Mettre des photos épiques de sport en perspective
Sports

Mettre des photos épiques de sport en perspective

Paolo Pellizzari ne prend pas des photos comme les autres photographes sportifs. Plutôt que de faire tout son possible pour aller aussi près de l'action et de prendre les athlètes au milieu d'un moment spectaculaire, il essaie de capturer une scène plus large, qui donne à ses spectateurs une meilleure idée de ce à quoi ressemble ce genre d'événements. Il appelle ces photos des «paysages humains».

 

«Peut-être que je perds un peu de précision en terme de ce qui se passe lors de cet événement, mais, à l'inverse, je gagne en données historiques et en émotion», explique-t-il.


	Des bâteaux de presse affluent vers celui de Ben Ainslie, après sa victoire en Finn hommes, lors des JO de 2012. Il est le premier homme à avoir remporté des médailles d'or dans cinq différentes disciplines de la voile consécutivement entre 1996 et 2012. Dorset, Angleterre, 2012 | Crédit: Paolo Pellizzari

Des bâteaux de presse affluent vers celui de Ben Ainslie, après sa victoire en Finn hommes, lors des JO de 2012. Il est le premier homme à avoir remporté des médailles d'or dans cinq différentes disciplines de la voile consécutivement entre 1996 et 2012. Dorset, Angleterre, 2012 | Crédit: Paolo Pellizzari


	Le coureur de demi-fond kényan David Rudisha, quelques instants après sa victoire lors du 800 mètres en 1:40:91, devenant ainsi le premier homme à détenir le record du monde et le titre olympique. Londres, Angleterre, 2012 | Crédit: Paolo Pellizzari

	 

	 

	Pour réaliser ces photos, il prend des panoramas en utilisant un appareil photo Noblex, qui est plus généralement utilisé pour des scènes statiques. Sa large perspective capture presque ce que l'œil humain voit naturellement quand il regarde un paysage. L'équipement de Paolo Pallizzari n'est pas le seul facteur qui rend ses images uniques. C'est aussi la façon dont il les prend. Quand il le peut, il photographie la scène d'un peu plus loin par rapport où se trouve le reste des photographes. Le résultat final, raconte-t-il, est quelque chose qui ressemble à ce que l'on peut capturer lors d'une performance théâtrale.

	 

	«Tout cela a plusieurs dimensions, ce qui rend les choses compliquées parce que l'on a beaucoup d'éléments en même temps. Quand cela fonctionne, on retrouve la magie qu'il y a lorsque l'on regarde un opéra.»

	 

	Le premier événement majeur qu'il a photographié était le Tour de France. Il a tellement aimé cette expérience qu'il a décidé de photographier des courses cyclistes un peu partout dans le monde, ce qui a finalement produit son livre de 2004, Tours of the World. Depuis, il a photographié une variété de sports allant du golf au moto-cross. Ces jours-ci, ses sujets sont variés. Récemment, il a photographié une reconstitution de la bataille de Waterloo. Il était également sur la route du Tour de France 2015. L'année prochaine, il photographiera les Jeux olympiques, au Brésil.

Le coureur de demi-fond kényan David Rudisha, quelques instants après sa victoire lors du 800 mètres en 1:40:91, devenant ainsi le premier homme à détenir le record du monde et le titre olympique. Londres, Angleterre, 2012 | Crédit: Paolo Pellizzari

 

 

Pour réaliser ces photos, il prend des panoramas en utilisant un appareil photo Noblex, qui est plus généralement utilisé pour des scènes statiques. Sa large perspective capture presque ce que l'œil humain voit naturellement quand il regarde un paysage. L'équipement de Paolo Pallizzari n'est pas le seul facteur qui rend ses images uniques. C'est aussi la façon dont il les prend. Quand il le peut, il photographie la scène d'un peu plus loin par rapport où se trouve le reste des photographes. Le résultat final, raconte-t-il, est quelque chose qui ressemble à ce que l'on peut capturer lors d'une performance théâtrale.

 

«Tout cela a plusieurs dimensions, ce qui rend les choses compliquées parce que l'on a beaucoup d'éléments en même temps. Quand cela fonctionne, on retrouve la magie qu'il y a lorsque l'on regarde un opéra.»

 

Le premier événement majeur qu'il a photographié était le Tour de France. Il a tellement aimé cette expérience qu'il a décidé de photographier des courses cyclistes un peu partout dans le monde, ce qui a finalement produit son livre de 2004, Tours of the World. Depuis, il a photographié une variété de sports allant du golf au moto-cross. Ces jours-ci, ses sujets sont variés. Récemment, il a photographié une reconstitution de la bataille de Waterloo. Il était également sur la route du Tour de France 2015. L'année prochaine, il photographiera les Jeux olympiques, au Brésil.


	Sidney Crosby et ses coéquipiers arrivent sur la glace lors des finales hommes de hockey sur glace, lors des Jeux olympiques de Vancouver. Crosby a ensuite inscrit le but vainqueur, permettant à sa sélection de décrocher la médaille d'or. Vancouver, Canada, 2010 | Crédit: Paolo Pellizzari

Sidney Crosby et ses coéquipiers arrivent sur la glace lors des finales hommes de hockey sur glace, lors des Jeux olympiques de Vancouver. Crosby a ensuite inscrit le but vainqueur, permettant à sa sélection de décrocher la médaille d'or. Vancouver, Canada, 2010 | Crédit: Paolo Pellizzari


	Lors de la centième édition du Tour de France, les cyclistes ont grimpé l'Alpe d'Huez à deux reprises, pour la première fois. Ici, ils naviguent lors de la descente dans les vingt-et-un célèbres virages, qui ont été fermés au public, avant la deuxième montée. Huez, France, 2013 | Crédit: Paolo Pellizzari

	 

	 

	«Pour moi, être sur une course cycliste, et être au Vatican, où les gens voient le pape, ou à un festival de musique, c'est presque la même chose. J'aime la composition des gens. C'est intéressant de voir comment une foule se comporte parce qu'il y a toujours des particulairtés chez les gens dans la façon dont ils se placent. Il y a toujours des histoires drôles et c'est ça qui donne une bonne photo.»

	 

	Si jamais vous passez par New York, lors de vos vacances, les photos de Paolo Pellizzari sont présentées au sein de l'exposition «Sport» à l'Anastasia Photo, jusqu'au 31 août.

Lors de la centième édition du Tour de France, les cyclistes ont grimpé l'Alpe d'Huez à deux reprises, pour la première fois. Ici, ils naviguent lors de la descente dans les vingt-et-un célèbres virages, qui ont été fermés au public, avant la deuxième montée. Huez, France, 2013 | Crédit: Paolo Pellizzari

 

 

«Pour moi, être sur une course cycliste, et être au Vatican, où les gens voient le pape, ou à un festival de musique, c'est presque la même chose. J'aime la composition des gens. C'est intéressant de voir comment une foule se comporte parce qu'il y a toujours des particulairtés chez les gens dans la façon dont ils se placent. Il y a toujours des histoires drôles et c'est ça qui donne une bonne photo.»

 

Si jamais vous passez par New York, lors de vos vacances, les photos de Paolo Pellizzari sont présentées au sein de l'exposition «Sport» à l'Anastasia Photo, jusqu'au 31 août.


	Des cyclistes lors du tour d'Érythrée, une course de 1.100 kilomètres en dix étapes. Les cyclistes traversent plusieurs climats, dont les régions montagneuses tempérées, les déserts chauds et la côte exposée au vent. Érythrée, 2004 | Crédit: Paolo Pellizzari

Des cyclistes lors du tour d'Érythrée, une course de 1.100 kilomètres en dix étapes. Les cyclistes traversent plusieurs climats, dont les régions montagneuses tempérées, les déserts chauds et la côte exposée au vent. Érythrée, 2004 | Crédit: Paolo Pellizzari


	Des cyclistes s'affrontent lors du tour du lac Qinghai, une course professionnelle annuelle dans l'un des lieux les plus hauts de la planète. Province de Qinghai, Chine, 2003 | Crédit: Paolo Pellizzari

Des cyclistes s'affrontent lors du tour du lac Qinghai, une course professionnelle annuelle dans l'un des lieux les plus hauts de la planète. Province de Qinghai, Chine, 2003 | Crédit: Paolo Pellizzari

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters