Chasseur de tempête

L’une des fausses images de Sandy qui a le plus circulé, la statue de la liberté surmontée d’une tornade agitant ciel et mer, est un montage fait à partir d’une véritable photo, prise par le photographe Mike Hollingshead. Ce chasseur de tempêtes s’est entretenu avec Slate.com. Diaporama de David Rosenberg. Traduit et adapté par C.P.

Mike Hollingshead est modeste. Sur son site, il se décrit comme «un simple type qui aimait les tempêtes quand il était petit, et s’est mis à les chasser en 1999».

Mike Hollingshead est modeste. Sur son site, il se décrit comme «un simple type qui aimait les tempêtes quand il était petit, et s’est mis à les chasser en 1999».

Crédit: Orage supercellulaire au-dessus du Nebraska, le 28 mai 2004. Mike Hollingshead.
Avec l’ouragan Sandy en Une de tous les journaux, vous pourriez imaginer qu’Hollingshead se tient prêt, appareil photo en bandoulière. Mais ce n’est pas le cas – les ouragans, ce n’est pas son genre.

Avec l’ouragan Sandy en Une de tous les journaux, vous pourriez imaginer qu’Hollingshead se tient prêt, appareil photo en bandoulière. Mais ce n’est pas le cas – les ouragans, ce n’est pas son genre.

Crédit: Orage supercellulaire au crépuscule àYork, Nebraska, le 17 juin 2009. Mike Hollingshead.
«Je ne suis pas un chasseur d’ouragan», explique-t-il. «Je le serais, si visuellement ils donnaient de meilleurs résultats, mais globalement, les ouragans ne sont que du vent et de la pluie et leur plus gros problème [d’un point de vue photographique] est que très souvent, ils peuvent s’affaiblir juste avant d’atteindre une côte.»

«Je ne suis pas un chasseur d’ouragan», explique-t-il. «Je le serais, si visuellement ils donnaient de meilleurs résultats, mais globalement, les ouragans ne sont que du vent et de la pluie et leur plus gros problème [d’un point de vue photographique] est que très souvent, ils peuvent s’affaiblir juste avant d’atteindre une côte.»

Crédit: Orage supercellulaire au-dessus de l’Oklahoma, le 30 mars 2008. Mike Hollingshead.
Mais ce n’est pas parce que les ouragans ne sont pas son truc que vous ne retrouverez pas ses images sur vos fils Twitter, représentées à tort comme faisant partie de l’actualité. 

Mais ce n’est pas parce que les ouragans ne sont pas son truc que vous ne retrouverez pas ses images sur vos fils Twitter, représentées à tort comme faisant partie de l’actualité. 

Crédit: Tempête au-dessus du Nebraska, le 10 juin 2006. Mike Hollingshead.
«J’ai eu de gros problèmes avec certaines de mes images qui circulaient au moment de Katrina, ou autres» et présentées comme des images d’évènements qu’elles n’étaient pas, explique le photographe. «Il y a quelques années, quelqu’un a photoshoppé l’une d’entre elles, avec la statue de la liberté. Et [cette semaine], tout le monde a diffusé l'image en question en la faisant passer pour une image de Sandy.»

«J’ai eu de gros problèmes avec certaines de mes images qui circulaient au moment de Katrina, ou autres» et présentées comme des images d’évènements qu’elles n’étaient pas, explique le photographe. «Il y a quelques années, quelqu’un a photoshoppé l’une d’entre elles, avec la statue de la liberté. Et [cette semaine], tout le monde a diffusé l'image en question en la faisant passer pour une image de Sandy.»

Crédit: Dans le Nebraska, le 9 août 2009. Mike Hollingshead.
Hollingshead s’en tient généralement aux orages et aux tornades. Et puis son sujet favori: l’orage supercellulaire, une sorte particulière d'orage, associée avec des phénomènes violents comme les tornades et la grosse grêle. Mais la peur? «Vous vous couvrez. Une grande partie de l’excitation et des sentiments incroyables éprouvés interviennent juste après qu’une tornade proche s’est arrêtée. Mais certaines tempêtes folles (comme celle ci-dessus) ne bougent pas beaucoup et vous laissent simplement ébahi pendant un long moment».

Hollingshead s’en tient généralement aux orages et aux tornades. Et puis son sujet favori: l’orage supercellulaire, une sorte particulière d'orage, associée avec des phénomènes violents comme les tornades et la grosse grêle. Mais la peur? «Vous vous couvrez. Une grande partie de l’excitation et des sentiments incroyables éprouvés interviennent juste après qu’une tornade proche s’est arrêtée. Mais certaines tempêtes folles (comme celle ci-dessus) ne bougent pas beaucoup et vous laissent simplement ébahi pendant un long moment».

Crédit: Orage supercellulaire dans le Nebraska, le 13 juillet 2009. Mike Hollingshead.
Hollingshead parcourt plus de 30000 kilomètres par an, du Texas au Dakota du Nord, en passant par le Colorado et l’Indiana. Photographier une tempête lui procurer une excitation difficilement descriptible.  «C’est comme un enfant à la veille de Noël. Souvent, je suis incapable de m’endormir les veilles de jours de chasse qui se présentent bien» explique Hollingshead. «Je reste réveillé tard, à regarder des modélisations, des données, et quand j’essaye de m’endormir j’ai presque la tête qui tourne. Les jours de chasse, je suis rarement reposé».

Hollingshead parcourt plus de 30000 kilomètres par an, du Texas au Dakota du Nord, en passant par le Colorado et l’Indiana. Photographier une tempête lui procurer une excitation difficilement descriptible.  «C’est comme un enfant à la veille de Noël. Souvent, je suis incapable de m’endormir les veilles de jours de chasse qui se présentent bien» explique Hollingshead. «Je reste réveillé tard, à regarder des modélisations, des données, et quand j’essaye de m’endormir j’ai presque la tête qui tourne. Les jours de chasse, je suis rarement reposé».

Crédit: Près de Valparaiso, Nebraska. Mike Hollingshead.
La passion d’Hollingshead a payé. Le mois dernier, National Geographic s’est servi d’une de ses photos en couverture (ci-dessus).

La passion d’Hollingshead a payé. Le mois dernier, National Geographic s’est servi d’une de ses photos en couverture (ci-dessus).

Crédit: Près de York, Nebraska, le 20 juin, 2011. Mike Hollingshead.

Plus de Grand Format