devient ainsi la première femme chef d’Etat en Europe, et reste la seule pour l’instant à avoir occupé le siège de Premier Ministre. Elle sera réélue à son poste deux fois, en 1983 et 1987. Elle cumule ainsi onze ans de pouvoir, un record de longévité.

Pour redresser la situation économique du Royaume-Uni, surnommé à l’époque «homme malade de l’Europe», elle parie sur une politique d’inspiration néolibérale dont les maîtres mots sont la réduction du rôle de l’Etat et le libre-échange. La nouvelle locataire du 10 Downing Street met alors en place de drastiques programmes de réduction des impôts et des dépenses publiques, ainsi que des privatisations. Pour elle, «il n’y a pas d’alternative» («there is no alternative»). Cette politique portera son nom, le «thatchérisme». 
 
REUTERS/Ian Waldie

Pour redresser la situation économique du Royaume-Uni, surnommé à l’époque «homme malade de l’Europe», elle parie sur une politique d’inspiration néolibérale dont les maîtres mots sont la réduction du rôle de l’Etat et le libre-échange. La nouvelle locataire du 10 Downing Street met alors en place de drastiques programmes de réduction des impôts et des dépenses publiques, ainsi que des privatisations. Pour elle, «il n’y a pas d’alternative» («there is no alternative»). Cette politique portera son nom, le «thatchérisme». 

 

Profondément convaincue  de la justesse de ses idées, Margaret Thatcher était inflexible et intransigeante avec ses adversaires. Le Président de la République François Mitterrand disait d’elle qu’elle avait «la bouche de Marilyn et le regard de Caligula». Son caractère lui vaudra le célèbre surnom de «Dame de fer», inventé par le journal de l’armée soviétique «l’Etoile Rouge». 
REUTERS/Charles Platiau

Profondément convaincue  de la justesse de ses idées, Margaret Thatcher était inflexible et intransigeante avec ses adversaires. Le Président de la République François Mitterrand disait d’elle qu’elle avait «la bouche de Marilyn et le regard de Caligula». Son caractère lui vaudra le célèbre surnom de «Dame de fer», inventé par le journal de l’armée soviétique «l’Etoile Rouge». 

Son inflexibilité légendaire se forge à travers des épisodes de bras de fer avec grévistes et syndicats qui se terminèrent parfois de manière tragique. Ce fut le cas des prisonniers de l’IRA  (Armée Républicaine Irlandaise) en 1981, dont 10 d’entre-eux décédèrent après 65 jours de jeûne lors d’une grève de la faim pour obtenir le statut de prisonnier politique. Elle sortira également victorieuse de la grève des mineurs de 1984-1985, qui s'opposaient à la fermeture des mines de charbon déficitaires.
REUTERS/Russell Boyce

Son inflexibilité légendaire se forge à travers des épisodes de bras de fer avec grévistes et syndicats qui se terminèrent parfois de manière tragique. Ce fut le cas des prisonniers de l’IRA  (Armée Républicaine Irlandaise) en 1981, dont 10 d’entre-eux décédèrent après 65 jours de jeûne lors d’une grève de la faim pour obtenir le statut de prisonnier politique. Elle sortira également victorieuse de la grève des mineurs de 1984-1985, qui s'opposaient à la fermeture des mines de charbon déficitaires.

Favorable à une Europe libre-échangiste, elle lâchera son célèbre «je veux récupérer mon argent» («I want my money back») lors des discussions sur le budget de la Commission Européenne, dont elle voulait récupérer une partie de sa contribution. Elle obtient gain de cause cinq ans plus tard.
REUTERS/Crown Copyright/Handou

Favorable à une Europe libre-échangiste, elle lâchera son célèbre «je veux récupérer mon argent» («I want my money back») lors des discussions sur le budget de la Commission Européenne, dont elle voulait récupérer une partie de sa contribution. Elle obtient gain de cause cinq ans plus tard.

Elle était très proche du Président américain de l’époque Ronald Reagan, avec qui elle partageait les thèses monétaristes et libérales d’auteurs eux aussi d’Outre-Atlantique. Tous deux ont incarné le tournant néolibéral des années 1980 marqué par l’abandon des théories keynésiennes et de l’Etat Providence héritées de l’après-guerre. 
REUTERS/Chas Cancellare

Elle était très proche du Président américain de l’époque Ronald Reagan, avec qui elle partageait les thèses monétaristes et libérales d’auteurs eux aussi d’Outre-Atlantique. Tous deux ont incarné le tournant néolibéral des années 1980 marqué par l’abandon des théories keynésiennes et de l’Etat Providence héritées de l’après-guerre. 

Elle ne cachait pas non plus son amitié pour le dictateur chilien Augusto Pinochet, son allié lors de la guerre des Malouines contre l’Argentine en 1982. Lorsqu’il sera en résidence surveillée à Londres en 1999, elle lui rendra plusieurs fois visites et déclarera: «Je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une Constitution appropriée à la démocratie, vous l'avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir».
REUTERS/CD/HB/ME

Elle ne cachait pas non plus son amitié pour le dictateur chilien Augusto Pinochet, son allié lors de la guerre des Malouines contre l’Argentine en 1982. Lorsqu’il sera en résidence surveillée à Londres en 1999, elle lui rendra plusieurs fois visites et déclarera: «Je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une Constitution appropriée à la démocratie, vous l'avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir».

L'obstination légendaire de Margaret Thatcher se brise sur son échec à faire passer une réforme, la «poll taxe». Un nouvel impôt local impopulaire qui provoque une fronde chez les conservateurs et la pousse à la démission en 1990. Si elle quitte Downing Street en larmes, elle s’y rendra de nouveau à plusieurs occasions, invitée par ses successeurs à la fonction, comme David Cameron en 2010.
REUTERS/Suzanne Plunkett

L'obstination légendaire de Margaret Thatcher se brise sur son échec à faire passer une réforme, la «poll taxe». Un nouvel impôt local impopulaire qui provoque une fronde chez les conservateurs et la pousse à la démission en 1990. Si elle quitte Downing Street en larmes, elle s’y rendra de nouveau à plusieurs occasions, invitée par ses successeurs à la fonction, comme David Cameron en 2010.

Depuis 2002, elle s'était définitivement retirée de la vie politique pour des raisons de santé. Souffrant de démence depuis quelques années après plusieurs attaques, elle ne prenait plus la parole en public.
REUTERS/Andrew Winning

Depuis 2002, elle s'était définitivement retirée de la vie politique pour des raisons de santé. Souffrant de démence depuis quelques années après plusieurs attaques, elle ne prenait plus la parole en public.

Slate.fr

Slate.fr

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 20 au 26 novembre 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 20 au 26 novembre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 13 au 19 novembre 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 13 au 19 novembre 2021

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio